Nominations: la moitié du problème

Partager

La décision de ne pas accorder, finalement, le statut de sous-ministre à André Boisclair en plus de sa nomination de délégué du Québec à New York est tout à l'honneur du gouvernement Marois.

Il y a toutefois quelque chose qui cloche dans les explications de la première ministre. D'un côté, elle dit ne pas comprendre l'indignation populaire (vraiment?) suscitée par ces conditions exceptionnelles, mais de l'autre, elle affirme qu'elle ne peut laisser des questions d'éthique éclabousser son gouvernement.

Autrement dit, la première ministre insinue que les Québécois ont tort de s'indigner, mais pour ne pas les froisser en cette période d'hypersensibilité éthique, elle leur donne raison.

La réalité, c'est que Pauline Marois sait très bien que la grogne populaire est justifiée et qu'il y a, effectivement, un grave manque à l'éthique, voire à la décence, dans le premier contrat signé par André Boisclair.

Au sein même de son cabinet, plusieurs ministres ont eu la désagréable impression de s'en être fait passer une petite vite, car la nomination de M. Boisclair a été présentée comme tout à fait régulière. Déjà que l'ancien chef du Parti québécois n'était pas le premier choix du ministre des Relations internationales, Jean-François Lisée. Ses conditions d'embauche n'ont fait qu'aggraver le malaise.

Déterminée à prouver qu'elle lave plus blanc que blanc, Pauline Marois va encore plus loin et annonce la création prochaine d'un comité de trois personnes (vraisemblablement un membre du secteur privé, un spécialiste de la fonction publique et un expert en ressources humaines) dont le mandat sera d'établir des balises dans l'embauche et le traitement dans la haute fonction publique.

Voilà qui est noble, et probablement utile. Dans un monde idéal, les nominations gouvernementales devraient être guidées par des critères objectifs, comme la compétence des candidats, et par un inébranlable sens de l'éthique.

Cela dit, il ne faut pas être naïf au point de penser que toute forme de favoritisme disparaîtra à Québec, surtout pas dans la nomination des représentants du Québec à l'étranger, qui doivent nécessairement partager les positions du gouvernement. Il ne faut pas penser, non plus, qu'on peut tout encadrer, tout légiférer. La décence ne devrait pas avoir besoin d'une loi, du moins pas en matière de nomination et de traitement de hauts fonctionnaires.

L'intention de Pauline Marois est louable, mais elle ne touche que la moitié du problème puisque son comité n'abordera pas la question des nominations dans les sociétés d'État, traditionnellement des nids de «patronage», comme on disait dans le temps.

Selon une source près du dossier, le mandat du comité devait couvrir aussi les sociétés d'État, mais un courriel tardif jeudi soir m'a plutôt indiqué le contraire.

Comment, sérieusement, vouloir encadrer les nominations par les plus hautes normes éthiques sans s'attarder aussi aux sociétés d'État?

On a l'impression que la création de ce comité vise davantage à faire diversion sur le cas Boisclair et à embarrasser les libéraux qu'à aller au fond des choses.

Le comité aura pour mandat d'étudier les nominations dans la haute fonction publique depuis 2003, soit, essentiellement, le règne libéral de Jean Charest (sans effet rétroactif, m'assure-t-on, personne ne sera donc viré au terme de l'analyse du comité).

Le gouvernement Marois reproche, entre autres choses, à l'ancien premier ministre Charest d'avoir nommé, à l'aube de la dernière campagne électorale, une ancienne attachée libérale, Marie-Claude Francoeur, déléguée du Québec à Boston. Le nouveau gouvernement pourrait la dégommer, mais il faudrait alors payer un dédommagement.

En s'en tenant aux nominations libérales et en évitant les sociétés d'État, le gouvernement Marois s'assure de ne pas revenir sur un beau cas d'analyse, qui fait beaucoup jaser encore aujourd'hui, près de 10 ans plus tard: le traitement accordé à Claude Blanchet, mari de Pauline Marois, qui a quitté la Société générale de financement (SGF) en 2003 avec un parachute doré.

Congédié par le gouvernement libéral en 2003 (après cinq ans à la tête de la SGF), M. Blanchet est parti avec une pension à vie de 88 000$ par année (il avait aussi touché l'équivalent d'un an de salaire à son congédiement, soit environ 255 000$). Les péquistes ont raison de dire que c'est le gouvernement libéral qui a congédié M. Blanchet avant la fin de son contrat, pour des motifs purement politiques. Mais il est tout aussi vrai que c'est le gouvernement Landry, duquel faisait partie

Mme Marois, qui a accordé de telles conditions à Claude Blanchet. Une indemnité pour congédiement, surtout dans de pareilles circonstances, c'est la norme, mais une pension à vie?

Autre cas célèbre: Henri-Paul Rousseau, qui a touché une indemnité de près de 400 000$ lorsqu'il a quitté volontairement son poste de PDG de la Caisse de dépôt et placement du Québec en 2008, un avantage inscrit à son contrat par le gouvernement Landry en 2002.

Sans relancer de vieilles chasses aux sorcières, on ne peut revoir les normes éthiques entourant les nominations sans aborder aussi les contrats accordés aux dirigeants de sociétés d'État.

Il n'y a pas que

MM. Blanchet et Rousseau, d'ailleurs. Tous les gouvernements, de tout temps, nomment des amis, des proches, des alliés à des postes stratégiques et prestigieux.

Raison de plus pour encadrer le processus afin d'éviter l'arbitraire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer