La fausse histoire de la mosquée

La mosquée Ahl-Ill-Bait, dans le quartier Côte-des-Neiges... (PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

La mosquée Ahl-Ill-Bait, dans le quartier Côte-des-Neiges

PHOTO PAUL CHIASSON, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Une journaliste de TVA, en direct, affirme qu'« au moins cinq femmes » auraient été « chassées » d'un chantier voisin d'une mosquée, dans le quartier Côte-des-Neiges. Elle présente un extrait d'entrevue avec le responsable d'une firme de signalisation qui déclare s'être fait dire que les femmes étaient bannies à la demande des responsables de la mosquée. Certaines ont été réaffectées, d'autres, « carrément privées de salaire », dit la journaliste.

L'homme est d'avis que ce genre de demande est inacceptable. Avec raison.

Des badauds sont interrogés par TVA : trouvez-vous normal de nos jours que des femmes soient bannies d'un chantier pour cause d'accommodement religieux ?

Ah non, vraiment, non, disent les badauds.

Seul problème : ce n'est pas vrai.

Suivons tout de même la journaliste. Après cette première intervention, la reporter s'en va rencontrer les gens de la mosquée. Elle leur dit qu'elle « sait » qu'ils ont, par écrit, exigé que les femmes soient exclues du chantier de construction voisin de leur lieu de prière, à leur demande, le vendredi.

Vraiment ? Les responsables sont incrédules. Ils sont prudents. Ils demandent de voir le contrat, ou du moins la demande écrite. Le chantier, après tout, n'a rien à voir avec leur mosquée. Mais si ce contrat existe, qu'on nous le montre...

La journaliste dit que le contrat est facile à obtenir, puisqu'il s'agit d'un contrat public passé avec la Commission des services électriques (qui a besoin de travailler sur le terrain de la mosquée pour ses réparations).

Non, non, donnez-moi une copie, dit le responsable, je veux voir ça avant de dire n'importe quoi.

« Parfait, dès que je l'ai, je vous en envoie une copie, moi je l'ai filmée, je vais la montrer ce soir, dit la journaliste.

- Heureusement que cette demande était écrite ! », dit le représentant de la mosquée.

Dans une première version, la journaliste affirme que la demande stipule l'exclusion des femmes « noir sur blanc ».

Oups, pas vrai non plus. Elle n'a pas « vu » cette demande écrite, puisqu'elle n'existe pas. La mosquée a demandé qu'on ne fasse pas de bruit le vendredi après-midi, oui. Mais il n'a jamais été question de bannir les femmes.

La première version de ce reportage a été retirée et corrigée sur la question de la demande écrite. L'histoire demeure fausse : il n'y a eu aucun accommodement religieux, aucune demande d'exclusion des femmes.

Pas grave, le feu était pris.

***

C'était écrit noir sur blanc, disait le reportage ! Tout le monde et son frère ont bien entendu dénoncé cette exclusion. Gabriel Nadeau-Dubois a immédiatement rappelé le principe non négociable de l'égalité hommes-femmes. J'ai écrit sur Twitter qu'un contrat excluant les femmes est en soi discriminatoire, contraire à l'ordre public, invalide.

Et une fois toutes nos chemises déchirées, le groupe d'extrême droite identitaire La Meute a annoncé une « manifestation » devant la mosquée, initialement prévue pour aujourd'hui, jour de prière. C'est évidemment une provocation, pour ne pas dire un appel à la haine sous couvert de défense de l'égalité des sexes.

La Meute a annulé la manif d'aujourd'hui pour « étudier » la question plus en profondeur.

Pourquoi ? Parce que la Commission de la construction du Québec a fait enquête... et cette histoire est du bidon. 

Après avoir rencontré tout le monde, la CCQ conclut ceci : « Absolument rien n'indique que les dirigeants ou les représentants des mosquées aient demandé des aménagements concernant la présence des femmes au chantier. »

Des employées ont été déplacées parce qu'on est passé de quatre à deux personnes, une autre parce qu'elle était mineure, bref, ça n'a rien à voir avec la mosquée.

***

On est toujours mal placé pour faire des leçons de journalisme aux collègues. Les erreurs, les confusions, ça arrive partout. Il y a un truc, par contre. Quand on se trompe sur un sujet aussi socialement explosif, quand on a ameuté tout le monde, on le dit clairement, on rétablit les faits, on présente des excuses. Ce n'est pas ce qu'a fait TVA hier soir.

TVA a présenté une pudique « mise à jour » à son bulletin de fin de soirée hier. « Les versions ont évolué », a dit la journaliste. Finalement, « nous ne sommes plus en mesure d'affirmer qu'il y aurait eu une demande pour que les femmes ne se retrouvent pas sur le chantier pour la prière. La situation semble plutôt découler d'un imbroglio ».

Pardon, l'imbroglio n'a qu'une seule cause : cette fausse histoire n'a jamais été vérifiée avant d'être diffusée. Elle a été « mise à jour » seulement après une enquête officielle de la CCQ qui en démontrait la fausseté. Et c'est après seulement que cette « mise à jour » a été faite, sans la moindre excuse, deux jours après le reportage.

Je rappelle qu'un type est allé tuer des gens dans une mosquée à Québec, cette année. Il me semble qu'une prudence supplémentaire s'impose avant d'accuser injustement une communauté ciblée. Mais remarquez, pas obligé : juste vérifier minimalement aurait évité cette bourde qu'on présente commodément comme un « imbroglio ».

***

Deux choses pour finir. La liberté d'expression, la liberté de manifester ne sont pas des droits absolus. Venir manifester devant un lieu de culte le jour de la prière - sur de fausses prémisses - n'est pas loin de l'incitation à la haine et pose certainement un risque de troubler la paix. Je ne connais pas de précédent d'une manif qui cible une communauté dans un lieu de culte.

Dans ce contexte, notre très souriante mairesse Valérie Plante aurait dû envoyer un message clair, sans équivoque, très rapidement, pour dénoncer cette manif odieuse qui se préparait à Montréal.

Au lieu de ça, elle a envoyé son responsable des communications, qui n'a rien trouvé de plus fort à dire que l'hôtel de ville « accueille favorablement l'appel au calme de Québec ».

C'est tout ?

On dira ce qu'on voudra de Denis Coderre, mais quand des trucs comme ça arrivaient, il ne niaisait pas longtemps, il dénonçait superbement les fomenteurs de haine, les pourrisseurs du vivre-ensemble, imams radicaux ou groupes intolérants. Il faisait face.

Il ne partait pas par une porte de côté.

Vous pouvez, vous devez faire mieux, madame la mairesse.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer