La fête sera brève

Place Tahrir, les manifestants célèbrent le départ du... (PHOTO: MOHAMMED ABED, AFP)

Agrandir

Place Tahrir, les manifestants célèbrent le départ du président Hosni Moubarak... mais pour combien de temps? Que  va maintenant faire le nouveau pouvoir?

PHOTO: MOHAMMED ABED, AFP

Jocelyn Coulon
L'auteur (j.coulon@umontreal.ca) est directeur du Réseau francophone de recherche sur les opérations de paix, affilié au CÉRIUM.

Le président Hosni Moubarak est parti, mais le nouveau pouvoir militaire reposera sur un système dont l'objectif est son maintien en place. Avant de se réfugier comme un lâche à la station balnéaire de Sharm el-Sheikh et d'annoncer sa démission, le président, discrédité et usé, a dit jeudi soir aux Égyptiens tout le bien qu'il pense de lui-même et de sa décision de confier la «transition» à son vice-président, tout aussi discrédité, le général Souleimane, chef des services secrets depuis 20 ans et, à ce titre, responsable des malheurs de l'Égypte. Les militaires sont maintenant au pouvoir et la rue célèbre. La fête sera pourtant courte.

L'obtention du départ complet de Moubarak était un pari. Jusqu'à hier matin, le président jouissait encore d'appuis solides en Égypte et ailleurs. Il était vu, faussement, comme le rempart de l'islamisme, comme la dernière ligne de défense contre les forces obscurantistes. Le nouveau régime militaire aussi. Ici, la propagande joue à plein poumon, l'épouvantail islamiste est constamment agité pour terroriser les opinions publiques arabes et occidentales. Mais ça ne marche plus, du moins dans la rue, au Caire. Les Égyptiens disent non à ces mensonges, comme les Tunisiens ont dit non aux mêmes mensonges proférés par Ben Ali avant sa fuite. À partir de maintenant, les Égyptiens devront continuer jour après jour leurs manifestations afin d'obtenir désormais la fin du régime. Il faut saluer le courage exceptionnel de tous ces manifestants bravant un pareil régime. Ils nous offrent une vraie leçon sur la manière dont on mène le combat pour la liberté sous une dictature.

Avec l'accession au pouvoir des militaires et du général Souleimane, ordonnateur de la dictature, de la censure et des chambres de torture, le système va perdurer encore longtemps. Le général n'a jamais fait mystère de son mépris pour la démocratie. Il y a quelques jours à peine, dans une entrevue à un média américain, il a déclaré sans gêne que l'Égypte n'était pas prête pour ce système de gouvernement et qu'il faudrait attendre longtemps avant d'y arriver. On ne pense pas autrement en Occident et chez certains commentateurs.

Ces arguments, nous les avons maintes fois entendus au cours des 20 dernières années au sujet de certains pays d'Amérique latine, d'Afrique, d'Asie et maintenant du monde arabe. Les peuples ne seraient jamais prêts lorsque l'occasion se présente, nous disent les dictatures en place et leurs soutiens en Occident. Pour y accéder, il leur faudrait passer par un long apprentissage au cours duquel ils devraient mettre en chantier une vie politique apaisée, des institutions, une culture du dialogue et de la tolérance. Tout cela n'est pas faux, comme on peut le constater dans plusieurs nouvelles démocraties où le réflexe autoritaire, l'imposition d'une certaine censure, la fraude électorale sont de retour.

Étrangement, ce discours n'avait pas sa place en 1989 lorsque le bloc communiste commença à s'effondrer. Il est vrai qu'à l'époque, l'Occident était pressé de se débarrasser du système soviétique. Aujourd'hui, on brandit la menace du chaos pour refuser un vrai changement aux Égyptiens, car on tremble face aux conséquences.

À force de ne pas laisser les peuples décider par eux-mêmes de la marche à suivre, on ouvre la porte aux catastrophes. Au Caire et ailleurs dans le pays, la rue est en colère et déterminée. Que va maintenant faire le nouveau pouvoir? Il peut, comme en Roumanie en 1989, récupérer la révolution en procédant à des aménagements de façade afin de se donner une légitimité et de préserver le système. Il peut aussi ordonner de tirer sur la foule, mais alors, la place Tahrir rejoindra celle de Tien Anmen au rang des massacres de manifestants paisibles et pacifiques. La première option est en marche, la deuxième impossible, car les manifestants égyptiens, eux, ont la vie sauve grâce aux télévisions du monde entier. Mais demain, comment les choses vont-elles tourner?

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer