Tels des Adam et Ève de l’ère de la commande en ligne, un homme et une femme sont livrés sur une scène, protégés par un emballage à bulles. Voilà le début d’Attention : fragile, pièce pour enfants présentée du 5 au 23 mai à la Maison Théâtre de Montréal. Entrevue en trois temps avec Liliane Boucher, coautrice et metteuse en scène de cette comédie clownesque sur la surconsommation.

Marie Allard
Marie Allard La Presse

Commander sans fin

PHOTO FRÉDÉRIQUE BÉRUBÉ, FOURNIE PAR LA MAISON THÉÂTRE

« Récemment, ma fille de 9 ans a commandé son premier truc sur Amazon », dit Liliane Boucher, coautrice et metteuse en scène d’Attention : fragile.

« C’est une comédie pleinement assumée, dit Liliane Boucher, coautrice et metteuse en scène d’Attention : fragile. Notre but n’est pas de faire la morale sur la surconsommation. En même temps, c’est un miroir réfléchissant notre propre consommation. »

Plus que jamais (merci à la pandémie !), enfants comme adultes voient les boîtes de livraison s’empiler, dans les maisons comme en bordure de rue. « Le mot Amazon est sur toutes les bouches », observe Liliane Boucher.

Les objets à convoiter sont sans fin, comme le découvrent les personnages d’Attention : fragile. « À un moment donné, ils ont accès à un catalogue, raconte Liliane Boucher. Ils se mettent à commander, commander, commander. Là, chez les enfants, il y a un mélange d’euphorie et d’indignation. On a déjà entendu dans le public : ‟Là, c’est trop !” »

Le bureau, ce mystère

PHOTO FOURNIE PAR LA MAISON THÉÂTRE

« En improvisant, on s’est rendu compte que chaque fois qu’on construisait quelque chose, il y a des déchets, observe Liliane Boucher. Ce qui est ressorti, c’est l’impact de nos choix. »

« C’est une pièce qu’on a bâtie à partir d’improvisations, explique Liliane Boucher. Au départ, on voulait parler d’espace et de construction. Georges Perec a été notre porte d’entrée pour explorer différents lieux. » C’est précisément Espèces d’espaces, publié par l’écrivain français en 1974, qui a inspiré les coauteurs Liliane Boucher et Jean-François Guilbault.

« Georges Perec y explore plein d’espaces : l’espace que prend un mot, l’espace de la page, l’espace d’une pièce dans la maison, l’espace d’une maison, l’espace d’une ville, énumère Liliane Boucher. L’espace qu’on a choisi, c’est le bureau. Un lieu qui n’est pas accessible aux enfants. Un personnage devient accro au café – ça nous fait rire comme adultes parce qu’on se reconnaît, mais les enfants aussi. »

« OK, on retourne au théâtre »

PHOTO FOURNIE PAR LA MAISON THÉÂTRE

« On appelle Attention : fragile notre comédie caféinée », décrit Liliane Boucher.

Créée en 2019, Attention : fragile devait être présentée une centaine de fois cette année. « C’est sûr qu’on n’a pas fait toutes les salles qu’on devait faire, dit Liliane Boucher. Mais on a réussi à aller à Dolbeau, à aller en Gaspésie, et on a pu faire des captations live. »

La pièce, au jeu très physique — les comédiens n’échangent que quelques mots en 50 minutes —, est maintenant à l’affiche de la Maison Théâtre, tant pour les groupes scolaires que le grand public. « Je vais le dire humblement : c’est un beau moment à passer au théâtre en famille, souligne Liliane Boucher. C’est extrêmement vivant. C’est une belle invitation, qui permet de se dire : ‟OK, on retourne au théâtre”. »

Attention : fragile
Idéation de Liliane Boucher et Jean-François Guilbault.
Mise en scène de Liliane Boucher. Avec Jean-François Guilbault, Philomène Lévesque-Rainville et Guillaume St-Amand.
Coproduction Samsara Théâtre et L’Arrière Scène.
À la Maison Théâtre, du 5 au 23 mai.
Pour enfants de 5 à 10 ans.