Chronique

Un été de chien

Le 22 août, propriétaires et défenseurs de pitbulls... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le 22 août, propriétaires et défenseurs de pitbulls ont manifesté devant l'hôtel de ville de Montréal contre le nouveau règlement sur le contrôle des animaux.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE - LA PRESSE Harrington, QUEBEC... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE - LA PRESSE Harrington, QUEBEC --- Sujet : FEATURE METEO - Photo prise lors d'une journee de canicule au centre-ville de Montreal. La famille Villez prend du soleil a l'esplanade de la place des arts avant la fin de leurs vacances. --- - Jeudi 11 Aout 2016 ACTU # 835156

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

C'est le dernier samedi du mois d'août. Mine de rien, c'est la fin de l'été. Vous me direz que, selon la rotation de la Terre autour du Soleil, l'été se terminera le jeudi 22 septembre à 14 heures 21 minutes et 6 secondes. Pas dans notre tête. Le 22 septembre, on va déjà être rendus aux pubs de Noël à la télé. L'humain ne va jamais au bout des choses. Il faut toujours qu'il prenne son plaisir très vite. Toujours pressé de cocher le mot « check » à la liste de ses bonheurs. Donc, c'est fait ! L'été 2016 est du passé. L'été a été.

Qu'en retient-on ? Que ce fut un été de chien. Un été où l'actualité n'a pas pris de vacances. Surtout pas la politique. Pourtant, en juin, on croyait bien avoir la paix. Pour une fois qu'il n'y avait pas de campagne électorale durant la belle saison, on s'est dit que nos politiciens allaient disparaître dans leurs campagnes privées et se faire oublier un peu. Le temps qu'on relaxe.

Pas pantoute ! À cause des pitbulls, les maires de toutes les municipalités sont sortis de leur cabane, enragés. On va tous les bannir ! Heu... On va bannir juste ceux dont la queue bouge ! Heu... On va bannir ceux qui ne sont pas encore là ! Heu... On va rien bannir du tout ! 

Bref, il y a autant de règlements sur les chiens dangereux qu'il y a de villes au Québec. Ça prendrait une application Pitbull Go pour savoir où ils se cachent.

Au provincial, la crédibilité du gouvernement libéral a continué de fondre comme un popsicle au soleil. Deux grosses affaires : l'affaire Poëti et l'affaire Daoust. Sans compter les déclarations donaldiennes de Gaétan Barrette et les clips à la Ding et Dong de Jean-Francois Lisée. On a même droit à une commission parlementaire sur le cas Rona. Pas de vacances pour la rénovation !

Au fédéral, la politique a tout de même réussi à prendre des vacances. Mais on en a entendu parler autant qu'en pleine session. Pourquoi ? Parce que Justin s'est mis en chest. Les photos de Justin Trudeau torse nu furent aussi populaires que celles du derrière de Kim Kardashian. On comprend pourquoi les ministres fédéraux dépensent des fortunes en photographes. Ils essaient de concurrencer leur leader. De se faire une petite place dans la gazette. Pas facile. La Constitution du Canada ne fait pas l'unanimité, mais celle de son premier ministre, oui.

Chez nos voisins américains, la politique fut omniprésente. Pas une journée sans une bêtise de Donald Trump. Pas une journée sans un courriel d'Hillary Clinton. La convention républicaine, la convention démocrate, on a bu autant les paroles des orateurs qu'on boit de Coke sur la plage d'Old Orchard.

Sur la scène mondiale, aussi, la politique n'a pas chômé. Les Anglais sont sortis de l'Europe. Rien de moins. Et il y a eu un coup d'État en Turquie, même s'il semble plus que ce soit l'État qui ait donné un coup.

Bref, pas de vacances pour les électeurs, cet été. Quand nous allons revoir les têtes des Coderre, Labeaume, Couillard, Trudeau, en septembre, on n'aura pas eu le temps de s'ennuyer d'eux.

Sur la scène sportive, l'été est toujours très occupé, mais cette année ce fut une véritable orgie d'événements. En plus du soccer, du baseball, du football, du tennis, du golf, de la F1, il y a eu l'Euro et les Olympiques. Et le comble de tout ça, c'est que, normalement, il y a une journée par année où l'on ne parle pas de hockey : le 29 juin. Les séries sont terminées, le repêchage est passé, la journée des agents libres n'a pas encore eu lieu. On respire un peu. Pas cette année. 

Marc Bergevin nous a pris les culottes dans la piscine, en échangeant P.K. Subban, le 29 juin. Il y a des partisans qui ne s'en sont pas encore remis. Et qui n'arrêtent pas de se pincer, en espérant se réveiller et retrouver P.K. donnant des tapes à Carey, au Centre Bell, cet automne. La gang, ça n'arrivera pas. Ce n'est pas un cauchemar. L'été 2016 a vraiment eu lieu. Souhaitons que le Weber d'hiver soit aussi populaire que le Weber d'été. Après tout, il n'en est pas à son premier BBQ.

Même les terroristes n'ont pas pris de vacances estivales. Les horreurs survenues en France, aux États-Unis et aux quatre coins du monde n'ont pas permis à notre petit coeur de se reposer. Pauvres nous.

Après un été aussi chargé, nous voilà déjà à la rentrée. Rentrée ? Quelle rentrée ? On n'est même pas sortis. On est encore sur le pont.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer