Un gouvernement dépassé et inadéquat

Rosa Parks était-elle une délinquante?

La question peut paraître grossière, mais pas plus, si vous voulez mon avis, que la déclaration du ministre de la Justice, Jean-Marc Fournier, selon qui l'expression «désobéissance civile» est une jolie façon de dire «vandalisme».

Je précise, avant qu'une irrépressible envie de m'écrire des bêtises vous assaille, que je ne fais aucun parallèle entre le mouvement des droits des Noirs américains sur le fond, mais plutôt sur la forme. La désobéissance civile est un mécanisme classique de lutte contre le pouvoir. Ce fut le cas pour cette jeune couturière de l'Alabama qui refusa, en 1955, d'aller s'asseoir à l'arrière d'un bus comme c'est le cas pour certains étudiants qui décident de défier la loi spéciale 78.

Je n'encourage pas les étudiants à le faire (ce serait bête d'aggraver leur situation financière par de lourdes amendes), mais je comprendrais fort bien leurs motifs. Cette loi est exagérée, abusive, mal pensée, vraisemblablement inconstitutionnelle et, apparemment, difficile à appliquer. En tout cas, hier, le Service de police de la Ville de Montréal a préféré ne pas l'utiliser. La police fait preuve de plus de retenue dans l'application d'une loi spéciale que le gouvernement qui l'a concoctée en catastrophe au nom de la sécurité et de la paix sociale...

Ça fait donc plus de 100 jours que ça dure. Des centaines de manifs; plus d'un millier d'arrestations; une entente bidon avortée; une ministre sacrifiée; une loi spéciale très dure adoptée dans la cohue, et puis quoi? Rien. L'impasse. Le gouvernement en «mode menace». La police en «mode anti-émeute». Les étudiants grévistes en «mode manif».

Le gouvernement peut se conforter en regardant les différents sondages, qui démontrent que les Québécois sont majoritairement d'accord avec la loi spéciale, cela ne change rien au fond du problème: trois mois plus tard, la crise n'est toujours pas réglée.

Depuis plus de trois mois, ce gouvernement a tout faux. Malgré le ton grave et confiant de celui qui ne reculera pas, ce gouvernement est dépassé et inadéquat.

Au début, il a mal évalué l'ampleur du mouvement, qui allait rapidement s'essouffler, pensait-on à Québec. Puis, le gouvernement a cru que la grève prendrait fin à Pâques. Ensuite, les libéraux ont tenté de diaboliser Gabriel Nadeau-Dubois. En vain. Ils croyaient par ailleurs être capables de mettre fin au conflit avec une entente mal fagotée et farfelue et comme rien de tout ça n'a fonctionné, ils ont cru faire peur aux étudiants avec une loi spéciale.

Bien sûr, le gouvernement n'a pas tous les torts. Les représentants des étudiants ont fait preuve d'une sacrée intransigeance par moments, mais à la fin, en démocratie, c'est le gouvernement qui doit régler les crises et assurer la paix sociale. Il y arrive avec la FTQ, notamment, qui est nettement plus intimidante que ne le seront jamais les étudiants.

On a appris il y a quelques jours que la FECQ et la FEUQ ont offert de parler des droits de scolarité, mais que l'ex-ministre Beauchamp leur a alors dit que ce sujet n'était pas négociable.

Ce gouvernement n'a pas été capable d'en arriver à une solution négociée. Il est maintenant incapable de forcer la fin de la crise avec une loi matraque. Que lui reste-t-il comme crédibilité, comme légitimité?

La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, a dit hier que son cabinet tentait depuis jeudi de joindre les associations! Come on! Tous les étudiants ont des cellulaires (et boivent de la sangria à Outremont!), c'est bien connu! Et puis, si la ligne est occupée, envoyez votre invitation formelle par l'entremise des médias, ce ne serait pas la première fois.

Au point où on en est, nous devrions enfermer tout ce beau monde dans une église (ça facilite le recueillement!) et ne les laisser en sortir que lorsque la fumée blanche du consensus s'échappera de la cheminée.

Il est peut-être trop tard, par contre. On se dirige peut-être vers 100 autres jours de grève, vers un trimestre définitivement foutu et vers un joyeux bordel en septembre.

Le principal problème, dans l'approche du gouvernement, c'est qu'elle est intransigeante, qu'elle est antagoniste. Vous portez le carré rouge? Vous êtes contre le gouvernement, contre le Québec même, et pour la violence; vous désobéissez? Vous êtes un vandale! Vous ne dénoncez pas la violence? C'est donc que vous l'encouragez! Vous n'acceptez pas la hausse? Vous êtes contre le développement des universités!

Il y a un problème d'équilibre, de contrepoids dans l'approche de ce gouvernement. Ça commence au sommet de la hiérarchie, avec Jean Charest, qui a apparemment oublié qu'il est aussi ministre de la Jeunesse. Il a écouté la commission jeunesse de son parti, qui a produit de judicieuses recommandations au cours des dernières années, mais les leaders étudiants n'ont, semble-t-il, aucune légitimité à ses yeux.

Problème de contrepoids, aussi, à l'Éducation, qui est maintenant entre les mains de la présidente du Conseil du Trésor, dont le mandat premier est de réduire les dépenses de l'État.

Quant au ministre de la Sécurité publique, Robert Dutil, il est d'abord ministre de la Police dans cette crise.

Que la police arrête et neutralise les casseurs et les têtes brûlées, soit, mais qui protège les victimes collatérales qui se font tabasser et poivrer si généreusement, comme le démontrent les vidéos du week-end? Qui protège un photographe de presse dûment identifié qui se fait cogner la tête par une brute en uniforme? Qui protège un restaurateur ou un dramaturge injustement maltraités, insultés et arrêtés?

«La déontologie», a dit hier M. Dutil.

Faites-moi rire...




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer