Référendum garanti

S'ils obtiennent la majorité convoitée le 7 avril... (Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

Agrandir

S'ils obtiennent la majorité convoitée le 7 avril prochain, les indépendantistes menés par Pauline Marois vont s'employer, avec l'énergie du désespoir, à faire avancer leur cause.

Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne

André Pratte
La Presse

L'accueil enthousiaste qu'a réservé l'aile gauche du Parti québécois à la candidature de l'homme d'affaires Pierre Karl Péladeau est une preuve de plus que les péquistes comptent profiter d'une éventuelle majorité pour tenir un troisième référendum sur la séparation du Québec. L'ancien président de la CSN, Marc Laviolette a été on ne peut plus clair: «L'important, c'est de s'unir. C'est seulement avec une majorité de députés souverainistes qu'on va être capables de poser la question aux Québécois: veut-on un pays ou pas?»

M. Péladeau a répété que la souveraineté est la principale raison de son passage en politique. D'autres candidats vedettes du PQ ont dit souhaiter la tenue prochaine d'un référendum. Comment expliquer ce regain d'énergie chez les indépendantistes?

Aux yeux de plusieurs d'entre eux, une majorité obtenue le 7 avril prochain offrira une dernière chance pour atteindre leur objectif. D'abord, les militants de la première heure craignent ne pas voir leur rêve se réaliser de leur vivant. Ensuite, la population de la province vieillit rapidement et les Québécois d'origine immigrante sont de plus en plus nombreux; le Québec de demain sera donc encore moins enclin à sauter dans l'inconnu que celui d'aujourd'hui.

Il est vrai que les sondages placent les appuis à l'indépendance entre 35% et 40%. Dans de telles conditions, tenir un référendum serait suicidaire. Mais, justement, un gouvernement majoritaire permettra aux péquistes, armés de toutes les ressources de l'État, d'agir sur ces conditions perdantes.

On connaît déjà les premiers éléments du plan de match. Il y aura d'abord un «livre blanc sur l'avenir du Québec». Qui doute de la conclusion de l'ouvrage?

Le gouvernement Marois lancera ensuite une vaste opération de propagande, sous des couverts de consultation. Ajoutez à cela les contentieux que Québec multipliera avec le gouvernement fédéral. Tout sera fait pour gonfler le sentiment favorable à la souveraineté.

Et si le sursaut en faveur du OUI ne se produit pas? Il y aura quand même un référendum. Dans un livre publié en 2000, Jean-François Lisée esquissait déjà ce scénario de «sortie de secours». Il s'agirait de demander aux Québécois un mandat pour rapatrier du fédéral la pleine compétence dans des domaines comme la culture, les communications, la langue, l'éducation, la santé, etc. Si l'on en croit les sondages réalisés dans le passé, une solide majorité de Québécois répondrait OUI à une telle question.

S'appuyant sur la volonté populaire ainsi exprimée, le gouvernement Marois exigerait qu'Ottawa obtempère. Dans l'éventualité (probable) d'une impasse, explique M. Lisée, la table sera mise pour un référendum sur l'indépendance: «La question se poserait: ces pouvoirs que nous avons demandés par la voie d'amendements constitutionnels, s'ils sont nécessaires, il faut les obtenir autrement. Et il n'y a plus qu'une façon d'y arriver, c'est de les obtenir tous, en faisant la souveraineté.»

Politique-fiction? Peut-être. Cependant, une chose est absolument certaine: s'ils obtiennent la majorité convoitée le 7 avril prochain, les indépendantistes vont s'employer, avec l'énergie du désespoir, à faire avancer leur cause.

Les Québécois souhaitent-ils revivre les déchirements de 1980 et 1995? M. Péladeau disait dimanche qu'en raison de la mondialisation, le Québec est confronté à une concurrence internationale sans précédent. N'est-ce pas à cela, entre autres problèmes concrets, que nous devrions consacrer nos énergies?




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer