Samedi dernier, nous nous sommes rendus, quelques irréductibles soldats de Rosemont, à l'inauguration d'un joli petit stade de soccer, au parc Marquette, sur un ancien terrain de boue.

Ronald King

Le maire Tremblay, des représentants des communautés haïtienne, latino et les dirigeants des clubs de sports y étaient, reçus par le maire de l'arrondissement Rosemont-La Petite Patrie, André Lavallée.

Je ne suis pas porté sur les politiciens, mais Rosemont-La Petite Patrie a la chance d'avoir un vrai maire. Dynamique, intègre, pas là pour sa gloriole personnelle et, comme il se doit, qui n'a pas peur de rêver à un monde meilleur.

Un terrain de gazon synthétique et tout, des gradins neufs, un site propre Le stade se trouve en face du vieux petit aréna Marquette, où la plupart des hockeyeurs du quartier ont donné leurs premiers coups de patin, et à côté de la Polyvalente Marquette, qui a presque été détruite par un incendie, puis retapée, mais qui ressemble toujours à une prison.

À un certain moment, le maire Lavallée nous a amenés à l'écart pour nous montrer les gradins d'un terrain de baseball adjacent. Des gradins qui bougeaient tout seuls On aurait dit qu'un coup de vent ou une bonne poussée auraient suffi pour tout jeter par terre. C'est qu'il manque plusieurs pièces d'aluminium et de bois traité.

«On se fait voler le métal et le bois. L'aluminium est probablement en route pour la Chine au moment où on se parle...»

Pour le nouveau stade de foot, le maire a fait renforcer, souder, visser les pièces des gradins.

- Je ne veux pas vous faire de peine, M. Lavallée, mais ils vont vous voler quand même.

- Je le sais. Mais ça va être plus dur

Pour entretenir le terrain synthétique, on applique de temps en temps du caoutchouc émietté - des anciens pneus - qui supporte le tout. On en garde en bonne quantité tout près, mais des vandales ont mis le feu aux contenants de caoutchouc la semaine dernière.

Bande de petits cons vous méritez un bon coup de pied au derrière et même plus.

Bravo les Aigles !

Parlant de Rosemont, nous offrons nos plus vives félicitations aux Aigles, catégorie U13, qui ont remporté samedi la finale du Championnat de soccer de la Ville de Montréal avec une victoire de 4-1 sur les Boucaniers du Plateau Mont-Royal.

Bravo les petits gars et nos espions nous disent que vous êtes dirigés par un entraîneur, Yves Deschènes, qui n'a pas de préféré, qui fait jouer tout le monde, un monsieur dévoué qui, lui non plus, n'est pas là pour sa gloire personnelle.

Vive Rosemont, des fois

À Montréal-Nord

Pendant ce temps, à Montréal-Nord, notre ex-ministre des sports, Denis Coderre, est en campagne électorale et sera sans doute réélu haut la main.

Montréal-Nord où il y des problèmes qui ne se règlent pas, où il y eu une récente émeute tout ça pendant que le nom de Coderre refait surface dans la cadre des scandales de commandite. «Dossier clos en ce qui me concerne» dit-il, bien sûr.

On nous dit que Denis Coderre est un excellent «organisateur» d'élection et c'est sûrement vrai.

Ils appellent ça la démocratie, je pense.

Dans Hochelaga-Maisonneuve

Radio-Canada a diffusé hier un reportage sur le club de football les Archers d'Hochelega-Maisonneuve, un modèle d'encadrement pour les jeunes en difficultés.

Des policiers et anciens du quartier gèrent des équipes de 7 à 17 ans où le premier objectif est de combattre le décrochage scolaire. On ne joue pas si on ne va pas à l'école

Pour avoir déjà visité les Archers, je peux vous confirmer qu'il y a beaucoup de travail à faire dans le coin.

Bravo à Pierre Robinette et sa bande de bénévoles.

Romo, le bon gars

Après avoir taillé en pièce les Browns de Cleveland il y a deux semaines, le quart des Cowboys de Dallas, Tony Romo, se rendait chez lui avec un pansement au menton qui cachait une coupure et 13 points de suture.

Romo a croisé une voiture qui venait de faire une crevaison et un couple âgé qui semblait désemparés. Il s'est arrêté, il a remplacé le pneu crevé et il a repris sa route.

La dame a dit qu'il portait un beau costume et un pansement au menton. «Je lui ai demandé s'il était Tony Romo et il a simplement répondu oui, madame».