Le scandale Harper

Le premier ministre Stephen Harper.... (Photo Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Stephen Harper.

Photo Sean Kilpatrick, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Il y a deux ans, le bureau du premier ministre a exigé que, dans leurs communications publiques, les ministères parlent désormais du «gouvernement Harper» plutôt que du «gouvernement du Canada». C'était révélateur de la transformation, par les conservateurs, de l'État fédéral en machine partisane.

En toute cohérence, s'il tenait tant à associer son nom aux bons coups du gouvernement, M. Harper doit aujourd'hui accepter l'entière responsabilité du scandale relatif aux dépenses abusives de certains sénateurs. Contrairement à ce que le premier ministre laisse entendre, il ne s'agit pas seulement du comportement déviant de quelques personnes. C'est lui qui a nommé au Sénat Pamela Wallin, Mike Duffy et Patrick Brazeau. C'est lui qui a choisi Nigel Wright pour bras droit. Les loups sont dans la bergerie parce que M. Harper lui-même les y a invités.

Arrivé au pouvoir après avoir fait campagne sur le thème de l'intégrité, le premier ministre n'a pas su inculquer une culture d'honnêteté à l'ensemble de son équipe. On peut même penser que la mentalité paranoïaque et la manie du secret caractérisant son gouvernement ont favorisé les comportements déviants.

Hier, au Pérou où il était en visite officielle, le premier ministre a finalement daigné répondre aux questions des journalistes sur les derniers développements dans cette affaire. Il a soutenu qu'il n'était pas au courant du paiement de 90 000$ fait par son chef de cabinet au sénateur Duffy. Si on l'avait consulté, a-t-il déclaré, il aurait opposé son veto. Bien, mais cela ne clôt pas le dossier. L'intérêt public commande qu'on sache si d'autres personnes au bureau du premier ministre étaient au courant et si ce paiement résultait d'une entente entre M. Wright et M. Duffy.

Jusqu'ici, le gouvernement conservateur réagit à l'affaire exactement comme le gouvernement libéral l'avait fait au scandale des commandites: il tasse les personnes devenues embarrassantes et promet de nouvelles règles. Cela non plus n'est pas suffisant.

La transparence est le meilleur vaccin contre les abus. Or, le gouvernement Harper est le moins transparent de l'histoire moderne du pays. Cela commence par le mépris qu'entretient le premier ministre à l'égard des journalistes. En refusant de répondre régulièrement et de manière exhaustive à leurs questions, Stephen Harper esquive l'un de ses principaux devoirs, celui de rendre des comptes. Non pas aux médias mais à la population elle-même.

Hier, le premier ministre a convenu avec le président péruvien de «l'importance de renforcer la Charte démocratique interaméricaine». Or, cette charte affirme, à son article 4: «La transparence des activités gouvernementales, la probité, une gestion responsable des affaires publiques par les gouvernements, le respect des droits sociaux, la liberté d'expression et la liberté de la presse constituent des composantes fondamentales de la démocratie.»

On ne saurait mieux dire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer