Trois employeurs ont renouvelé leur confiance envers Maripier Morin depuis les dénonciations de la musicienne Safia Nolin en juillet dernier : le Club illico de Vidéotron pour la suite de La faille, le producteur André Rouleau qui lui a attribué le premier rôle dans le film Arlette !, de même que Bell Média, qui a reconduit la docusérie d’immersion Mais pourquoi ? sur la chaîne Z pour une deuxième saison.

Publié le 26 mai 2021

Vous pouvez maintenant rayer Bell Média de cette courte liste. Le géant des télécommunications a annoncé mardi, dans un communiqué laconique, qu’il n’inclurait pas de nouveaux épisodes de Mais pourquoi ? dans sa programmation d’automne et qu’il mettait « un terme à la production en cours ». Aucune explication supplémentaire n’a été donnée. Aucun patron de Bell Média n’a accordé d’entrevue. Silence total.

Même mutisme chez la production de Mais pourquoi ?, la boîte Trinôme et filles, qui planche pourtant sur la confection des nouveaux épisodes depuis le début du mois de mars. Et personne dans l’équipe de Maripier Morin n’a répondu à nos demandes d’entrevue.

Cette volte-face de Bell Média envoie un message clair, sans équivoque : Maripier Morin, une alcoolique et dépendante en rétablissement, demeure radioactive. Approchez à vos propres risques.

C’est extrêmement rare qu’une chaîne débranche en plein vol une série qui avait pourtant cartonné. Dans Mais pourquoi ?, relayée en novembre 2019, Maripier Morin gagnait un concours de fitness, dévoilait ses revenus annuels et pratiquait la danse poteau au Lady Mary-Ann de Québec.

La décision de torpiller Mais pourquoi ? a été prise vendredi. On s’entend, pour Bell Média, c’est plus compromettant de mettre en ondes une docusérie où Maripier Morin ne joue pas un personnage.

Dans La faille, Maripier incarne Sophie Taylor, la fille de la sergente-détective Céline Trudeau (Isabel Richer). Dans Mais pourquoi ?, Maripier apparaît en tant qu’elle-même, avec tout ce que ça comporte comme bagage.

Maripier Morin n’a pas encore bouclé le tournage d’Arlette !, où elle campe une jeune ministre de la Culture catapultée dans les coulisses du pouvoir de l’Assemblée nationale. Il lui reste une douzaine de jours de travail. « Maripier est en pleine forme. Elle est excellente dans le film. En audition, c’est elle qui a été la meilleure et il y en a certains qui n’ont pas aimé ça », indique le producteur d’Arlette !, André Rouleau, de Caramel Films.

Le grand public a pardonné à Maripier, comme en témoigne sa sélection au gala Artis. Mais une certaine frange de l’Union des artistes n’a pas digéré que Maripier Morin s’en sorte aussi facilement.

Le jour du dévoilement des nommés du gala Artis 2021, le tonnerre a grondé sur les réseaux sociaux. Des actrices comme Catherine Brunet, Anne-Élisabeth Bossé, Magalie Lépine-Blondeau et Catherine St-Laurent ont déploré que le nom de Maripier Morin côtoie ceux de Sarah-Jeanne Labrosse, Isabel Richer, Julie Le Breton et Guylaine Tremblay au tableau final.

Rappel ici. Aucune star québécoise ne s’inscrit ou ne soumet sa candidature pour le gala Artis. C’est un sondage de la firme Léger qui détermine tous les finalistes, dans toutes les catégories.

Honnêtement, qui aurait cru qu’un rôle assez mineur dans La faille vaudrait à Maripier une sélection dans la catégorie des actrices de télésérie ? À peu près personne.

Ironiquement, c’est cette marque d’affection du public qui a fait dérailler le plan de réhabilitation de Maripier Morin.

Cette sélection surprise a cristallisé son retour médiatique et ramené les projecteurs sur elle, alors qu’elle se tenait à l’écart des médias depuis des mois. Un appui qui écrase, en fin de compte.

En peu de temps, la résistance envers la réinsertion de Maripier dans le showbiz a grimpé de plusieurs crans. Les langues se sont déliées. Et La Presse a publié une enquête sur d’autres gestes déplacés de l’animatrice et actrice.

Dans le milieu télévisuel, le malaise à l’égard de Maripier Morin ne s’est pas dissipé après son passage à Tout le monde en parle. Au contraire. Invitée chez Guy A. Lepage la semaine suivante, Safia Nolin a jugé, dans un message publié sur Instagram, que c’était irresponsable et opportuniste de lui demander de revivre ces évènements traumatisants. Une claque dans la face de toutes les victimes d’agression, a ajouté la chanteuse.

La publication de l’auteure-compositrice-interprète a été aimée et commentée par plusieurs ténors de la colonie artistique, dont Louis-Jean Cormier, Cœur de pirate, Pierre-Yves Cardinal, Karine Vanasse et Julie Le Breton. Ces voix portent. Leur point de vue compte pour les décideurs.

Les alliés de Maripier commençaient à se faire rares. Si l’opinion publique demeurait du côté de Maripier, celle de ses pairs lui intimait de ne pas reprendre ses activités professionnelles.

En déconnectant Mais pourquoi ?, Bell Média, sensible aux enjeux de réputation, s’est rangé du côté des vedettes qui ne veulent plus croiser Maripier Morin sur des plateaux de tournage. L’ex-animatrice de Studio G est radioactive. Et sa décontamination se prolongera de plusieurs mois encore, si elle finit par s’achever.