Un sursaut entre deux ronrons

Coup sur coup, Léger Marketing et CROP ont... (PHOTO ROBERT SKINNER, archives LA PRESSE)

Agrandir

Coup sur coup, Léger Marketing et CROP ont démontré cette semaine que les électeurs jugent sévèrement le gouvernement de Philippe Couillard.

PHOTO ROBERT SKINNER, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de quatre mois après son dépôt, le rapport de la commission Charbonneau dormait sur les tablettes du gouvernement Couillard et semblait destiné à disparaître sous la poussière dans une pièce obscure du parlement.

Rassurés, bien calés dans le coussin douillet de leur majorité, les libéraux ronronnaient paisiblement, vraiment pas pressés de donner suite à ce rapport dilué par la dissidence du commissaire Lachance.

Depuis des mois, le bureau du premier ministre attendait, en vain, la réponse de différents ministères clés aux recommandations de la commission d'enquête sur l'industrie de la construction (CEIC).

Et puis bang ! La semaine dernière, les libéraux se lèvent en apprenant que leur ancienne collègue Nathalie Normandeau, ex-vice-première ministre, a été arrêtée par l'UPAC et accusée de corruption, de complot et de fraude. Méchant « wake-up call », pour reprendre l'expression d'un proche conseiller de Philippe Couillard.

Pressés de questions, critiqués pour la lenteur de leur réaction et même pour leur laxisme et leur je-m'en-foutisme, les ministres concernés se sont soudainement activés et ont appuyé sur le bouton panique.

Trop peu, trop tard. La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, dépêchée jeudi matin pour calmer la grogne, a eu toute la misère du monde à énumérer lesquelles des 60 recommandations du rapport de la CEIC avaient, effectivement, été mises en application. Peut-être 10, peut-être une quinzaine, a-t-elle avancé, à tâtons, suggérant aux journalistes de faire l'inventaire eux-mêmes !

À quelque chose malheur est bon, se diront peut-être les libéraux pour se consoler d'un très mauvais début d'année 2016. L'électrochoc de l'arrestation de Nathalie Normandeau aura au moins eu le mérite de secouer le gouvernement de sa torpeur. Cela dit, la sortie maladroite de la ministre Vallée n'aura convaincu personne. Elle aura surtout servi à démontrer que ce gouvernement ne réagit que lorsqu'il y a crise, que lorsque ça chauffe.

Un constat s'impose à l'approche de la mi-mandat (14 avril) : le gouvernement Couillard souffre d'un manque chronique de cohésion et de direction, comme un bateau sans gouvernail poussé aléatoirement au gré des flots.

Quant au plan de communication du gouvernement, on le cherche encore après deux ans. Remarquez, il est difficile d'avoir un plan de communication lorsque le message est confus, lorsque les objectifs sont flous, lorsque les priorités changent au fil des crises et, surtout, lorsque le premier ministre n'arrive pas à imposer le rythme à ses troupes.

Ils ne sont pas faciles à suivre, les libéraux. Un jour, c'est la rigueur budgétaire, le lendemain, on réinjecte en catastrophe de l'argent en éducation ; un jour, le premier ministre vante les vertus de l'exploitation pétrolière, le lendemain, il veut sevrer le Québec du pétrole pour revenir, le surlendemain, à la position initiale ; un jour, c'est l'économie avant tout, le lendemain, surprise, c'est l'éducation.

À défaut de plan, l'improvisation est en train de devenir la marque de commerce de ce gouvernement. On l'a vu avec la réponse bâclée à la CEIC, mais on constate la même chose avec Uber, avec Bombardier, avec Aveos, avec Anticosti, sans oublier les explications confuses de Lise Thériault sur le féminisme, et les débordements grossiers du ministre Gaétan Barrette.

On l'a vu, aussi, lorsque la même ministre Vallée s'est empêtrée dans la valeur juridique des mariages religieux (elle a été rudement désavouée par son chef) et lors de la défense de son projet de loi contre la radicalisation, qui a viré en débat fondamental sur la liberté d'expression.

On le voit, en outre, dans l'incapacité de ce gouvernement de pondre un projet de loi solide pour protéger les lanceurs d'alerte.

Encore là, les libéraux sont rattrapés par l'affaire Normandeau. J'ai rencontré des gens récemment, à Québec, qui ont bien l'intention de se servir de l'arrestation de Mme Normandeau et compagnie pour revenir à la charge et exiger une protection béton pour les lanceurs d'alerte.

Par ailleurs, les récentes attaques terroristes à Bruxelles, perpétrées par de jeunes hommes nés en Belgique, viennent de relancer la question de la lutte contre la radicalisation, un dossier qui traîne à Québec. Ce sera un peu gênant de tenir l'automne prochain à Québec un grand sommet sur la radicalisation si on n'arrive même pas nous-mêmes à nous doter d'un plan d'action concret.

Trop confiants, convaincus sans doute, à la lumière de leur retour surprise au pouvoir en avril 2014, de leur prédestination naturelle au pouvoir, les libéraux ronronnent depuis deux ans, mais la réalité est en train de les rattraper. Coup sur coup, Léger Marketing et CROP ont démontré cette semaine que les électeurs jugent sévèrement le gouvernement.

Les libéraux peuvent se rassurer en constatant qu'ils sont encore premiers malgré plusieurs ratés, mais avec l'appui d'à peine un francophone sur cinq, ils auraient tort de verser dans la complaisance et l'excès de confiance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer