L'espoir blond de l'athlétisme québécois

Le coureur québécois Charles Philibert-Thiboutot a atteint hier... (Photo David J. Phillip, Associated Press)

Agrandir

Le coureur québécois Charles Philibert-Thiboutot a atteint hier par repêchage les demi-finales du 1500 m, une première en 40 ans.

Photo David J. Phillip, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

(RIO DE JANEIRO) Ça faisait 40 ans qu'on n'avait pas vu ça : un Québécois, Charles Philibert-Thiboutot, qui atteint les demi-finales du 1500 m aux Jeux olympiques.

Le dernier était Dave Hill, aux Jeux de Montréal.

Il s'en est fallu de peu, d'ailleurs : l'ancien coureur du Rouge et Or de l'Université Laval a obtenu la toute dernière place de la liste.

Quand il est apparu devant nous dans la zone mixte, tout de suite après sa série, il était certain que son séjour olympique était terminé, en fait. Il devait attendre de voir ce que les autres feraient, ayant raté les six premières positions.

(Les 45 coureurs sont répartis dans trois séries. Les six premiers de chaque vague passent en demi-finale. S'ajoutent à eux les six ayant les meilleurs temps parmi ceux qui restent.)

Un jeu tactique où le chrono n'a aucune importance... pour autant qu'on soit parmi les six premiers. Si on est huitième, comme Charles, alors on espère, on s'accroche à l'espoir d'être repêché avec son chrono. Pour vous donner une idée, Philibert-Thiboutot a raté la qualification automatique avec 3 min 40,04 s, alors que la deuxième série s'est gagnée en... 3 min 46 s. Le Canadien Nathan Brennan, quatrième de cette série, a couru pourtant en sept secondes de plus que Philibert-Thiboutot, obligé d'attendre les résultats des autres...

Philibert-Thiboutot, qui a fait quelques courses dans la prestigieuse Ligue de diamant, où les meilleurs s'affrontent, a dû s'adapter à « un style de course complètement différent ».

La série de Charles était particulièrement rapide, avec le champion du monde Kiprop.

« Je voulais juste rester top 5 pour m'assurer de me qualifier, mais le prix que j'ai payé, c'est que ça jouait du coude et on se pilait un peu sur les pieds. J'ai dû courir large et à cause de ça, il va m'en manquer, je pense... Je suis déçu de ma course, de ne pas avoir collé avec les gars en avant. Mais je croise les doigts... »

Quinze minutes plus tard... il entrait par la petite porte d'en arrière.

« Pendant un bon 15 minutes, j'ai cru que j'étais éliminé. Matin de cauchemar. On "reset" pour jeudi. Le rêve est en vie ! »

***

Jamais la délégation d'athlétisme canadienne n'a été aussi garnie : 65 membres. Une seule main suffit pourtant pour compter les Québécois dans le groupe.

Tandis qu'émergent comme jamais des athlètes canadiens dans le top 10 mondial, même dans le top 3 (décathlon, sprint, saut en hauteur, à la perche...), l'athlétisme québécois paraît en panne.

On peut mettre en cause le système sportif scolaire, on peut trouver diverses raisons, le fait est que la transmission du témoin entre la « génération olympique », inspirée par les Jeux de Montréal, et les suivantes ne s'est pas très bien faite.

Philibert-Thiboutot, à 25 ans, est en quelque sorte l'incarnation d'une nouvelle génération. Après seulement un an d'entraînement à temps plein, il connaît une progression remarquable, et surtout prometteuse. 

Dans une discipline particulièrement encombrée par les grands talents internationaux - tous les pays courent le 1500 m -, se faire un chemin à ce niveau est remarquable.

« Oui, il y a une relève qui pointe au Québec, elle émerge, ça s'améliorera dans les prochains cycles olympiques et il y aura plus de Québécois, il y a un bon bassin présentement », dit Félix Lapointe, du Rouge et Or, le meilleur club universitaire au Québec, qui entraîne Philibert-Thiboutot depuis six ans.

***

Lapointe comme son protégé ne s'en sont pas cachés : le but est de faire la finale. « Jeudi, aux demi-finales, Charles sera dans la dernière section, il aura la chance de voir les temps à battre pour être repêché ; et souvent, la dernière section est plus rapide que la première, car les athlètes voient le temps de la première vague. Il a la chance d'accomplir son objectif. Mais il faut une performance sans faille et être bien positionné... sans se faire emboîter... et en finissant très fort. Les derniers entraînements me font croire que ça peut arriver. Regarde l'Américain Clayton Murphy [21 ans, sorti de nulle part, médaille de bronze au 800 m] ; il a fait la finale par repêchage. »

Demain, on oublie donc le chemin emprunté pour y arriver. L'espoir blond de l'athlétisme québécois remet les compteurs à zéro et essaie de sortir le plus gros « kick » de fin de course de sa vie... Et de faire durer le rêve.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer