| Commenter Commentaires (18)

Apprendre à la dure

Pauline Marois... (Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne)

Agrandir

Pauline Marois

Photo Jacques Boissinot, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Compressions dans les garderies et aux programmes d'aide sociale, hésitation sur le nouveau régime minier, controverse sur l'exploitation pétrolière à Anticosti, déclarations à la pièce sur les cas d'accommodements religieux, nominations douteuses, recul sur les réformes de la loi 101 et délai pour la charte de la laïcité, la dernière session parlementaire n'a pas été facile pour le gouvernement Marois.

On croyait la chef du PQ prête, depuis le temps qu'elle se préparait à diriger le Québec, mais, visiblement, l'apprentissage du pouvoir se fait à la dure et la personnalité de la première première ministre du Québec reste, à ce jour, aussi floue que son plan politique. Cela dit, tout n'est pas noir et la fin de session aura permis au gouvernement de se ressaisir avant la longue pause estivale.

Bilan en deux teintes du gouvernement Marois, près d'un an après son arrivée au pouvoir.

Où loge Pauline Marois?

Au Québec, on aime les leaders politiques forts, charismatiques, très présents sur la scène publique et déterminés, même dans la tempête. Au pouvoir depuis maintenant neuf mois, Pauline Marois ne répond à aucun de ces critères, ce qui explique peut-être son faible taux d'approbation et de satisfaction au sein de l'électorat.

Souvent brouillonne, parfois absente du radar médiatique pendant plusieurs jours, régulièrement sur la défensive, la première ministre Marois reste à ce jour un personnage flou et indéfini.

Contrairement aux Lucien Bouchard ou Jean Charest, on ne sent pas sa poigne et son ascendant sur son gouvernement, son cabinet ou son caucus.

Après son départ canon, en septembre, elle s'est enlisée, apparemment en panne d'inspiration. Quel est son plan? Quelles sont ses priorités, ses ambitions? On a vu, à maintes reprises, un gouvernement incertain, hésitant, carrément perdu par moments, et régulièrement en contradiction avec ses propres promesses électorales.

La valse-hésitation sur la réforme du régime minier, les reculs sur la mise à jour de la loi 101 et le report de la charte de la laïcité, devenue charte des valeurs québécoises, auront été les passages les plus douloureux.

Pauline Marois peut évidemment répéter qu'elle a hérité de finances publiques en mauvais état et qu'elle est à la tête d'un gouvernement minoritaire, mais elle devra, plus tôt que tard, se définir elle-même, présenter son propre plan, plutôt que de se présenter comme une victime des circonstances.

Des reculs et des bons coups

On dit souvent, et c'est rigoureusement exact, que la politique est l'art du possible. Pour un gouvernement minoritaire, le possible est souvent limité. Il faut donc choisir ses batailles pour éviter les luttes inutiles et éreintantes avec l'opposition, au profit de projets réalisables. Et payants électoralement, idéalement.

> INTÉGRITÉ: Le principal porteur de ballon sur ce terrain où l'intégrité s'imposait, Sylvain Gaudreault, n'a pas fait mentir ceux qui avaient vu en lui un ministre solide et efficace. Vrai, le projet de loi 1, sur la probité des contrats publics, devra être revu, mais en ces matières, trop en faire de bonne foi est certainement moins dommageable que ne rien faire en attendant que ça passe.

De plus, le ménage entrepris par le ministre Gaudreault dans les contrats (et surtout dans les extras) aux Transports ne déplaira pas aux électeurs.

> AIDE À MOURIR: Entrée, puis sortie, puis revenue au conseil des ministres (pour des raisons de santé), Véronique Hivon a donné raison à Pauline Marois qui voyait en elle une future tête d'affiche de son gouvernement.

Dans les dernières heures de la session parlementaire, la ministre Hivon a déposé un projet de loi sur l'aide à mourir généralement bien reçu au Québec et vraisemblablement assuré de passer à l'Assemblée nationale. Du travail bien fait, qui aboutit à un projet de loi progressiste marquant.

> CRISE ÉTUDIANTE: Cela aura été, finalement, le non-événement de la session. Tout le monde s'attendait à un fiasco, mais le sommet sur l'enseignement supérieur dirigé par Pauline Marois et Pierre Duchesne s'est déroulé dans un calme presque soporifique et la crise étudiante semble aujourd'hui bien loin.

Il y a un an, Montréal sentait le gaz-poivre et vibrait au rythme des casseroles sur fond de crise qui allait devenir, pour Jean Charest, le prétexte au déclenchement des élections.

Un an plus tard, Léo Bureau-Blouin est un loyal et dévoué député de Pauline Marois, Gabriel Nadeau-Dubois n'est visible que sur Twitter et Martine Desjardins donne la réplique à gauche de Richard Martineau et Mario Dumont...

Certains, dont les recteurs, diront que le fond du problème (le financement des universités) reste entier. Vrai (et on n'a pas fait, non plus, le débat sur l'accessibilité réelle à l'université), mais le calme est revenu dans les rues et sur les campus. C'est tout de même ça de pris.

> ÉLECTIONS À DATE FIXE: Le Québec était une des dernières provinces canadiennes à ne pas avoir un régime électoral à date fixe. Le ministre Bernard Drainville, avec l'aval des partis de l'opposition, a réussi, lui aussi dans les derniers moments de la session, à obtenir un accord en ce sens.

Les élections à date fixe, ce n'est pas la panacée, mais dans une société qui boude trop souvent les urnes, qu'un premier ministre puisse décider seul de la date du scrutin parce que l'absentéisme peut le servir (comme en 2007) ou parce que ses adversaires ne sont pas prêts est, en soi, une raison suffisante pour lui retirer ce pouvoir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer