Dans une étude récente, trois économistes montrent que le programme québécois des garderies subventionnées est rentable pour le gouvernement du Québec, c'est-à-dire que les rentrées fiscales additionnelles qu'il permet sont supérieures aux 1,6 milliard de dollars qu'il coûte à l'État.

Publié le 16 avr. 2012
Alain Dubuc
Alain Dubuc LA PRESSE

Personne ne conteste l'utilité de ce programme qui favorise la présence des femmes sur le marché du travail et facilite la conciliation travail-famille, à part la droite idéologique qui le trouve inéquitable à l'égard des femmes qui veulent rester à la maison. Même l'OCDE a vanté les mérites du réseau québécois de garderies à contribution réduite, le plus avancé en Amérique du Nord, pour conseiller aux autres provinces canadiennes de s'en inspirer.

Ce qu'on lui a surtout reproché, c'était de coûter trop cher. Un bon programme certes, mais que le Québec n'avait pas le moyen de se payer. Et c'est à cet argument que répond de façon convaincante l'étude de la chaire en fiscalité et en finances publiques de l'Université de Sherbrooke, signée par Pierre Fortin, Luc Godbout et Suzie St-Cerny.

Avant d'aller plus loin, ça vaut la peine de s'arrêter un moment et de rendre un hommage à celle qui a mis en place ce programme, Pauline Marois, lorsqu'elle était ministre dans le gouvernement Bouchard. Elle a fait preuve de ténacité et de vision.

Je résume trop rapidement l'étude. La mise en place du réseau de garderies a encouragé des femmes mères de jeunes enfants à travailler. Leur taux d'activité a augmenté beaucoup plus rapidement qu'ailleurs au Canada et en Ontario, et dépasse maintenant les taux ontariens, de façon encore plus marquée chez les mères monoparentales.

70 000 femmes de plus travaillent grâce à ce programme. Elles contribuent à l'activité économique et font augmenter le PIB. Les dépenses sociales baissent et les revenus fiscaux augmentent. Tant et si bien qu'en termes budgétaires, ce programme, dont le coût net était de 1,6 milliard en 2008, a rapporté 2,4 milliards - soit 1,7 milliard pour Québec et 0,7 milliard pour Ottawa. Bref, le programme s'est payé tout seul.

Le succès de ce programme m'inspire trois réflexions. La première, c'est que cela ne doit pas faire oublier qu'il s'agit encore d'une oeuvre inachevée. Il n'a pas pleinement atteint ses objectifs plus sociaux, le soutien psychoéducatif aux enfants de milieux défavorisés parce que les plus pauvres sont toujours sous-représentés dans la clientèle. Il n'est pas non plus sorti de sa crise de croissance: manque de places, listes d'attentes, tiraillements entre les composantes du réseau.

La seconde, c'est que cette étude risque de stimuler la tentation de la gratuité. Si c'est bon pour la société, dira-t-on, si c'est rentable pour le gouvernement, pourquoi faudrait-il faire payer les gens? C'est un raisonnement que l'on entend dans le débat sur les droits de scolarité universitaire. Et qui mérite deux niveaux de réponses. D'abord, l'État a besoin d'argent pour réduire son déficit et sa dette et pour combler d'autres besoins. Ensuite, ce n'est pas parce qu'un service public est socialement utile qu'il doit être gratuit ou universel. Pourquoi 7$ pour tout le monde, quand bien des parents pourraient payer plus?

La troisième, c'est que l'expérience des garderies à contribution réduite montre que le progrès social et le progrès économique peuvent aller de pair. Ces services de garde sont très clairement une mesure sociale, qui combat l'exclusion des femmes, améliore la qualité de vie des familles, offre un soutien psychoéducatif à des enfants de milieux défavorisés. C'est aussi une mesure économique qui augmente le taux d'activité et contribue à la création de richesse. Cette convergence mérite d'être rappelée dans l'espoir que les débats gauche-droite soient moins idiots.