| Commenter Commentaires (19)

Fachos de gauche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Oh, la jolie «justice transformatrice» ! Plus besoin de s'astreindre à la mécanique de la plainte, avec ses vérifications, ses délais, ses incertitudes: vous condamnez votre «agresseur» sur les réseaux sociaux. Tout le monde voit le coupable. Vite, efficace, public, gratuit, pas de questions, pas d'appels: coupable!

Ou vous faites comme ces braves anonymes à l'UQAM: vous placardez la porte d'un prof. «Harcèlement, attouchements, voyeurisme, agressions: tolérance zéro!»

Qu'ont-ils fait? On ne le sait pas. Pas grave! On les expose à la haine publique. Pas de fumée sans feu! Et tant pis si c'est une bande de lâches qui a allumé le feu à leur porte! Ce qui compte, c'est la fumée!

L'un de ces profs, paraît-il, a commis la faute infâme de n'avoir trouvé que des hommes comme conférenciers pour un colloque savant. Sexiste, vous dites? Du sexisme à l'agression sexuelle, j'allais dire «il n'y a qu'un pas», mais au fond, pourquoi s'embarrasser de distinctions oiseuses? C'est pareil, au fond, non?

Tous coupables!

On transforme ou on ne transforme pas, n'est-ce pas? C'est l'ère de la justice transformatriste, pardon, transformatrice.

Allez, hop, celui qui a regardé le décolleté d'une étudiante, celui qui a dragué quelqu'un, celui qui en a harcelé une autre, l'agresseur réel ou imaginaire, et puis, pourquoi pas, celui qui n'a rien fait du tout, mais dont la tête ne vous revient pas: tolérance zéro pour les porcs!

Bravo, les filles, les fascistes ne faisaient pas mieux.

***

Le phénomène exposé par le collègue Hugo Pilon-Larose depuis quelques jours est déjà assez répugnant. Mais il faut en plus qu'une association étudiante publie les photos des portes des profs, se trouvant ainsi à les désigner comme des coupables à toute la communauté et au public en général.

Y a-t-il eu quelque plainte contre ces profs, monsieur le représentant de l'association étudiante? A-t-on mal reçu, mal traité ces «victimes» ?

Pas du tout, a expliqué le type de l'association à Michel C. Auger, mercredi. Simplement, voyez-vous, ces femmes n'ont confiance ni dans la justice criminelle ni dans les canaux innombrables prévus dans nos universités pour se plaindre du mauvais comportement des profs.

Ne voit-il rien d'ignoble à laisser entendre les pires choses contre des profs au sujet desquels il n'y a ni plainte, ni dossier, ni rien?

Apparemment, pas le moins du monde. L'association a fait savoir par la suite qu'elle ne se laisserait pas «intimider» par les mises en demeure et refuse de retirer ces photos de son site.

Je me demande comment les gens de l'association en question réagiraient si, par exemple, on affichait sur le site de l'université la photo d'étudiants soupçonnés d'avoir commis un vol ou un méfait mais contre qui, faute de preuves, on ne dépose pas d'accusations...

***

Mieux encore, l'avocate Sibel Ataogul, présidente de l'Association des juristes progressistes, a défendu le procédé hier. «On est en train de renverser un fléau de société, et je ne pense pas que c'est un prix excessif à payer.»

Aimez-vous le progrès, mesdames et messieurs? Pour venger les victimes d'agression sexuelle qui se sont tues pendant des décennies, on accuse tout suspect sans preuve...

***

Nos «juristes progressistes» et les dignes représentants de cette association étudiante n'ont jamais entendu parler des causes, innombrables, de fausses accusations? Des vengeances? En particulier contre des profs? Des vies brisées?

Le «prix à payer» pour libérer la parole des victimes? Les esprits totalitaires ont exactement ce raisonnement: l'omelette du progrès nous oblige à casser quelques oeufs. Quelques-uns devront faire les frais du «grand changement» à venir!

Ont-ils tenté d'améliorer le processus de plaintes? De redresser quelque injustice du système? Pas besoin! Ils n'ont «pas confiance» et ça les autorise à prendre la justice entre leurs mains. Les milices d'extrême droite américaines disent la même chose.

Il y en a qui sont en train de se préparer une sacrée poursuite en diffamation et qui ne le savent pas. Il y a des manoeuvres là-dedans qui s'assimilent à de l'intimidation. Le harcèlement n'est pas que sexuel, soit dit en passant. Les règlements de l'UQAM, évidemment, prévoient l'exclusion d'un étudiant qui cause des dommages ou qui commet «un acte illégal». Allô?

***

Pour finir, je n'accepte pas l'idée selon laquelle ces actes de délation de fachos de gauche sont le résultat inévitable de la campagne de prise de parole de victimes d'agressions sexuelles. C'est un mouvement autonome, qui était déjà à l'oeuvre sur certains campus.

Je n'accepte pas non plus qu'on fasse peser la responsabilité de ces lynchages vertueux sur celles qui ont très dignement et simplement... témoigné. Pas pour démasquer un salaud. Ou pour envoyer quelqu'un en prison. Simplement pour témoigner. Pour dire: ça existe. Tout à côté de vous.

Je refuse qu'on nous mette devant ce choix: le silence ou la délation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer