Au fond, le colonel Kadhafi a placé la communauté internationale devant ses vilaines contradictions. La leçon devra être retenue dans l'avenir. Il n'y a pas de despotes fréquentables, même pour faire du «business».

Publié le 18 mars 2011
CYBERPRESSE

Lisez la suite sur le site du quotidien régional français La République du centre: https://www.larep.com/editorial-2428.html