| Commenter Commentaires (21)

Mulcair et les cellules dormantes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En apparence, tout baigne pour Thomas Mulcair. Son engagement d'instaurer un programme national de garderies subventionnées a attiré l'attention des électeurs et des commentateurs, en particulier dans le Canada anglais, où le NPD doit se faire remarquer.

Sa performance de chef de l'opposition officielle aux Communes est saluée par ses partisans et il a su exposer des propositions claires qui distinguent son parti sur l'échiquier politique.

Dans l'ensemble du Canada, le NPD est troisième dans les intentions de vote (selon, notamment un sondage Ekos-Radio-Canada, qui le place à 25%), mais il demeure compétitif et en bien meilleure posture que ne l'était le NPD de Jack Layton avant les élections de 2004, 2006, 2008 et 2011. La base, semble-t-il, est plus solide.

Au Québec, toutefois, le ciel est beaucoup plus dégagé. Le NPD est bon premier, avec près d'un tiers des intentions de vote, ce qui est un exploit à un an des prochaines élections. Les députés québécois du NPD font du bon boulot à Ottawa, mais ils demeurent largement méconnus du grand public et sont peu présents dans les médias nationaux. Au cours des derniers mois, ils ont toutefois monté la garde, repoussant les assauts de Justin Trudeau et le délogeant du sommet des intentions de vote.

Par ailleurs, Thomas Mulcair est, de loin, le chef politique fédéral dont le travail est le plus apprécié par les Canadiens.

En apparence, donc, le NPD a du pain sur la planche au cours de la prochaine année pour remonter en tête, mais son chef est bien en selle et la cavalerie, ordonnée.

Sauf que... Il faut toujours se méfier en politique lorsque les astres semblent trop favorables.

Selon diverses sources, l'ancien député bloquiste, et candidat éconduit à la direction du Bloc, Jean-François Fortin, lancera demain son propre parti. M. Fortin tendra du coup la main aux électeurs québécois souverainistes désabusés du Bloc québécois et, accessoirement, à des collègues des Communes malheureux de leur sort au sein de partis fédéralistes. L'idée serait de créer un nouveau parti pour fédérer les Québécois souverainistes orphelins sur la scène fédérale.

L'idée court depuis un moment et Le Devoir rapportait dans son édition du week-end que Jean-François Larose, député néo-démocrate de Repentigny, aurait été approché par M. Fortin.

Des sources me confirment par ailleurs que des contacts ont bel et bien eu lieu entre les deux Jean-François et qu'ils pourraient se retrouver ensemble en conférence de presse, demain matin, à Ottawa.

Au moins un autre néo-démocrate élu lors de la vague orange de 2011 songerait aussi à joindre le parti de M. Fortin. Impossible pour le moment de connaître l'identité de l'autre transfuge présumé, mais on sait qu'il ne s'agit pas d'un poids lourd du NPD au Québec.

L'entourage de Thomas Mulcair est bien au courant du maraudage et minimise préventivement les départs possibles au sein du caucus québécois. On précise qu'il s'agit de députés d'arrière-ban, frustrés de leur sort, en manque de visibilité et en mauvais terme avec le bureau du chef, notamment pour des questions de voyages à l'étranger et autres privilèges. Bref, laisse-t-on entendre, pas des grosses pertes pour Thomas Mulcair.

N'empêche, si la chose se confirme, il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour le chef néo-démocrate, qui ne peut se permettre de perdre des joueurs au tout début d'une longue et difficile joute. Surtout si ces joueurs se joignent à une nouvelle formation souverainiste.

Depuis l'élection, en 2011, d'un fort contingent néo-démocrate québécois aux Communes, des observateurs politiques et des adversaires du NPD soupçonnent que des souverainistes se soient faufilés à Ottawa à la faveur de cette improbable vague orange. Régulièrement, depuis, des chroniqueurs et des éditorialistes du ROC accusent Thomas Mulcair de frayer avec l'ennemi souverainiste et de céder à leurs pressions pour favoriser le Québec aux dépens des autres provinces (sur un vieil air connu: Québec-bébé-gâté-de-la-Fédération, lalala, chalala...).

L'impression, à ce moment-ci, que des cellules dormantes souverainistes sont toujours tapies dans l'ombre du caucus québécois du NPD pourrait, en deux coups de cuillère à pot, annuler les progrès de Thomas Mulcair et le succès d'estime remporté par son parti.

Pour Justin Trudeau, qui trône, fin seul, au sommet des intentions de vote dans l'ensemble du Canada (et qui domine outrageusement en Ontario, selon Ekos), c'est du petit lait.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer