Il n'est pas dans nos habitudes de parler d'un chef politique en n'employant que son prénom. Si nous nous permettons cette familiarité aujourd'hui, c'est que les Québécois l'ont fait bien avant nous. Durant la dernière campagne électorale, les électeurs qu'on interrogeait sur leur intention de vote ne disaient pas: «Je vais voter pour le NPD» mais «Je vais voter pour Jack». Le chef du NPD faisait dès lors partie de la famille, comme Mario (Dumont), Lucien (Bouchard) et quelques autres.

Mis à jour le 26 juill. 2011
André Pratte LA PRESSE

Hier, c'est un Jack Layton très affaibli par la maladie qui s'est adressé aux médias. Le visage émacié, il s'appuyait lourdement sur sa canne et semblait avoir du mal à respirer. Soulignant que les traitements contre le cancer de la prostate avaient produit les résultats espérés, M. Layton a annoncé qu'il souffrait d'un «nouveau cancer», sans préciser cette fois-ci quel organe est atteint. M. Layton cède donc temporairement sa place à la députée Nycole Turmel. «Toute mon attention se portera désormais sur mes traitements», a-t-il expliqué.

Si quelqu'un a l'énergie, la détermination et l'optimisme pour vaincre cette terrible maladie, c'est Jack. N'a-t-il pas déjà réussi l'impossible en faisant élire 59 députés au Québec? Ce succès, c'est le sien. C'est lui qui a su gagner l'affection et le respect des Québécois. Les électeurs le sentent proche de leur réalité. Ils admirent son courage face à la maladie et la sincérité de son engagement politique. Dès l'annonce de son retrait temporaire, les témoignages ont afflué de partout au pays, preuve de la sympathie qu'ont les Canadiens pour M. Layton.

Le NPD a besoin de Jack Layton. Le Canada aussi a besoin de ce politicien qui a trouvé un équilibre original entre idéalisme et pragmatisme et dont la priorité a toujours été de mettre le Parlement au service des citoyens du pays. «S'il y a une chose, une seule chose que j'ai tenté d'amener en politique fédérale, a-t-il rappelé hier, c'est cette idée que l'espoir et l'optimisme devraient être au coeur de notre engagement.»

Nous souhaitons un prompt rétablissement au chef du NPD. Rendez-vous à la rentrée parlementaire, le 19 septembre. Chef de l'opposition officielle, M. Layton posera la première question. Parions qu'encore une fois, comme il l'a fait durant toutes ses 30 années en politique, il s'inquiétera du sort des familles et des plus démunis.

Bon courage, Jack!