Pas juste à vous, l'UQAM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Bien sûr, des policiers casqués faisant face à des étudiants et des profs dans un pavillon universitaire, ça fait désordre.

Mais au nom de quoi une université devrait-elle laisser des gens masqués prendre le contrôle d'un de ses bâtiments?

«À nous, l'UQAM!», criaient des étudiants devant les policiers.

Pas juste à vous, les amis. Aussi à ceux qui y travaillent et à ceux qui y étudient.

J'en ai un peu marre d'entendre parler ceux qui prétendent être «avec les étudiants». Désolé, mais «les étudiants» ont voté contre la grève en grande majorité, même à l'UQAM.

Quand on se masque, qu'on met des chaînes sur les portes pour interdire l'accès aux cours des facultés qui ont rejeté la grève, on ne le fait pas pour «les étudiants». On le fait au nom de la cause.

Quelle cause, déjà?

Comprenez que le mouvement n'est pas mené par les sympathiques leaders qui dormaient à RDI et LCN en 2012. Gabriel Nadeau-Dubois est, pour les nouveaux porte-parole de l'ASSÉ d'aujourd'hui, une sorte de traître à la cause. Le graffiti «fuck Québec solidaire» représente assez le noyau dur des organisateurs de ce mouvement, qui gravitent dans la mouvance anarchiste.

On a «levé» des cours, on a bousculé des agents de sécurité, on a chahuté, menacé - notamment des journalistes -, etc.

Et l'UQAM devrait laisser faire? Évidemment non.

***

Pendant ce temps, à quelques mètres de là, les gens de l'association étudiante du cégep du Vieux Montréal ont inventé un nouveau mode de scrutin: le vote à main levée répétitif jusqu'à épuisement des troupes.

Comme vous savez, l'association réclame la fin des mesures d'austérité «pour toujours». Ça peut être long, toujours. Ce n'est pas tout: on réclame aussi «l'abolition de la loi 3 sur les régimes de retraite» et, pourquoi pas, l'abolition du règlement P-6 sur les manifestations dans la ville de Montréal.

(Je ne sais pas pour vous, mais je suis un peu déçu qu'on passe sous silence le caribou forestier.)

Après des heures de palabre, on vote à main levée. Résultat: 1006 pour continuer la grève commencée il y a deux semaines, 1163 contre, 60 abstentions.

Quelqu'un proteste et réclame un recomptage, ce qui, dans un vote à main levée, revient à faire voter les gens encore. Résultat numéro 2: 1104 pour, 1171 contre, 41 abstentions.

On proteste encore. Nouveau vote! Résultat: 1077 pour, 1037 contre, 34 abstentions.

On aura noté que 81 personnes du premier vote avaient quitté la salle. On notera surtout qu'une fois le «oui» triomphant, l'assemblée a été levée.

Que voulez-vous, on n'obtient pas toujours un résultat démocratique du premier coup!

***

Vous êtes le directeur du cégep du Vieux, où étudient 6000 personnes et où travaillent des centaines de personnes. Vous laissez faire?

Ah, certes, la démocratie étudiante est une belle et grande chose. Mais si c'est fait tout croche, vous permettez à la minorité militante de fermer la maison? Ça n'a évidemment aucun sens.

Y a-t-il vraiment une sorte de droit illimité de déclencher la grève et de fermer une institution collégiale pour tout motif jugé légitime par toute association étudiante? Le droit de manifester contre les politiques gouvernementales ne passe pas forcément par une grève-boycottage!

Et si, par grandeur de vues, on veut laisser le droit aux étudiants de fermer les campus, est-ce qu'on peut exiger un minimum de formes?

Dans les règles de procédure des assemblées syndicales au Québec, il suffit généralement d'un seul vote, d'une seule personne réclamant le vote secret pour que la procédure soit enclenchée. Dans le fatras des constitutions étudiantes, les règles varient et rendent ça beaucoup plus compliqué. C'est pourtant la moindre des exigences démocratiques que de prendre des décisions aussi sérieuses... sérieusement.

***

Tout ceci, bien entendu, coûtera cher. En temps perdu, en sécurité, en bris d'équipement. Et en réputation perdue.

Les années qui viennent seront des années de baisse démographique étudiante au Québec. Les institutions, déjà en concurrence pour les étudiants, le seront encore davantage. Pour accueillir le plus d'étudiants, si possible des meilleurs étudiants. Et des étudiants étrangers aussi.

Venez étudier chez nous... sans savoir si vous pourrez terminer votre trimestre! Bah, on peut bien faire un trimestre de 13 semaines en 9, non?

Ça vous fait une sacrée pub, tout ça...

Un moment donné, il n'y a plus d'autre recours que la police.

Ça tombe bien, c'est en plein ce que veulent les agitateurs: une belle grosse confrontation avec la vilaine police.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer