La visite princière

Le prince William a salué des Canadiens qui... (PHOTO JONATHAN HAYWARD, PC)

Agrandir

Le prince William a salué des Canadiens qui l'attendaient à Victoria, le 24 septembre.

PHOTO JONATHAN HAYWARD, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Laporte

Collaboration spéciale

La Presse

Le duc et la duchesse de Cambridge terminaient dimanche leur séjour de huit jours au Canada. Si on en a peu entendu parler, c'est que le Canada est grand. Ça se passait de l'autre bord, en Colombie-Britannique et au Yukon. Là-bas, ce fut un hit.

Que sont venus faire le beau William et la belle Kate ? Ils sont venus se montrer. Tout simplement. Ils ne sont pas venus signer des accords internationaux, ni accompagner une délégation économique, ni discuter d'une stratégie de défense. La royauté n'a plus aucun pouvoir. La royauté n'a plus qu'une seule utilité : parader.

La famille royale est au Canada ce que Youppi ! est au Canadien. Une mascotte. Ce n'est pas grâce à Youppi ! que le CH gagne. Ce n'est pas à cause de Youppi ! que le CH perd, non plus. Youppi ! ne patine pas, ne « coache » pas, ne parle pas. Il est juste là. C'est une présence rassurante. On le voit, et on sourit. Il met de l'ambiance. Et l'ambiance, c'est important, surtout quand la game est plate.

La même magie opère avec William et Kate. La foule se masse pour les voir, les aperçoit et sourit. C'est tout. Les plus chanceux peuvent même les toucher, leur serrer la main. La grosse différence avec Youppi !, c'est qu'on ne va pas au Centre Bell pour voir Youppi !. On va au Centre Bell pour regarder un match de hockey, et en bonus, il y a Youppi !.

Lors d'une visite royale, il n'y a rien d'autre. Pas de spectacle, pas de match de cricket, pas de dégustation de thé. Juste la royauté qui fait des « tatas ». Pourquoi aller les voir ? Pour pouvoir dire qu'on les a vus.

- Tu sais pas quoi ?

- Non ?

- J'ai vu le prince et la princesse.

- Ah ouais ! ?

Ça fait effet. Presque autant que : je viens d'attraper 10 Pokémon. Le pouvoir d'attraction des membres de la famille royale est le même que celui d'une star. Sauf qu'une star, on l'aime peut-être pour son look, mais on l'aime aussi pour ses films, pour ses chansons, pour ses exploits sportifs. Les royaux ne font rien de ça. Les royaux ne font rien. Ils sont. Et c'est assez pour attirer les masses. En ce sens, la royauté est plus à l'image des soeurs Kardashian que des soeurs Boulay. Ce n'est pas une question de fond. C'est une question de forme.

Quel est le seul sujet de conversation entourant une visite royale ? Les vêtements qu'ils portent. On ne parle que de ça. Comment ils sont habillés. Ce n'est pas Célibataires et nus, c'est Royaux et bien habillés. À chacun son rang.

Les descendants du trône d'Angleterre traversent donc océan et continent parce qu'ils trouvent important de venir se montrer à leurs sujets canadiens. Et le Canada trouve important de les recevoir en grande pompe. Au diable les millions, on ne reçoit pas des futurs rois avec du Burger King. On pourrait croire que le plus moderne des premiers ministres souhaiterait mettre fin à ces traditions dépassées. Vides de sens. Parce qu'on est en 2016, reste chez vous, la royauté ! Après tout, son illustre père avait bien fait une pirouette dans le dos de la reine Élisabeth.

Ben non, Justin Trudeau était le premier à accueillir le couple princier à Victoria. Le sourire brillant et le cheveu au vent. Justin les aime. Le Canada les aime. Pourquoi ? Pour le symbole.

Je ne comprends pas. Le symbole de la monarchie, c'est le symbole d'un État non démocratique, où régnait bien souvent un tyran déconnecté de son peuple, qui dépensait sans compter, pendant que ses sujets crevaient de faim.

C'est de cette époque-là que l'on s'ennuie. Ramenez-nous au temps des rois. Ben voyons ! C'est du masochisme !

Je sais, les Canadiens anglais sont attachés à la couronne britannique parce que ça leur permet d'avoir une identité différente de celle des Américains. Je vais vous donner une autre différence dont vous pouvez être beaucoup plus fiers : les Américains sont pognés avec Trump, pis pas vous. Ça, c'est réjouissant, beaucoup plus que d'être assujetti à une reine.

Cela dit, William et Kate semblent être deux très sympathiques personnes. Bienvenues au Canada quand elles le souhaitent. En touristes. On appelle ça une visite royale, ben justement, que la royauté soit de la visite. Qu'elle ne soit pas chez elle, chez nous. La reine d'Angleterre, chef d'État du Canada, ça n'a plus rapport. L'indépendance du Canada, il serait temps de la faire. Vive le Canada libre !

Bon vol, duc et duchesse !

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer