Lettre de Pierre Lapointe au PLQ

Punkt, le neuvième album de Pierre Lapointe, s'est... (Archives La Presse)

Agrandir

Punkt, le neuvième album de Pierre Lapointe, s'est écoulé à 25 000 exemplaires depuis sa sortie en février.

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Lapointe, auteur-compositeur-interprète
La Presse

J'ai appris avec stupéfaction que ma chanson Je reviendrai avait été utilisée comme « hymne patriotique» afin de galvaniser le moral des troupes libérales, dimanche dernier 17 mars 2013, lors du congrès au leadership du parti.

Je ne réussis toujours pas à digérer le fait que les organisateurs de cet événement aient pu décider, sans mon autorisation, d'associer mon travail, mon nom, ma chanson au Parti libéral du Québec. Une chanson, c'est un objet vivant qui se doit de voler de ses propres ailes, c'est un objet libre. Mais une chanson reste associée, qu'on le veuille ou non, à son auteur et à l'image de ce dernier. De se l'approprier pour vendre une idéologie, de s'en servir comme d'un souffle politiquement chargé sans demander au propriétaire de la dite chanson sa permission, est une grave erreur morale et un manque de respect flagrant. C'est un manque honteux d'éthique. D'autant plus que j'entretiens une relation assez étrange avec le PLQ.

Depuis mes débuts dans le monde de la chanson populaire, j'ai toujours été clair: être associé publiquement à un parti politique ne m'intéresse pas. Qu'importe le parti !

Je tiens à vous rappeler, chers Libéraux, qu'il y a un peu moins d'un an, durant le plus fort de la crise étudiante, Pierre Lapointe était cité, aux côtés de Fred Pellerin, par notre charmante ex-ministre de la culture Mme St-Pierre, comme étant des « agents de propagation de la violence ». Pourquoi ? Parce que Pierre Lapointe et Fred Pellerin, comme des milliers d'autres artistes québécois, outrés par l'ingérence flagrante de l'ancien gouvernement libéral face à la crise étudiante, portaient le carré rouge. 

Les questions se bousculent dans ma tête et je me permettrai de vous les adresser à vous, amis libéraux. 

Avez-vous souvenance du printemps dernier, chers membres du parti Libéral?  Vous souvenez-vous du méchant carré rouge ? Des méchants artistes qui portaient fièrement la couleur rouge, la couleur du démon, du sang et de l'anarchie ?

L'an dernier, durant la crise, j'étais dans la rue avec les étudiants, les parents, les enfants, les intellectuels, les commerçants, les retraités et les artistes. À l'époque, je trouvais votre discours ridicule. De vous voir diviser le « bien » du « mal » comme dans un film d'action au scénario trop léger d'esprit me mettait profondément mal à l'aise. Aujourd'hui, de voir que vous vous appropriez une de mes chansons, sans même avoir la cohérence d'esprit de vous souvenir que vous avez utilisé mon nom, pour salir l'image de tous les artistes qui portaient le carré rouge, me dégoûte.

Dois-je en comprendre qu'on peut utiliser les artistes là où ils sont profitables, le temps d'un court instant, pour ensuite les jeter ?

Dois-je en comprendre qu'une oeuvre existe pour vendre une image, en ne tenant pas compte de son créateur et de ce qu'il symbolise, même si cet artiste est toujours vivant ?

Est-ce que l'art est là pour servir à tout vent, sans aucune réelle association idéologique crédible ?

Eh bien, permettez-moi, chers amis libéraux, de vous dire qu'une oeuvre n'est pas un objet banal. C'est l'extension d'une pensée, d'une réflexion, d'une recherche, et surtout d'un être humain. Que cet être humain en est le propriétaire, et qu'on se doit de lui demander la permission pour utiliser son oeuvre, qu'importe le contexte. On me demande la permission pour utiliser une de mes créations dans un film, dans une publicité, dans une pièce de théâtre. Alors de quel droit votre parti serait exempt de cette jolie convention vieille de toujours ? 

Comme plusieurs de mes confrères artistes québécois, j'ai été profondément écorché par le printemps érable et la vision binaire de votre parti. Malheureusement pour vous, amis politiciens, nous, les artistes avons une mémoire. Une mémoire qui nous est chère et qui fait qu'on pardonne difficilement aux gens qui manquent d'intégrité.

Mes plus sincères salutations,

Pierre Lapointe

Auteur-Compositeur-Interprète

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer