L'année de A à Z

Partager

Yves Boisvert
La Presse

D'un bout de tissu qui a enflammé le Québec le printemps dernier aux enveloppes de l'ex-maire Gilles Vaillancourt, l'année qui se termine a été riche en actualité sur tous les fronts. Voici 26 mots, noms et expressions qui ont marqué 2012.

A : Accusés

L'ancien PDG de Lavalin, Pierre Duhaime; le roi de la construction au Québec, Tony Accurso; des dirigeants de firmes de génie-conseil; des politiciens municipaux, dont l'ex-numéro 2 de la Ville de Montréal: on ne réalise pas encore l'ampleur de ces arrestations en cascade ni l'effet cataclysmique qu'elles auront sur toute une industrie, jusqu'à la façon de faire de la politique. Tous ces gens intouchables hier font maintenant face à la justice. Je ne sais pas si le Québec est vraiment la province la plus corrompue du Canada, mais on a enfin la police anticorruption la plus efficace.

B : Bond

Il convenait probablement que, pour clôturer cette année d'intrigues, un certain Alain Bond vienne enquêter sur la disparition d'un mystérieux rapport caché sur le coût des travaux à Montréal.

Le fonctionnaire corrompu Gilles Surprenant s'est donné le rôle principal dans un Casino Royale à petit budget pour «redonner». Son collègue Luc Leclerc a joué au golf avec l'homme au pistolet d'or. Contrairement aux diamants, par contre, les trottoirs ne sont pas éternels, même larges et profonds.

Cette ville a désespérément besoin d'un Quantum of Solace.

C : Carré rouge

La crise sociale la plus marquante et la plus imprévisible des 15 dernières années, sans doute. À part la faiblesse du gouvernement, à part la préparation des associations les plus militantes, à part des appuis stratégiques, il y a derrière tout ça une fracture sociologique qui ne se résume pas à une collision entre la gauche et la droite.

Il y a une corrélation assez nette entre le rapport coût/bénéfice des champs d'études des étudiants et leur appui à une grève générale illimitée - une première. Est-il vraiment «juste» qu'un étudiant en médecine dentaire soit subventionné 5 fois plus qu'un étudiant en philosophie pour des perspectives de revenus 5 ou 10 fois moindres?

D : Dette

Ce qui limite l'action du gouvernement Marois, c'est moins le fait d'être minoritaire que l'énormité de notre endettement collectif. En Europe comme aux États-Unis - comme un peu partout, en fait -, la dette publique contraint les dirigeants politiques comme jamais et rend l'art de gouverner pas mal moins enivrant.

E : États-Unis

Les États-Unis se classent au troisième rang des pays l'OCDE où les impôts sont les plus bas. Le taux d'imposition des plus riches est plus faible qu'il y a 20 ans. Si Barack Obama change ça, s'il instaure un certain contrôle des armes, s'il favorise la paix au Proche-Orient, bref s'il incarne l'espoir dont il parlait en 2008, il sera peut-être un grand président. Jusqu'ici, il menace de n'être qu'un bon président qui a reçu prématurément un prix Nobel en forme de projet.

F : Mo Farah

Dans le stade de Londres, le 4 août, cet Anglais né à Mogadiscio a gagné le 10 000 m. Au dernier des 25 tours de piste, il y avait tant de bruit et de frissons qu'on a compris pourquoi les stades olympiques ne peuvent pas être couverts. Une semaine plus tard, le même homme a vaincu tous les Africains sur 5000 m, et la foule était encore plus frénétique. «Le plus grand doublé de tous les temps» a dit son entraîneur, Alberto Salazar. Pas vraiment. Mais le moment ultime des Jeux parfaits pour les Britanniques.

G : Gangnam Style

Mon fils: «Hé, bientôt, il y aura 1 milliard de visionnements de Gangnam Style!

- Tu l'as vu combien de fois?

- Euh... Je sais pas, 50?

- Cinquante! Tu trouves ça bon?

- Non.»

Passé un certain stade, les vidéos sont regardées... parce qu'elles sont vues.

H : Horreur

Il y a quelque chose de dérisoire à voir se terminer l'année judiciaire sur le procès d'un fabricant d'horreur cinématographique quand on pense à ce qu'a fait Luka Rocco Magnotta la même année: un meurtre atroce pour le plaisir de le montrer. Mais même si ce n'est pas un crime, je ne vois pas l'intérêt de reproduire «pour l'art» avec un soin maniaque les fantasmes des psychopathes. Il y a à mon goût déjà trop de l'horreur pour de vrai.

I : Interculturalisme

Le mot n'existe pas encore, l'idée est mal comprise, mais Gérard Bouchard poursuit son patient et précieux ouvrage de construction intellectuelle d'un Québec où le pluralisme ne contredit pas, et même nourrit «les aspirations de la majorité fondatrice». Il a écrit sa suite au rapport Bouchard-Taylor. Une voix de modération et d'intelligence.

J : Jeu

Que dire d'un sport professionnel qui génère 3 milliards par année et qui s'absente tous les sept ans? Rien de plus que ça, vraiment.

K : Kingston

Ils avaient déguisé l'affaire en accident de la route. Mais ces quatre femmes noyées pour cause de déshonneur familial avaient été assassinées, le jury au procès Shafia l'a dit trois fois au début de l'année: coupable, le père, le fils et la mère. Parfois, une simple enquête policière a une valeur plus grande d'affirmation de l'état de droit.

L : Monsieur Lazhar

Ce beau film de Philippe Falardeau qui a fait le voyage à la cérémonie des Oscars est aussi un essai sur la grandeur du métier d'enseignant, ses joies, ses rigueurs et sa solitude. Les profs sont tous un peu des immigrés devant les nouvelles générations.

M : Pauline Marois

Il y a un an, elle semblait présider à la dislocation définitive du Parti québécois. Allait-elle même se rendre aux élections? Quoi qu'on dise du début de son mandat, l'élection de la première femme chef du gouvernement québécois est l'histoire d'une formidable reconquête politique.

N : Niqab

La Cour suprême dans toute son exaspérante sophistication: un test en quatre points pour déterminer si oui ou non on doit laisser un témoin porter ce masque religieux obscurantiste et dégradant. Dont ce critère: la gravité de l'accusation. Pourtant, tout ce qui mérite d'être jugé mérite de l'être bien, de façon transparente, avec des témoins qu'on voit tous. Les juges minoritaires ont raison: autant il faut respecter les pratiques religieuses, autant ces accommodements doivent rester «en contact avec les racines de notre société démocratique contemporaine».

O : Olympiques

Bien sûr, le commerce a tout envahi; c'est vrai, il y a des tricheurs; oui, des sommes absurdes sont dépensées pour la sécurité... Les Jeux olympiques sont devenus un événement pharaonique, non rentable, souvent suspect.

Mais tout de même, il reste des bouts de ce qu'on appelle l'idéal olympique encore intacts. Quand on regarde les yeux de Clara Hughes, qui prend sa retraite après six médailles en cinq jeux d'hiver et d'été, quand on voit David Rudisha partir en fou courir après son propre record du 800 m et se dépasser, quand on voit les huit Canadiennes à l'aviron, quatrièmes et en larmes à Pékin, aller chercher l'argent, bref, toute cette «jeunesse du monde entier» qui donne en spectacle ses efforts et son talent demeure d'une beauté fulgurante.

P : Procès

Plus on a de moyens, mieux on est défendu devant nos tribunaux. Mais n'allez pas dire à l'ex-juge Jacques Delisle qu'il a bénéficié d'une «justice de classe». Déclaré coupable dans une cause que son avocat croyait gagnante, il demeure détenu en attendant que son appel soir entendu.

Q : Quartier des spectacles

Mine de rien, au milieu des cônes et des grues, Montréal embellit.

R : Rapport Bissonnette

Il a fallu 36 ans après les Jeux de Montréal pour qu'enfin on revienne à l'essentiel: l'avenir du Parc olympique passe par le sport. Une synthèse claire et une direction incontestable - et écrit par Lise Bissonnette, quel luxe de lecture pour un rapport!

S : Science

Année faste pour la physique, mais désastreuse pour ma compréhension du monde. Le «boson de Higgs» est une particule qui donnerait une masse à toutes les choses dans l'univers. Autrement, les objets ne pèsent rien, c'est ça? Plus ils creusent l'infiniment petit, plus on voit le vide sur lequel sont construits notre cabanon et notre existence.

T : Témoin

Si après 40 ans de rumeurs on fait enquête à Laval, si la corruption profonde à la Ville de Montréal est exposée, c'est qu'il y a enfin des témoins qui parlent. Certains par vengeance, certains par obligation, certains par calcul, mais certains avec la peur au ventre. Sauf que, avec les enquêtes policières et la commission Charbonneau, ils ont moins peur.

U : UPAC

D'abord opposé à la création d'une commission d'enquête publique sur la corruption, le directeur de l'Unité permanente anticorruption, Robert Lafrenière, concède maintenant que l'atmosphère créée par la commission Charbonneau nourrit le travail policier plutôt que de l'entraver. C'est peut-être le meilleur fruit de toutes ces initiatives: faire naître une culture de la lutte (permanente) contre la corruption.

V : Vaillancourt

L'ancien maire de Laval sort marcher: il voit le facteur distribuer des enveloppes. Il écoute les nouvelles du sport: un boxeur s'est blessé à l'enveloppe de l'épaule. Comment voulez-vous que Gilles Vaillancourt se change les idées, y a des enveloppes partout, partout, partout...

W : Raoul Wallenberg

Montréal a fait de ce héros suédois un citoyen honoraire à titre posthume, en cette année du centenaire de sa naissance. Il a sauvé 100 000 Juifs hongrois des camps de la mort en leur délivrant des sauf-conduits diplomatiques à Budapest. Certains Montréalais lui doivent la vie. Cet homme à lui seul, avec ses faibles moyens, plus qu'aucun État.

X : Bo Xilai

L'histoire délirante d'un haut dirigeant chinois accusé de corruption et d'avoir mis sur écoute l'ex-président chinois, et dont la femme a été condamnée pour le meurtre d'un homme d'affaires britannique... L'histoire surtout de la corruption endémique au plus haut niveau de la deuxième puissance économique mondiale.

Y : Malala Yousafzai

Les talibans avaient fermé son école au Pakistan en 2009. Elle les a dénoncés à la BBC. Ils ont tenté de la tuer cette année, en lui tirant dans le crâne. Même à 15 ans, dire que les filles devraient avoir droit à l'éducation peut vous coûter la vie dans certains coins de ce pays et de l'Afghanistan.

Z : Zambito

Sur les vieilles photos, on le voit cigare au bec, fumant de bonheur et de succès. Trois ans plus tard, c'est le témoin vedette de la commission Charbonneau. Quel est le chemin qui mène du crime joyeux à la dénonciation du crime? Quelle est la part de la vengeance, du repentir, de la peur? Ça commence généralement par une paire de menottes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer