Le modèle québécois... anticorruption

Un comité avait soumis au gouvernement une courte... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Un comité avait soumis au gouvernement une courte liste d'au moins trois candidats pour pourvoir le poste qu'occupe Robert Lafrenière (à droite) depuis la création de l'UPAC, en 2011. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, n'a pas révélé qui étaient les candidats écartés.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Quand le commissaire à la lutte anticorruption de New York se déplace pour faire l'accolade au patron de l'Unité permanente anticorruption (UPAC), ça devient gênant de ne pas renouveler son mandat...

Mark G. Peters, commissaire du Department of Investigation de la Ville de New York, participait au mini-colloque organisé mardi à La Prairie pour faire le point sur les cinq ans de l'UPAC. Il a qualifié le travail de l'unité dirigée par Robert Lafrenière de « très impressionnant ».

Simple courtoisie entre collègues ? Stratégie d'autocongratulation pour favoriser son renouvellement de mandat ? Pas vraiment. M. Peters, dont l'organisme a inspiré la création de l'UPAC, a autre chose à faire dans la vie que de visiter la charmante bourgade de La Prairie pour aller aider un policier du Québec à prolonger sa carrière. Autre chose comme... surveiller 300 000 employés dans 16 directions, y compris le monde scolaire... S'il ne le pensait pas, il ne serait pas venu nous le dire.

Deuxièmement, même si ce colloque avait un but d'autopromotion... Pourquoi pas ?

Il y a de quoi être fier de ce qui s'est accompli au Québec dans la lutte contre la corruption depuis cinq ans.

Oui, oui, mesdames et messieurs, le même chroniqueur qui (beaucoup trop souvent d'après plusieurs d'entre vous) ressasse les affaires de corruption, de collusion et d'éthique est en train de vous dire qu'il y a de quoi être fier.

On a de quoi être fiers parce qu'on a collectivement pris les moyens pour s'attaquer à un problème qui gangrenait plusieurs administrations au Québec.

Et en cinq ans, on est passés de supposés champions de la corruption au Canada à modèle de la lutte anticorruption.

***

L'Ontario s'éveille soudainement aux problèmes du financement des partis politiques. Non seulement le financement des entreprises et des groupes y est permis, mais on apprend que les ministres du cabinet de la première ministre Kathleen Wynne doivent récolter un demi-million de dollars par année. Que des cocktails à plusieurs milliers de dollars peuvent vous obtenir une rencontre avec un ministre influent.

Shocking, vous dites ?

C'est au point où les journaux de Toronto se demandent si le Québec n'a pas tout simplement été plus vigilant. Enquêtes journalistiques multiples, pression populaire et politique...

Ce qu'on voit à l'oeuvre aujourd'hui n'est pas apparu par enchantement, mais par une sorte d'expression collective de ras-le-bol.

« On vivait dans le monde de Bambi », a dit l'ex-procureur de la commission Charbonneau Denis Gallant, mardi. La commission nous a plutôt présenté un Québec qui ressemblait par bouts un peu plus à Goodfellas...

Bien des gens, en particulier des gens d'affaires, étaient irrités et le sont encore devant l'étalage des dessous des contrats publics. C'est vrai qu'à côté du financement de la politique aux États-Unis, où tous les coups sont permis, on paraît bien angéliques. Mais le test de l'éthique ne consiste pas à se demander s'il y a pire ailleurs.

***

On se demande bien pourquoi il a fallu dépasser les délais avant de renouveler le mandat de M. Lafrenière. Le principe, c'est que le mandat d'un dirigeant compétent doit être renouvelé. Or, le bilan de l'UPAC est impressionnant. Pas seulement par ses 164 arrestations. Mais par l'ampleur des enquêtes et les cibles qu'il a atteintes. Démanteler le gang de Laval, qui sévissait depuis plus de 30 ans, faire accuser un numéro deux et un maire suppléant à Montréal, enquêter aux plus hauts niveaux de l'État... En même temps, l'UPAC fait du travail de prévention et d'éducation. Tout ça mis ensemble - prévention et répression - envoie un message assez puissant. À ceux qui seraient tentés de contourner les règles. Et au public.

***

Une cinquantaine d'enquêtes sont en cours. Et comme le disait M. Peters, la lutte n'arrête jamais : « C'est dans la nature humaine, je suppose. »

On sait que l'UPAC peut frapper partout. Ce qu'on attend dans les cinq années qui viennent, c'est le test judiciaire. Il y a eu des condamnations, mais les plus gros dossiers sont encore devant la cour. L'UPAC jouera sa crédibilité dans plusieurs procès. Quelle est au juste la preuve contre Gilles Vaillancourt ? Contre Nathalie Normandeau ? Est-on dans des zones grises ?

M. Lafrenière a confondu les sceptiques, qui étaient nombreux il y a cinq ans. D'ici cinq ans, on pourra porter un jugement complet sur son travail. En attendant, sa re-nomination est une excellente nouvelle.

Son successeur devrait-il être nommé par l'Assemblée nationale ? Je crois que oui.

Je crois surtout qu'on devrait prendre un pas de recul, malgré tout ce qu'on a vu et ce qu'on verra encore, et voir tout ce qui a été fait : bureau de l'Inspecteur général à Montréal, UPAC, diverses lois... Et on devrait se dire qu'on a progressé. Au point d'être une référence.

Une démocratie saine n'est pas un lieu de parfaite morale. C'est un État où les mécanismes de contrôle fonctionnent. Les nôtres fonctionnent pas mal mieux en 2016.

Ah, c'est certain, les gens trouvent toujours de nouveaux trucs pour contourner les règles, disait le commissaire Peters. Son bureau new-yorkais existe depuis... 1873. Et il n'est pas près de fermer lui non plus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer