• Accueil > 
  • Opinions 
  • > Énergie NB: les Québécois se font passer un sapin nucléaire 

Énergie NB: les Québécois se font passer un sapin nucléaire

La centrale nucléaire de Pointe Lepreau, au Nouveau-Brunswick.... (PHOTO: ARCHIVES PC)

Agrandir

La centrale nucléaire de Pointe Lepreau, au Nouveau-Brunswick.

PHOTO: ARCHIVES PC

Philippe Giroul

L'auteur est un enseignant à la retraite de Trois-Rivières.

Cyberpresse

Les Québécois, en dormance totale, sont en train de se faire passer un gros sapin en étant maintenus dans l'ignorance dans le dossier controversé d'achat d'Énergie Nouveau-Brunswick par Hydro-Québec,

Le pire dans cette affaire dite commerciale, c'est le projet d'acquérir la vieille centrale nucléaire de Pointe Lepreau, qui n'est qu'un vieux bazou qu'on est en train de revamper à coûts de plusieurs milliards avec des retards incontrôlables, sans être certain qu'elle fonctionnera le temps prévu (25 ans).

En effet, quatre centrales nucléaires Candu en Ontario qui ont subi le même traitement n'ont fonctionné que sept ans en moyenne. De plus, la réfection de cette centrale nucléaire à la technologie dépassée se fait selon les anciennes normes de sécurité d'avant juin 2008 et ne tient pas compte des 16 problèmes techniques non résolus à cette date, dévoilés par la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN). Pourquoi y aurait-il un miracle à Pointe Lepreau?

Dans cette prétendue aubaine de 1,4 milliard de dollars patentée par les nucléocrates d'Hydro-Québec et avec l'aval du gouvernement libéral, il y a un aspect que personne ne semble prendre en considération dans la décision d'acquérir ou non la centrale nucléaire de Pointe Lepreau: les 5000 tonnes de déchets de combustibles irradiés qui s'ajouteront en bonus à cette transaction.

Coût de gestion de ce cadeau empoisonné: 5 milliards de dettes que les générations futures devront assumer à perpétuité. Cette évaluation exclut d'ailleurs tous les autres déchets radioactifs résultant des activités d'opération de réfection et de déclassement du site nucléaire à la fin de sa vie utile. Magnifique legs intergénérationnel!

Au Nouveau-Brunswick, les citoyens ont la chance de pouvoir être informés adéquatement sur cette affaire, car on leur donne un délai pour un débat public. Ici, au Québec, malgré un avis en ce sens du BAPE 2005, aucun débat public n'est en vue; c'est le silence total devant ce manque de transparence du gouvernement.

Même l'opposition officielle reste très timide dans ce dossier, démontrant même une certaine incohérence inquiétante quand on sait sa position du 11 décembre où elle s'est déclarée contre le projet de reconstruction de Gentilly-2.

Il est temps de se réveiller et de demander des comptes au gouvernement avant qu'il ne nous précipite à nouveau dans un gouffre financier inadmissible, comme cela s'est passé avec la Caisse de dépôt. Notre dette en pourcentage du PIB étant la cinquième plus élevée au monde et la première au Canada, ce n'est vraiment pas le temps de s'endetter davantage en voulant acquérir Pointe Lepreau.

On n'a pas besoin de ces investissements gaspillés dans le nucléaire. Il vaudrait mieux les rediriger dans des énergies plus rentables et socialement acceptables afin de dynamiser et moderniser les secteurs de la conservation énergétique, de l'efficacité énergétique et de la production d'énergies renouvelables et décentralisées. Cela vivifierait une économie plus saine et créatrice d'emplois sur l'ensemble du territoire québécois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer