| Commenter Commentaires (41)

Et ça s'appelle la «Chambre haute»

Partager

Lorsqu'il est devenu, en 2009, le plus jeune sénateur de l'histoire du Canada, à 34 ans, on se demandait bien ce qui pouvait valoir à Patrick Brazeau une telle nomination, outre, bien sûr, le fait d'être un ami d'un proche conseiller du premier ministre Harper.

On pouvait évidemment saluer la nomination au Sénat d'un autochtone, mais les listes soumises au premier ministre comportaient sans doute le nom d'autres candidats sénateurs issus des Premières Nations plus méritoires et dont la feuille de route était plus longue et impressionnante que celle de Patrick Brazeau.

Près de quatre ans plus tard, le parcours lamentable de M. Brazeau à Ottawa ne convaincra personne que M. Harper a eu raison de l'élever au rang d'honorable de la Chambre haute.

Évidemment, M. Harper ne peut être tenu responsable des écarts de conduite de son jeune sénateur, mais une simple vérification aurait permis de découvrir que certains de ses problèmes étaient antérieurs à sa nomination.

Et puis, je repose la question: qu'avait accompli M. Brazeau, à 34 ans, de si extraordinaire pour mériter l'honneur de se retrouver honorable sénateur, un poste qui lui garantissait 41 ans de généreuse rémunération (jusqu'à 75 ans), en plus d'une plantureuse pension?

À force de nommer n'importe qui au Sénat, M. Harper ne fait pas que ridiculiser cette institution qu'il dit vouloir réformer, il s'attire aussi des problèmes.

M. Harper donne aussi de nouveaux arguments aux gens qui souhaitent l'abolition pure et simple du Sénat, une institution archaïque dont le besoin est douteux, dernier repaire des planqués, qui fonctionne sous des codes et des règles d'une autre époque et qui permet à des non-élus de mener grand train sans avoir de comptes à rendre. Le Sénat, c'est la planque ultime.

Par dérision, certains néo-démocrates et libéraux à Ottawa disent que c'est précisément ce que cherche M. Harper: ridiculiser cette institution pour miner ce qu'il lui reste d'honorable.

Si tel est le plan, la nomination de Patrick Brazeau y aura puissamment contribué.

Ce qu'on retient du sénateur Brazeau, après quatre ans au Sénat, c'est qu'il détient le record d'absentéisme, qu'il fait l'objet d'une enquête pour des réclamations d'allocations douteuses, qu'il s'est fait taper sur les doigts par Revenu Québec parce qu'il ne payait pas la pension alimentaire de son fils, qu'il s'est fait poursuivre pour harcèlement sexuel (à l'époque où il était chef national du Congrès des peuples autochtones), qu'il a traité une collègue journaliste de salope parce qu'elle avait écrit sur son manque d'assiduité.

Ah oui, on se souvient aussi que «Brazman» s'est fait battre par Justin Trudeau dans un combat de boxe, l'an dernier. Et qu'il avait passé des commentaires méprisants à l'endroit de la chef Theresa Spence, qui faisait un jeûne pour protester contre les politiques du gouvernement Harper.

Si les accusations pesant contre l'honorable Patrick Brazeau n'étaient pas si graves, je dirais que ce personnage est un clown et que sa nomination au Sénat allait de soi puisque la Chambre haute est devenue, plus que jamais sous Stephen Harper, un véritable cirque.

Mais les accusations sont graves et elles laissent croire, à première vue, que M. Brazeau a de graves problèmes. De toute évidence, ça ne tourne pas rond dans la tête du jeune sénateur.

Je m'abstiendrai donc de faire de l'humour avec cette situation qui n'a rien de drôle. Au contraire, elle est même révoltante à plusieurs titres.

Il est révoltant, au premier chef, qu'un personnage comme Patrick Brazeau ait été nommé au Sénat à 34 ans avec une feuille de route aussi mince.

Il est révoltant aussi que le premier ministre n'ait pas sévi (à part lui demander de s'excuser) lorsqu'il a traité une journaliste de salope sur Twitter. Pas plus sur le fond, d'ailleurs, c'est-à-dire ses absences répétées.

Il est révoltant aussi de penser que Patrick Brazeau, même expulsé du caucus conservateur, siégera comme indépendant (de toute façon, ça ne changera pas grand-chose puisqu'il n'est pas très souvent présent au Sénat!) et qu'il touchera, jusqu'à preuve du contraire, son salaire de quelque 132 000$, une situation embarrassante pour une institution qui compte déjà son lot de détracteurs

Il y a deux ans, l'ex-sénateur libéral Raymond Lavigne, reconnu coupable de fraude, avait démissionné (après des mois de suspension avec salaire) le jour où ses pairs devaient voter pour le destituer, ce qui lui a permis de conserver sa pension.

M. Harper promet depuis des années de réformer le Sénat. En attendant, il se sert de certains sénateurs comme porte-parole non élus, comme Pierre-Hugues Boisvenu, bien utile aussi pour traduire ce que les ministres unilingues anglos sont incapables de dire en français. Ou de cheerleaders, comme l'ancien animateur Mike Duffy, toujours prêt à bien faire paraître son maître dans des rencontres scénarisées avec des citoyens. M. Duffy, lui aussi visé par une enquête pour réclamations douteuses, a suggéré à ses anciens collègues journalistes de la colline parlementaire de s'«occuper de choses sérieuses» lorsqu'ils ont posé des questions sur ses allocations contestées.

Minoritaire, M. Harper disait que les partis de l'opposition l'empêchaient de réformer le Sénat, mais majoritaire, il a remis la suite des choses entre les mains de la Cour suprême.

À ce rythme-là, M. Harper n'aura pas besoin de réformer le Sénat, celui-ci va s'effondrer sous son lourd poids de ridicule.

Pour joindre notre chroniqueur: vincent.marissal@lapresse.ca

Partager

publicité

Commentaires (41)

    • frankmsobayo
      10 février 2013
      13h27

      Bonjour M. Marissal,
      Mon commentaire du 09 février 2013 vers 16H00 n'apparaît pas dans la séquence des autres participants, à votre débat ...
      Pourtant, j'expliquait comment il était difficile de réformer le Sénat et la formule d'amendement enchâssée dans la constitution canadienne.
      Peut-être un oubli !
      Si non, je ne comprend pas ...
      Frank
      *
      Pourquoi publiez-vous ce message qui n'est pas un commentaire ?

      Vraiment M. Marissal vous vous surpasser !
      Le long congé de Pâques approche (31 mars ) pensez-y ! ;-)
      Frank
      *

    • La nomination de MM Demers et Brazeau n'est qu'un épiphénomène.
      Quelle farce (coûteuse) que ce Sénat canadien!
      Le Conseil législatif du Québec ( l'équivalent d'un Sénat québécois) a été aboli au Québec en 1968. Je n'ai jamais entendu qui que ce soit demander qu'on le ré-installe.
      Alors, le Sénat canadien? Son abolition n'aurait comme seul résultat : faire épargner 80 millions de dollars par année aux contribuables canadiens (donc 20 millions pour les Québécois).
      L'abolition du Sénat, quel beau placement ce serait pour nous et les générations futures!
      Vivement son abolition!

    • Moi je dirais qu'un sénat élu pourrai nous réserver des surprise aussi avec l'élection de candidats extrémistes,religieux etc...

    • Le moins que l'on puisse dire c'est qu'a la Chambre Haute, ca vole bas. Je n'ose meme pas imaginer les resultats si on etudiait a fond le passe, les realisations et le comportement de tous les Honorables Senateurs.
      Bien que necessaire a la democratie canadienne et en quelque sorte "chien de garde" du Gouvernement, le Senat doit quand meme demontrer un peu de serieux, s'il vous plait.

    • Une hirondelle ne fait pas le printemps ni un corbeau un sénat.

    • Bonjour M. Marissal,
      Mon commentaire du 09 février 2013 vers 16H00 n'apparaît pas dans la séquence des autres participants, à votre débat ...
      Pourtant, j'expliquait comment il était difficile de réformer le Sénat et la formule d'amendement enchâssée dans la constitution canadienne.
      Peut-être un oubli !
      Si non, je ne comprend pas ...
      Frank
      *

    • Chambre? Au sens propre, cet pièce de la maison est plutôt réservé au sommeil et m'est avis que c'est bel et bien ce qui s'y passe normalement, peu importe sa position haute ou basse! Parfois certains locataires peuvent avoir le sommeil plus agité que d'autres, pour réussir mieux que d'autres encore à itransmettre leurs cauchemars. Trop de locataires de ce type dans trop de ces chambres occupées donnent la maison qui rend fou. Bienvenu chez nous.

    • E ou A
      Elu ou aboli.
      La réforme proposée par le gouvernement Harper ne change rien; des sénateurs "suggérés" au premier ministre par les électeurs pour neuf ans.
      En démocratie, les électeurs ne suggèrent pas, ils décident.
      La dérive démocratique du gouvernement prend encore de l'ampleur, après avoir coupé le financement public aux partis politiques.
      Harper, alors leader parlementaire de son part,i était partisan d'un sénat Triple E: élu, égal, efficace.
      Il en est loin.
      Je serais en faveur d'un sénat élu comme aux Etats-Unis: un mandat électif de six ans à l'échelle de chaque province.
      Pour la première élection, on déterminerait parmi les trois catégories de sénateurs (A, B et C), quels seront ceux qui remettront leur siège en jeu après deux ans, ceux qui le feront après quatre ans et en fin; ceux qui accompliront un plein mandat de six ans.
      Ensuite, le système est établi; le sénat est renouvelé par tiers aux deux ans.
      Nos arrière-grands-parents ont eu la sagesse, à l'époque de la constitution du Canada-Uni, de rendre le Conseil législatif du Canada-Uni électif.
      Les Pères de la fédération actuelle ont plutôt choisi une chambre non élue pour protéger le pays de la tyrannie de la chambre basse.
      Quand on voit des sénateurs comme Boisvenu qui suit sa psychothérapie à Ottawa, on voit d'où vient la tyrannie.

    • Il n'y a rien qui m'écoeure plus dans la vie que des gens (je suis polie) incompétents payés à ne rien faire et qui en plus ne se présente même pas au travail. Plus encore, qui se permettent d'être au-dessus des lois et qui touchent leur plein salaire. Espérons qu'un jour ce fameux sénat sera tout simplement aboli. Ça presse!

    • Patrick Brazeau , Jacques Demers , faut croire que notre Premier Ministre a un faible pour les Pions de luxe.

    • Plusieurs de ces sénateurs qui s'activent dans tous les sens comme des marionnettes, le font aussi comme des personnages de bandes dessinées par exemple dans ce Lucky Luke: "Le fil qui chante"... la page couverture en évoque deux: le fameux vauteur et la flèche en feu de l'indien et plus loin les scènes de saloon ! C'est amusant parfois¨:(

    • Je crois que toute violence est à condamner. Je constate cependant le double standard ici, on l'a déjà trouvé coupable avant même son procès. Ce qui était totalement différend dans le cas de DSK ou les médias ont tout de suite parlé d'un complot des adversaires de ce dernier. L'image, la réputation ou le CV d'une personne ne donne pas droit à la violence, et n'enlève pas la présomption d'innocence non plus.
      Les conservateurs ont quand même bien fait de l'expulsé du caucus, étant donné qu'un représentant du peuple se doit d'être sans taches, mais attention avant de condamner, la justice suivra son cours, et la justice choisira la condamnation...non pas les médias, ce n'est pas leur travail.

    • @ Incubus 11h57: Je n'ai jamais lu un aussi bon plaidoyer pour la séparation du Québec! Vous êtes en train de me convaincre... Merci!

    • Un certain John Bull toujours aussi subtil semble avoir repris du service sous l'appellation de pagerrry3, avec son florilège d'affirmations gratuites et d'insultes personnelles. Vous êtes bien patient, Monsieur Marissal!

    • Mais ne partons pas en peur non plus, que ce soit aux USA en France ou ailleurs, il y a des cas de toute sorte avec ces chers sénateurs ou représentants, élus ou pas ..
      Au Canada ce qui est pire, c'est que le Sénat ne sert absolument à rien. Même quand il y a deux partis différents qui sont majoritaires dans une des deux chambres, c'est exceptionnel s'il y a un projet bloqué; le Sénat a peu de crédibilité aux yeux de la population, il n'oserait pas faire çà.

    • C'est peut-être une bonne occasion d'avoir un débat de société sur l'absurdité de la violence. Ça n'a jamais rien réglé et cette vérité est immuable.
      Il faudrait aussi se pencher sur la façon d'atteindre l'amour véritable. C'est tellement important ! Il faudrait au moins un sondage national pour connaître les secrets des couples qui durent.
      Monsieur Brazeau est la preuve qu'il y a encore énormément de chemin à parcourir avant de comprendre comment être heureux, en couple et ailleurs. Ça prend des années de réflexion, ça. S'il ne peut pas régler ses problèmes personnels parce qu'il n'a pas eu assez de temps pour se bâtir un système de valeurs extrêmement solide, comment peut-il prétendre prendre de bonnes décisions pour toute la société ?
      Il serait temps qu'il devienne un peu plus mature et qu'il prenne du temps pour réfléchir. Il devrait faire ses classes et aller travailler à d'autres endroits pour acquérir plus de sagesse. D'ailleurs, les sénateurs devraient être nommés à un âge plus avancé. À 34 ans, on n'a pas assez d'expérience de vie pour exercer un tel poste.
      Pourquoi ne pas exiger des politiciens et des sénateurs qu'ils passent des tests de compétence aux critères rigoureux, comme tous les travailleurs le font avant de décrocher un emploi ?

    • @pagerry3
      Pour ce qui est du "bashing", force d'admettre que vous en connaissez un rayon!
      D. Côté

    • Il faut mettre plus d'un carbone et multiplier copies de l'intervention sur ce blogue de «Incubus», le 09 février 2013 à 11:57.

    • Votre chronique, Marissal, convoque le Canada-bashing, l'intolérance, le mépris, la répulsion des institutions légales et la haine péquisto-répulsive des anglos du ROC. Vous n'êtes pas le seul, puisque le klan du quotidien LE DEVOIR, entre autres, en regorge. Par contre, au chapitre du Canada-bashing, vous occupez non seulement le podium du bashing, mais aussi et surtout celui de la désinformation qui y est ficelée, certes, mais vous l'occupez sans médaille et avec toute la honte du déshonneur pour lequel vous êtes si grassement payé. À quoi donc peut bien vous servir et en quoi peut bien vous gratifier une « ovation de boues » que vous vous méprenez à accueillir comme une ovation debout ?

    • L'ignorance crasse de certains citoyens sur la constitution canadienne me laisse pantois.
      Le Sénat, comme la monarchie, est virtuellement impossible à abolir au Canada depuis le rapatriement de la constitution en 1982. L'abolition du Sénat nécessiterait un ordre de la Reine-en-conseil après une motion majoritaire à la fois de la Chambre et du Sénat (déjà ne comptez pas là-dessus), et l'accord de chacune des dix provinces canadiennes (le 7/50 ne suffit pas, c'est l'unaniité).
      Ne rêvez pas en couleurs. La seule option est une réforme qui ne change rien au statut constitutionnel du Sénat, et c'est exactement ce que Harper tente de faire en passant par la Cour Suprême.
      Mr. Marissal, vous devriez mieux informer les lecteurs là-dessus, au lieu de leur laisser courir le mensonge chimérique que d'abolir le Sénat se ferait juste avec un vote aux Communes et un claquement de doigts.

    • Il faut mentionner d'abord que le PM Harper n'avait pas beaucoup de choix du côté des autochtones pour le sénat car la très grande majorité de ceux-ci ne soutiennent pas l'idéologie conservatrice et Harper ne nomme que des néo-conservateurs idéologues. Rappelez-vous que le Congrès des peuples autochtones (CAP) à l'époque de la présidence de Brazeau était inconditionnellement derrière le gouvernement Harper (alors minoritaire), contrairement à toutes les autres organisations nationales autochtones (que ce soit l'APN, ITK etc). Mais à l'époque la présidence de Brazeau commençait à vaciller et le sénat était une planche de salut pour lui et pour le PM.
      Quant au sénat, dans l'état actuel des choses, c'est complètement inutile compte tenu que le gouvernement Harper est majoritaire en Chambre et au sénat... Ce qui nuit considérablement au sénat c'est la nature politique des nominations qui rend l'institution inutile et non crédible. Je ne crois pas qu'il y ait de remède puisque les politiciens cherchent toujours un moyen de garder le pouvoir et c'est ce qu'ils ont toujours fait avec le sénat (tout comme les nominations politiques comme juges, présidents d'agences etc.). Une chambre des nations et des régions pourrait peut-être avoir un certain sens si ses membres étaient élus par les populations en question: par exemple, on pourrait y retrouver des représentants des peuples autochtones du Canada élus par eux et qui pourraient scruter les lois passées par les communes pour s'assurer qu'elles sont conformes à leurs droits. De même pour les grandes régions du pays, en particulier celles qui sont sous-représentées en Chambre.
      Pour en revenir à M. Brazeau, c'est une nomination ridicule qui certainement entache la réputation du PM Harper mais ce n'est pas la seule, ce n'est qu'une parmi bien d'autres... Il faut aussi se souvenir que pour les derniers événements qui font l'objet de poursuites criminelles, il n'a pas été déclaré coupable...

    • Plus jeune, avant que les conservateurs change sa vocation, j'avais pour le Sénat le plus grand respect; c'était pour moi un conseil de sages choisit par les Premier ministres de ce pays parmi les citoyens les plus honorables. Entre autre d'anciens premier Ministre des provinces et des politiciens qui avaient bien servi le pays et dont le jugement était important pour remplir un rôle de surveillant des différentes lois que les gouvernements imposent au peuple. Mais malheureusement des premiers ministres d'une compétence relative ont commencés a s'en servir pour des calculs partisans, en commençant par Mulroney et c'est devenu catastrophique de démolition sous ce Harper de malheur qui ne détruit pas que le Sénat mais aussi ce pays qu'on appelle canada et qui ne mérite plus de majuscule sous sa direction mesquine et sans envergure. Quand on nomme n'importe qui pour renforcer sa position politique et ses propres intérêts c'est qu'on n'est pas a la hauteur d'un Chef d'État comme c'est malheureusement le cas actuellement.
      Fernand Turbide

    • @pagerry3
      C'est VOUS qui parlez d'« étenderie verbeuse »?

    • N'avez-vous pas un sérieux problème d'apostrophes (?), lors de vos transcriptions? Mon opinion est la seule apostrophée de la sorte... Serait-ce votre façon d'interroger ou de contester l'expression d'une opinion que vous ne partagez pas ???

    • Merci Vincent Marissal de rappeler l'absurdité de l'existence du Sénat canadien. Lors du référendum de 1995, j'avais présenté un mémoire à la Commission sur la souveraineté sur ce sujet. J'avais appris à l'époque que les sénateurs n'étaient pas obligés à l'exclusivité de leur fonction, ils pouvaient continuer à travailler ailleurs et recevoir d'autres revenus en plus de leur rémunération élevée pour un travail partiel. Pour moi, cela constituait une des nombreuses raisons pour lesquelles le Québec devait devenir souverain et se gouverner lui-même, même si ce n'était que pour cette seule raison, on y gagnerait. Si les Québécois connaissaient le gaspillage de fonds publics du fédéral - sans parler de l'achat des F-35 - ils comprendraient qu'il est plus simple et efficace d'avoir un seul gouvernement à qui on envoie nos impôts pour nous donner des services publics. Qu'attendons-nous pour nous réveiller ?

    • Pour une réforme du sénat plutôt que simplement l'abolir. Une réforme qui pourrait être un contre-pouvoir à une majorité parlementaire qui bafoue la démocratie avec des lois mammouth, une majorité silencieuse dont il semble que seul le cabinet a la possibilité d'émettre une parole toujours calculée et orchestrée pour se maintenir au pouvoir non les intérêts réels des citoyens.
      La réforme du sénat est encore plus urgente avec la possibilité qu'une majorité puisse se faire en excluent le Québec du pouvoir, par exemple.
      Harper a beaucoup de responsabilités de ce qui arrive maintenant en outre avec des nominations plutôt douteuses d'un Brazeau, d'un Jacques Dermes, et les sénateurs lobbyistes avec double rémunération...
      Une réforme du sénat avec élection des sénateurs, indépendant des partis politiques, des sénateurs avec une liberté de parole, libre des lignes des partis politiques, des sénateurs qui seraient plus proches des enjeux régionaux.

    • Combien coûte aux canadiens, chaque année, cet appareil qu'est le sénat? La réforme du sénat? Non! L'abolition et vite! Si le ridicule tuait, nous serions tous morts! Incroyable!

    • Il auait du perdre son poste de senateur après le TKO subit au main de Justin

    • L'événement tout comme l'étrange personnage sont un encombrement sans nom pour la crédibilité, l'honorabilité et la respectabilité du Sénat canadien et nombre de commentaires inscrits à ce blogue sont pitoyables et témoignent lamentablement de l'élasticité d'une nétiquette des plus perméable. Devra-t-il être puni davantage que ne l'a été le docteur Turcotte ? Par ailleurs, la pathétique et interminable chronique qu'a signé Vincent Marissal, le « sénateur de la Chambre basse de la Presse de Montréal », sur le sujet : Et ça s'appelle la « Chambre haute », publiée le 09 février 2013 à 05h00, s'est voulue une véritable bulle de parti-pris et de mépris que se permettent habituellement les apprentis clercs des feuilletons et feuillets de la marginalité. Les graffitis du chroniqueur Marissal, au sujet de Patrick Brazeau, le sénateur déchu, ont été le prétexte d'un bla-bla-bla qui n'en finit plus. Une étenderie verbeuse délavée qui s'éternise, surpiquée d'une insignifiance inégalée, digne de la Chambre basse de la Presse ou de Chambre haute du journal Le Devoir?

    • Voici des opinions bien de notre époque. À l'ère du consommer-jeter, il peut paraître justifier, après de telles frasques, de souhaiter abolir une institution qui ne manque pas d'exemples de rôles douteux, voire inutiles.
      J'adhère qu'il puisse s'agir d'une ruse à la Harper qui ne cherche qu'à détruire ce qui pourrait lui mettre quelques bâtons dans les roues. Mais justement, ne voici pas une excellente raison de préserver cette institution, mais de lui donner la fonction quelle devrait occuper : celle de chien de garde des gouvernement dirigeants.
      Certes la formule actuelle a besoin d'être révisée, surtout avec les nominations partisanes. Mais imaginons qu'un gouvernement aux idées un tant soit peu extrêmes et despotes s'installe majoritaire au parlement et qu'aucune autre entité ne soit en mesure de questionner ses politiques, de les freiner. Cela pourrait conduire à du n'importe quoi... À bien y réfléchir, on y est déjà ou presque. Il ne reste que quelques "sages" à tasser du chemin. Et avec sa façon habile de manipuler l'opinion publique, notamment en faisant des nominations douteuses, la voie risque d'être bientôt libre.

    • Qui a voté pour la majorité de Harper ?...
      S'il faut réformer en profondeur le Sénat, il ne faut surtout pas l'abolir. Dernier rampart contre les lois absurdes...
      Pffff.

    • Totalement d'accord ,merci de si bien le dire.

    • Vous avez raison, les nominations et surtout l'utilisation du Sénat est une honte.
      M. Brazeau en est un exemple; on a voulu faire plaisir aux autochtones ou acheter la paix. Mais même dans son milieu, il était déjà contesté. On pourrait ajouter plusieurs nominations douteuses à cette liste.
      Combien d'autres Sénateurs nommés là, tant par les Libéraux et Conservateurs étaient des choix douteux. Et que dire des sessions parlementaires où un bon nombre est absent ou dorment tout simplement.
      Il faut avant de faire tout changement, y trouver une utilité. Servira-t-il de contrepoids au pouvoir comme aux USA ? Ou devrions-nous tout simplement l'abolir. Le même débat s'applique au Gouverneur Général; un rôle totalement inutile et partisan. À quand la dernière fois où le Sénat ou le Gouverneur Général a servi de contrepoids au pouvoir ?
      Le Canada est à l'étape de se demander s'il veut devenir un vrai pays avec un Président et couper ses liens avec la monarchie britanique. De toute façon au Canada, on sait très bien que c'est le Premier Ministre (le parti au pouvoir) et la Cour Suprême qui représentent les instances suprêmes.
      L'Australie a les mêmes débats, ayant le même système parlementaire que nous. La réponse n'est pas facile, mais c'est la démarche d'un pays en évolution. Sommes-nous sclérosés ou en évolution ?

    • Bonjour
      Stephen Harper n'a-t-il pas aussi nommé un analphabète comme sénateur? Pourquoi oublier sans cesse cette injure (volontaire ou pas) de faire représenter le Québec au Sénat par ce type? Que notre premier ministre "westerner" nomme aussi un bum n'a rien d'étonnant.
      --
      Claude LaFrenière

    • Je me méfie profondément de Stephen Harper. L'honorable sénateur Brazeau est tellement odieux qu'on dirait qu'il fait le méchant sur commande. Il fait tout ce qu'il est possible de faire pour discréditer le Sénat. Il n'est donc pas étonnant que la population réclame son départ et l'abolition du Sénat. M. Harper a déjà le plus grand mépris pour la Chambre des communes, s'il faut qu'en plus on abolisse le Sénat, que restera-t-il? Le sénateur Brazeau s'est déshonoré systématiquement. C'est triste à voir. Mais la volonté de M. Harper de concentrer tous les pouvoirs dans le bureau du premier ministre est autrement plus inquiétante. Il ne faudrait pas que le parcours désolant de ce jeune homme troublé serve de prétexte pour réduire encore plus la démocratie au Canada.

    • Le bras droit de Stephen Harpeur, Dimitri Soudas doit doit être extrêmement fier de son p'tit copain Patrick Apache Brazeau qu'il a fait nommé au sénatorium... belle fréquentation M.Zarpeur...

    • Dans son article, monsieur Marissal dit que monsieur Harper prend la stratégie de ridiculiser le sénat pour en venir à bout, serait-ce la raison pour laquelle il a nommé un analphabète au sénat? Si c'est le ca, il est très bon stratège!
      Bravo!

    • Le Sénat? Sénatorium disait-on à l'époque. À part graisser les copains, ça ne sert à rien et c'est aussi d'actualité que la Canadian Constitution. Utile en effet pour les larbins comme Boisvenu qui n'en finit pas de se rendre ridicule. En fait, il a accompli son périple...
      Et on coupe les chômeurs pour économiser? On prend vraiment les gens pour des idiots et si Harper est majoritaire, j'ai bien peur qu'il n'ait raison. Et il le sait fort bien.
      Fermer la shop à vieilleries me semble une excellente idée quoique même à 34 ans on ne fait pas mieux. On peut aussi se débarrasser une bonne fois de ce maudit système qui nous étouffe depuis la conquête. Yes sir!
      Jacques Pruneau.

    • Quelle différence entre ces sénateurs qui fraudent les contribuables et les gens qui défilent devant la commission Charbonneau? Quant a moi qu'on arrete d'en parler et qu'on abolisse cette chambre haute remplie de parasites!
      L. Gagné

    • Très bon article avec lequel je suis 100 % d'accord. Vous avez donné plusieurs arguments en faveur de l'abolition pure et simple du Sénat qui coûte scandaleusement cher aux contribuables. Chambre haute? Chambre basse et ridicule plutôt!

    • Il me semble clair que si, malgré son jeune âge, M Brazeau ait pu être élevé au rang de Sénateur, c'est TOUT simplement parce qu'il venait d'une réserve. Maniwaki, en l'occurrence. M. Harper a probablement voulu faire plaisir et/ou faire taire la communauté autochtone de l'endroit. Mauvaise raison...mauvais choix. On le voit aujourd'hui, M. Brazeau n'est rien d'autre qu'un petit "bum" orgueilleux, narcissique et imbu de lui-même. Un petit "fendant". C'est mon opinion. Mario, de Ville Saguenay.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer