Bernie a peut-être raison

Bernie Ecclestone, patron de la F1, lors de... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Bernie Ecclestone, patron de la F1, lors de son passage au Grand Prix de Montréal

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Ce vieil escroc de Bernie Ecclestone n'en rate pas une. Après avoir quitté Montréal, ce « trou merdeux », comme il dit, le voici enfin dans un endroit à son goût : Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan.

Cette semi-dictature a donné au monde le génie du jeu d'échecs Garry Kasparov. Elle est aussi connue pour ses esturgeons, ses ressources pétrolières, ses élections truquées et l'emprisonnement des journalistes et des opposants politiques.

Caviar frais, carburant pas cher et presse muselée, oui, ce pays idyllique existe.

Bakou est l'hôte du « Grand Prix d'Europe ». J'en entends qui protestent : ce n'est tellement pas en Europe que le pays est dans le « partenariat oriental » de l'Union européenne.

Et alors ? Pour quelques dizaines de millions, Bernie vous redessine la mappemonde. S'il faut tenir le Grand Prix d'Europe en Patagonie, il le fera. L'Europe, c'est une idée plus qu'un Continent, après tout, non ?

Bernie, toute cette corruption dans le pays, ça ne vous gêne pas un peu... Les droits de la personne bafoués...

« S'il fallait organiser des courses seulement dans les pays où il n'y a pas de corruption, où courrait-on ? »

Sacrée bonne question, avouez. Même en Scandinavie, mesdames et messieurs, il y a un peu de corruption. Alors, Oslo ou Bakou, Danemark ou Abou Dhabi, quelle différence ?

Et si quelqu'un s'y connaît en matière de corruption, c'est bien Bernie. En 2014, poursuivi devant la justice pénale en Allemagne, il a obtenu un retrait des accusations en échange d'un versement de 100 millions de dollars.

Oui, vous avez bien lu : les procureurs de Bavière ont libéré Bernie Ecclestone de toutes les accusations de corruption en échange d'un chèque sans précédent au Trésor étatique. Cette façon d'acheter la justice en toute légalité me semble plus scandaleuse que les manigances dont Ecclestone était accusé avec un banquier. Quoi qu'il soit, ce sacré Bernie s'en est tiré indemne.

***

Revenons à Montréal, ce « trou merdeux ». Sympathique, quand même, d'entendre un gars qui soutire 18 millions de fonds publics pour le Grand Prix de Montréal, en sus de ce qu'il reçoit du promoteur local, venir nous chier dessus trois jours plus tard.

Un contrat est un contrat, disent les défenseurs de Bernie : l'entente avec Ecclestone comprend la construction de nouveaux garages et de nouvelles loges - dont il sera le principal, sinon l'unique bénéficiaire. Montréal est en retard. Il a été question de 30 millions financés par la Ville. Sauf qu'en vérité, ce qu'exige Ecclestone coûterait plutôt... 50 millions.

Avant de dépenser autant d'argent, la Ville voudra avoir l'assurance que le Grand Prix ne s'en ira pas l'année suivante. Ecclestone en fait peut déménager son Grand Prix à sa guise, les prétextes ne manquent pas. Une rumeur envoie des Chinois développer un circuit à Las Vegas, avec 150 millions en poche. 

Si quelqu'un envoie un chèque, qu'il vienne d'un dictateur, de la mafia ou d'entrepreneurs respectables, ce qui compte, c'est le chèque, Bernie n'est pas dans le business de l'humanitaire.

Octane et François Dumontier ont de sérieuses difficultés à s'acquitter de leurs obligations, au point qu'une opération de sauvetage est engagée depuis plusieurs mois. evenko, Geoff Molson, Gilbert Rozon et d'autres ont été impliqués.

Est-ce que Bernie a vraiment besoin de tout ça, quand quelqu'un quelque part l'attend avec une autre offre ?

Notre problème, c'est qu'on est convaincus que « nous » avons besoin du Grand Prix. Pour les « retombées » (qui retombent davantage chaque fois qu'on les calcule), pour le « prestige », etc.

C'est vraiment bon pour l'image de Montréal, se faire traiter de « shithole » devant la presse internationale par Bernie Ecclestone ?

Ah bon.

Alors on se prépare pour une autre séance de sodomie fiscale non consentante, mesdames et messieurs.

Et savez-vous quoi ? On va payer.

***

Si le Grand Prix d'Europe a lieu en Orient, vous pensez bien que les lois sur l'affichage français du Québec, Bernie s'en fout bien.

Pourquoi des vendeurs de bière comme Heineken demeurent associés à une fripouille comme Ecclestone ? Parce qu'avec toutes ses marques, la brasserie est partout dans le monde... où le monde a soif de bière. Et qu'il n'y a pas tant de vitrines internationales qui reviennent 21 fois par année pour un public de buveurs de bière. C'est la même chose pour les constructeurs et tous les commanditaires. On a beau dire que les auditoires sont en baisse, Ecclestone livre encore beaucoup de buveurs de bière et de rêveurs de bagnoles.

Alors eux aussi, ils le laissent faire. Comme nous.

Au rythme où l'on plie devant lui, il a peut-être raison. C'est peut-être nous, finalement, qui nous percevons comme un trou merdeux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer