Plan d'action invisible à Parent

Marie-Claude Guimond
Le Nouvelliste

(Parent) Je sais déjà, en écrivant ces quelques lignes, que ça n'aidera certainement pas à faire mousser les innovations de Parent.

Mais il faut dire les vraies choses si on veut qu'un jour les Parentois se mobilisent et fassent de leur village un endroit de rétention pour pouvoir ainsi offrir aux résidents, commerçants et acteurs régionaux la sécurité d'un développement socio-économique durable en vue d'une autre probable fermeture d'usine.

Mais c'est beaucoup plus complexe et embrouillé qu'on pourrait le penser.

Une fusion pour l'amélioration de la qualité de vie des gens, c'est facile à vendre.

Faire donation d'équipement pour avoir l'appui de la population et placer un pion qu'on ne prend même pas la peine d'écouter aux réunions du conseil d'agglomération, c'est encore facile quand on sait au bout de compte que l'agglomération recevra plus ou moins 18 $M en redevances annuelles de par une grosse machine paragouvernementale.

Un petit ordinateur par-ci, par-là et le tour est joué.

Tout le monde est content.

Maintenant que la manche est gagnée, on coupe les services de proximité de moitié, on a un conseiller qui n'est jamais en poste, qui ne retourne pas ses appels et qui demeure à Ferme Neuve.

C'est vrai, il a un pied-à-terre à Parent.

Mais nous, les contribuables, on paie, ça augmente, on paie, on a rien et on dit rien.

Il y a quand même des gens qui tentent pour le meilleur de leur population.

On pense, par exemple, à l'Association des amis du lac Mauser qui organise chaque année une fête afin de sensibiliser la population à la préservation de notre lac et aussi à la conservation du moratoire pour les coupes forestières aux abords de notre plan d'eau.

On y offre des activités et un bon repas, le tout aux frais de l'OBNL dûment incorporé dans les règles de l'art.

Cette année, l'agglomération leur a refusé le statut de reconnaissance des organismes communautaires, étant donné que celui-ci est seulement un organisme de «lac».

Tout comme Tourisme Parent, un autre OBNL en règle qui dédoublerait leurs services à 300 km de l'agglomération, se l'est vu lui aussi refuser.

Le lac Mauser est un des plus beaux atouts de la région avec la montagne du Radar, le plus haut sommet du Haut-Saint-Maurice.

La fête est l'une des plus belles activités de l'été et le conseil d'agglomération refuse un octroi de 300 $ pour une fête familiale.

On coupe encore, on est radin, ou bien on nous rit en pleine figure?

Un plan d'action est en attente depuis le mois de janvier 2008.

Encore là, un beau souper payé aux frais des contribuables par l'agglomération, mais sans aucun résultat.

On l'attend toujours le plan d'action.

En septembre probablement, qu'on nous dit.

Bonne fête ville de La Tuque, en 2011, mais avez-vous pensé que Parent aussi fêtera son centenaire en 2010?

Si les organismes n'ont aucune aide et ne sont pas reconnus, les fêtes du centenaire seront aussi invisibles que le plan d'action.

Je pense être la voix de ma population.

Mais la fusion me donne mal à la gorge, la confusion, elle, mal à la tête, et restera les redevances qui me font mal au coeur.

Tout comme Parent, si ça continue.

Vous savez, mon village, mon lac, ma montagne et ses gens, je les aime et vous?

Marie-Claude Guimond

Base du Radar

Parent

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer