Fermez Laval, SVP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yves Boisvert
La Presse

Malgré tout le mépris que peut inspirer son administration, je ne trouve pas vraiment de plaisir à voir un homme se détruire sous nos yeux.

Je sais, je sais: quand on est maire de Laval, même un reste de maire intérimaire en tutelle, on ne fait pas affaire avec une agence d'escortes. Ce n'est pas une bonne idée.

Mais n'y avait-il pas déjà tant de raisons plus simples et d'intérêt public pour démissionner? Tant de raisons de s'éclipser en douce? Un soupçon de complot pour vaste fraude électorale, par exemple? Un aveuglement organisé devant le système Vaillancourt? Un sursaut de fierté quand on lui a imposé un conseil de tutelle, peut-être?

Ce n'était pas assez. Il a fallu qu'on nous raconte cette bizarre histoire d'escorte.

Pas si bizarre, en vérité.

Moi aussi je voudrais me déguiser, à sa place. J'enfilerais peut-être une robe noire, va donc savoir ce qui passe par la tête d'un homme désespéré. Je mettrais un grand chapeau et des lunettes, pour ne pas être reconnu au téléphone. Et j'appellerais une agence.

- Je voudrais une fille, s'il vous plaît...

- OK, pour faire quoi? On a des tarifs...

- C'est pour pleurer dessus, madame, juste pleurer une heure ou deux...

Mon voisin de bureau est le correspondant montréalais du Toronto Star, Allan Woods. Ah, ils en ont pour leur argent, les gens du Star, depuis un an ou deux... Charbonneau, Tremblay, Vaillancourt, Applebaum, UPAC... Ils se régalent!

Mais hier... comment dire?

Allan me regardait avec un sourire embarrassé. L'air de dire: je suis vraiment désolé. OK, Allan, pars en vacances je t'en prie, laisse nos pauvres maires tranquilles avant de faire une indigestion municipale.

Même du peu qu'il faisait encore comme maire en tutelle de Laval, Alexandre Duplessis a donc démissionné.

Vont-ils pousser l'absurde jusqu'à se nommer un nouveau maire intérimaire en attendant les élections?

Il faudrait qu'il soit choisi à même ce conseil municipal de 21 membres, par les élus eux-mêmes qui auraient tous, sauf rares exceptions, participé au système de financement illégal. Ça promet!

Et pour quoi faire un nouveau maire de Laval sous tutelle, au juste? Pour parader comme un figurant muet en noir et blanc dans la suite de Laval 3D? Pour qu'on apprenne ensuite de nouvelles raisons de le faire démissionner lui aussi? A-t-il maltraité ses chats, celui-là? Et comment avoir confiance en un élu choisi par ce groupe-là?

Non, s'il vous plaît, épargnez-nous ça.

Fermez pour de bon ce conseil municipal déjà hors service. Ils ne peuvent plus rien de toute manière. Que parler.

Ils n'ont pas même le pouvoir autonome de dépenser 25 cents pour acheter le stylo de leur propre démission.

Qu'on verrouille la porte pour raison d'atteinte grave à l'hygiène publique.

Et qu'on écrive dessus: «Le concierge revient le 4 novembre». Ou «fermé pour cause de rénovation, réouverture après les élections».

Mais pitié, ne nous infligez plus de maire choisi par ces gens-là.

Pour joindre notre chroniqueur:yboisvert@lapresse.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer