Jessica Chastain, reine du poker dans Molly's Game

Jessica Chastain à la première de Molly's Game... (Photo AFP)

Agrandir

Jessica Chastain à la première de Molly's Game à New York mercredi dernier.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

Jusqu'à ce qu'elle la rencontre, Jessica Chastain a eu du mal à comprendre Molly Bloom, la jeune championne de ski devenue patronne de tripots pour les stars, qu'elle interprète dans Molly's Game.

Molly se destinait à un avenir olympique jusqu'à ce qu'un accident interrompe ses rêves sportifs. La jeune bourgeoise du Colorado semblait ensuite sur les rails pour une carrière d'avocate.

Au lieu de cela, elle est devenue patronne de casinos pour stars d'Hollywood ou de Wall Street, brassant des mises vertigineuses et marchant à la cocaïne. Puis la mafia s'en est mêlée, et la «princesse du poker» s'est fait cueillir au petit matin par des agents du FBI armés jusqu'aux dents, et tous ses biens ont été saisis.

«Comment s'est-elle laissée piéger par tous ces gens? Je pense que je l'ai jugée au début. Nous en tant que société avons l'habitude de blâmer les femmes», avoue Chastain.

La californienne de 40 ans, nommée aux Golden Globes pour sa performance dans ce thriller haletant, a fini par réaliser que «Molly est une création de la patriarchie», qui a «fait ce qu'il fallait pour être visible, gagner une impression de pouvoir» dans un monde où les hommes distribuaient les cartes.

Père intransigeant

«Tout vient de son enfance. Son père (interprété par Kevin Costner) lui avait dit clairement que c'était lui qui établissait les règles et qu'elle devrait les suivre jusqu'à ce qu'elle gagne son propre argent. Alors elle s'est dirigée vers le secteur où elle pensait pouvoir conquérir cette liberté», poursuit la comédienne aux yeux turquoise, lors d'un entretien avec l'AFP à Beverly Hills.

Le film, qui sort le jour de Noël en Amérique du Nord ne donne aucun nom de personnalité, mais la biographie publiée par Molly Bloom en 2014 avait fait grand bruit pour son portrait des parties de pokers VIP et des gros joueurs d'Hollywood.

Élogieuse avec Ben Affleck - «il est sympa avec tout le monde» - elle l'était nettement moins avec Tobey «Spider-Man» Maguire, décrit comme cupide et méprisant. Il aurait demandé à Molly de bêler comme un phoque pour 1000 dollars. Elle aurait refusé.

En pantalon gris et chemise blanche, le visage diaphane, Jessica Chastain est aux antipodes des tenues sexy et maquillages épais qu'elle arbore dans le film.

Celle qui fut révélée par The Help et The Tree of Life a été l'une des personnalités les plus actives sur les réseaux sociaux pour dénoncer les agressions sexuelles depuis le début de l'affaire Weinstein, le producteur accusé par plus de 100 femmes de comportement sexuel abusif, voire de viol.

Voix douce mais personnalité de fer, cette perfectionniste, diplômée de la très select Juilliard School à New York, apprend ses dialogues méthodiquement jusqu'à ce qu'ils coulent «comme de la musique».

«Stop, stop, stop!»

Pour Chastain, Aaron Sorkin, qui a bâti sa réputation sur ses textes au débit supersonique comme ceux de The West Wing ou de Social Network, «est peut-être le meilleur scénariste» d'Hollywood.

«Il y a dans ses textes un rythme comme il y en avait chez Shakespeare et je voulais mémoriser le scénario parfaitement, mot pour mot» poursuit-elle, se rappelant d'une anecdote de tournage.

Lors d'une joute verbale étourdissante entre Molly et son avocat, incarné par le charismatique Idris Elba, son personnage répond: «Ouais».

«Stop, Stop, Stop! Je n'ai jamais écrit "ouais" de toute ma carrière!», l'a interrompue Sorkin. La flamboyante rousse, déjà nommée deux fois aux Oscars et lauréate d'un Golden Globe pour Zero Dark Thirty, a demandé à vérifier le scénario et elle avait (évidemment) raison.

Le coeur de Molly's Game repose sur le rapport entre Molly et son avocat Charlie Jaffey, qui l'incite à collaborer avec la police et à donner toutes les informations les plus personnelles dont elle dispose sur ses anciens «clients».

«Quand elle arrive dans le bureau de Charlie Jaffey, elle n'est plus qu'une coquille vide, elle a renoncé petit à petit à tout ce qu'elle était. Elle se dit: "ils ont pris tout mon argent et veulent me le rendre contre tous ces commérages"». Elle dit non, quitte à risquer la prison», fait valoir Jessica Chastain.

«Pas pour protéger les autres, mais pour la première fois, pour se protéger elle-même, défendre son intégrité». Et rebâtir sa vie selon ses propres règles.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer