Rapport-poubelle

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Le rapport de Dominique Payette sur l'information à Québec veut nous alarmer sur les périls de la radio commerciale. C'est curieux, en lisant ça, c'est de la qualité de la recherche universitaire que je me suis inquiété.

Quoi, c'est ce qu'on montre en exemple aux étudiants de l'Université Laval ?

En partant, tout est de travers. Mme Payette, candidate défaite du PQ dans la région de Québec, prétend se pencher doctement sur les médias à qui le PQ attribue ses malheurs à Québec : les radios « commerciales ». Et elle le fait grâce à une subvention discrétionnaire personnelle de son ex-chef politique, Pauline Marois.

C'est acceptable sur le plan scientifique, ça ? L'Université Laval n'y voit rien à redire ?

Même la députée péquiste Agnès Maltais trouve ça « un peu particulier ».

***

Parlons méthode. Pour faire son rapport, Mme Payette a fait écouter 75 heures de trois radios ciblées : CHOI Radio X, FM 93 et NRJ, pendant la première semaine de février 2015.

Elle observe entre autres que les entrevues et commentaires concernant la Coalition avenir Québec sont généralement complaisants ou favorables. Pour le Parti libéral du Québec, c'est équilibré. Et pour le PQ, les commentaires sont systématiquement défavorables.

Pas de grande surprise ici pour qui connaît le moindrement ces radios.

Mais justement : qui écoute ces radios ? Combien de gens ? Approuvent-ils ces propos ?

Les sondages du printemps indiquaient que CHOI Radio X était passée du premier au cinquième rang à Québec. FM 93 est numéro un, mais le matin, c'est l'émission de Radio-Canada qui est la plus écoutée dans la région de Québec. Rouge FM est en deuxième position globalement.

Et puis, on ne peut pas comparer un vieux pro comme Gilles Parent (FM 93) à Jeff Fillion (NRJ), qui a pratiquement ruiné son ancienne station à force d'être poursuivi. Pourquoi l'échantillon comprend-il cinq heures de Parent et dix de Fillion ?

En d'autres termes, le premier défaut de ce rapport est qu'il n'arrive même pas à cerner et à quantifier le phénomène de la trash radio agressive qui est devenue une sorte de marque de commerce régionale.

***

Le rapport fourmille de considérations générales et d'exemples américains, mais contient très peu d'exemples du régime de terreur supposément instauré par ces radios. Des groupes, apparemment, craignent d'exercer leurs activités « au grand jour » de peur d'être « malmenés » par des animateurs. Des enfants de syndicalistes se feraient harceler dans les cours d'école.

Tout cela est documenté par des rencontres avec « des porte-parole de groupes ciblés par les médias de Québec, violemment pris à partie, verbalement par les contenus des radios, et aussi physiquement parfois, par des auditeurs devenus des militants subjugués par ces propos ».

Ah bon ? Physiquement ? Lesquels ? Quand ? On ne le sait pas.

Mme Payette n'a pas daigné rencontrer les gens de ces radios maudites.

La science apparemment a des exigences moindres que le journalisme pour la découverte des faits...

Elle ne s'empêche pourtant pas de conclure que ces radios jouissent d'un pouvoir « trop absolu, arbitraire et autoritaire ».

***

Je ne conteste pas, remarquez bien, l'idée qu'une poignée d'animateurs peuvent pourrir l'atmosphère de toute la ville. Au moment de l'affaire de la prostitution juvénile, il y a 10 ans, ça touchait au délire.

André Arthur, bien avant Fillion, pratiquait l'acharnement, le dénigrement systématique et les attaques vicieuses avant l'internet et les problèmes économiques actuels des médias.

La réponse est-elle dans les subventions aux radios communautaires, des hausses de tarifs arrangées par les deux quotidiens, plus de pouvoirs au Conseil de presse, des règles plus strictes ? J'en doute fort.

Il faudrait, justement, que les gens cessent d'avoir peur. Dur de poursuivre ? Sans doute. Mais quand Sophie Chiasson a fait un procès à CHOI, ç'a été le début de la fin pour Fillion. André Arthur a été poursuivi des dizaines de fois. Il a mis plusieurs années avant de retrouver un micro. Comme on l'a vu récemment, il n'a pas changé, c'est plus fort que lui, c'est un diffamateur en série, un « termite social », comme disait René Lévesque.

Mais pourquoi ce défaitisme et cet appel à la protection de l'État ? Il faut riposter aux attaques injustes, dénoncer les abus, bref, ne pas se laisser faire !

Se peut-il par ailleurs que certains animateurs aient du succès... parce qu'ils expriment aussi des points de vue « de droite » tout à fait légitimes ? Dans la foire aux idées, celles-là aussi ont droit de cité.

Lancer des médias de gauche pour répliquer à ces grandes gueules ? Pas viable, dit la prof Payette : le style même de ces radios (dénigrement, dérision, humiliation...) « se conjugue mal avec une gauche qui se veut pédagogique et informative [...] ».

La dérision et l'humour vache seraient donc le propre de la droite ? Ah bon. La soirée est encore jeune a prouvé le contraire à Radio-Canada. Aux États-Unis, des tonnes d'animateurs de télé à succès sont plantés clairement du côté « progressiste » pour commenter l'actualité... et faire un succès commercial.

Enfin bref, en un mot comme en mille, c'est un rapport-poubelle.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer