La liberté de dire même ça

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Qu'est-ce qu'on disait l'autre jour, déjà ? Oui, ce jour-là, le jour où nous étions tous Charlie, vous vous souvenez ? Liberté d'expression !

Quand des fanatiques assassinent des journalistes et des dessinateurs, on n'a pas à discuter très longtemps pour se mettre d'accord. Bien sûr qu'il faut réaffirmer l'importance de la liberté de la presse.

On a même vu le ministre russe des Affaires étrangères et un ministre saoudien défiler à Paris au rang des amis de la liberté, pensez donc !

Deux semaines plus tard, quand un imam rétrograde veut ouvrir un centre communautaire à Montréal, on cherche la loi pour l'empêcher de parler. J'avoue que ça donne le goût.

Sacré problème, l'homme est résident canadien, il a lui aussi droit à sa liberté d'expression. Comment interdire à l'avance des propos qu'on ne connait pas ?

Ce que Hamza Chaoui dit du vote, qui serait « un péché », des femmes, qui seraient inférieures, des homosexuels, qui n'auraient pas leur place au Parlement, tout ceci est en effet « incompatible avec nos valeurs », comme dit la députée péquiste Carole Poirier.

Mais ce n'est pas, en soi, illégal.

Le droit de tenir des propos outrageants, offensants, rétrogrades, blessants même est une composante de la liberté d'expression. C'est d'ailleurs ce que se sont fait dire les leaders religieux qui se plaignaient des caricatures de Charlie Hebdo : en démocratie, la liberté de religion va de pair avec la liberté de la critiquer. Même de la ridiculiser.

La limite est franchie uniquement quand on incite à la violence ou à la haine contre un groupe. C'est alors un crime.

Les critères sont très exigeants, et à juste titre.

Le cas du Rwandais Léon Mugesera est un des rares où l'on a interprété ce qu'est « fomenter la haine contre un groupe identifiable ». Il faut prouver une volonté de susciter une émotion extrême de détestation. Dans le cas d'un génocidaire, ça ne pose pas un immense problème.

En 1997, on a accusé en Ontario des membres d'un groupe raciste qui manifestaient devant un motel où étaient réfugiés des Roms. « Klaxonnez si vous haïssez les Tsiganes », « Le Canada n'est pas une poubelle », « Vous êtes un cancer pour le Canada », pouvait-on lire sur les pancartes.

Mais de fervents protestants qui distribuent des dépliants disant « Gardons l'homosexualité en dehors des écoles publiques de Saskatoon ! » et « Des sodomites dans nos écoles publiques » ont-ils commis un crime ? Non, ont jugé les procureurs locaux. On leur a collé une infraction civile à la loi anti-discrimination de la province, mais sans plus.

***

Cet imam met tout le monde politique devant ses vrais principes. La ministre de l'Immigration demande à Montréal d'agir pour l'empêcher de prêcher - on ne voit pas au nom de quel règlement municipal. L'opposition reproche au gouvernement Couillard de laisser courir les extrémistes. Mais quelle loi voudrait-on appliquer ?

La liberté, c'est aussi celle de dire des choses détestables, profondément choquantes pour la majorité. Tant que la limite des propos haineux n'est pas franchie.

Des charges agressives, répétées contre les homosexuels, dans un contexte de prêche devant des jeunes pourraient fort bien franchir cette limite et devenir de la « fomentation de la haine », et donc un crime. Mais encore faut-il en faire la preuve. C'est d'autant plus difficile, je le répète, qu'on n'a pas encore le contenu de ces futures paroles.

En attendant, ce qu'il faut, c'est surveiller, débusquer ces propos, les condamner, y répondre.

Si le principe de la liberté d'expression est aussi sacré qu'on l'a dit depuis deux semaines, il faut en toute logique être très exigeant pour criminaliser les paroles. Ce qui n'empêche pas les services de renseignement de faire leur travail, évidemment.

***

« Disséminer des opinions contraires aux vues de la majorité ne suffit pas, dit le député Irwin Cotler, qui retourne tranquillement à son ancienne vie d'avocat des prisonniers politiques. Il faut plus que des propos vagues. Il faut une incitation claire à la violence contre un groupe ou une attaque à la dignité d'un groupe identifié, vulnérable, par exemple. »

L'ancien avocat de Mandela en sait un bout sur les limites de la liberté d'expression. Il s'occupe en ce moment de Raïf Badawi, le blogueur emprisonné en Arabie saoudite depuis 2012 et condamné à 10 ans de prison et 1000 coups de fouet pour « insulte à l'islam ». Les coups de fouet ont été annulés pour la troisième fois hier, ce qui n'est sûrement pas l'effet du hasard.

L'affaire remonte à trois ans déjà, mais ironiquement, ce qui en a fait une vraie cause internationale, c'est la participation de responsables saoudiens à la marche de solidarité après les actes terroristes de Paris.

Et ce qui en fait une affaire canadienne, c'est la présence de sa famille, réfugiée au Québec. « On a une obligation morale d'intervenir », me dit Cotler avant d'aller rédiger une lettre à la Cour suprême d'Arabie saoudite.

Est-ce que la politique étrangère canadienne est fondée uniquement sur les relations économiques, ou a-t-elle aussi un ancrage dans les droits de la personne ? demande-t-il.

Un ancrage qui devrait nous rappeler qu'ici aussi, sauf cas extrêmes, le principe demeure : « Le meilleur remède à des paroles inacceptables, c'est plus de paroles pour les contrer. »

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer