House of Sam

Notre chroniqueur Stéphane Laporte retrace la dernière semaine... (Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Notre chroniqueur Stéphane Laporte retrace la dernière semaine de Sam Hamad (notre photo) dans un scénario calqué sur la série House of Cards.

Photo Jacques Boissinot, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Laporte

Collaboration spéciale

La Presse

Générique d'ouverture. Petite musique stressante. On voit des scènes de la ville de Québec. Le parlement, le Château Frontenac, le fleuve. La journée passe en accéléré. Les autos roulent à toute vitesse sur la Grande Allée.

Première scène. L'action se déroule dans l'appartement de Sam, le président du Conseil du trésor, joué par Kevin Spacey. Il s'ouvre une canette de Coke Diète et allume la télé. Il regarde le hockey. Le Canadien joue contre Tampa Bay. Soudain, son iPhone vibre. Apparaît le visage de son attaché politique, sur l'écran du cellulaire. Sam regarde la caméra : « J'haïs ça quand ils me dérangent durant le hockey ! Si c'était une game des Nordiques, je répondrais même pas ! »

Il prend l'appel : 

« Qu'essé qui y'a ?

- Vous ne regardez pas Enquête ?

- Non, je regarde le Canadien, pour une fois qu'ils gagnent. C'est quoi Enquête ? Un Colombo ?

- Non, une gang de fouilleux. Ils viennent de révéler l'existence de courriels compromettants que Marc-Yvan Côté a écrit à votre sujet. Il vous appelle "notre ami" et sous-entend que vous lui avez donné de l'information privilégiée provenant du Conseil des ministres...

- C'est n'importe quoi, cette affaire-là. C'est une balloune mouillée !

- On dit un pétard mouillé.

- Je prends note. »

Fondu au noir. On se retrouve dans le bureau du premier ministre, joué par Rémy Girard avec une barbe. Il regarde le reportage d'Enquête. Il n'est pas content. Il parle à son conseiller : 

« Qu'est-ce qu'on fait avec ça ? Je ne suis pas pour expulser Sam du Conseil des ministres, c'est lui qui m'a aidé à devenir chef du parti...

- Faites le mort. On va espérer que ça passe. Après tout, c'est juste des courriels. »

Le PM prend la télécommande et pitonne au hockey : « Maudit Canadien ! S'il faisait les séries, on serait ben, les gens parleraient que de ça. Là, les niaiseries d'Enquête risquent de faire une grosse affaire. Carey Price, je te l'aurais opéré, moi, pis remis sur pieds. »

Lendemain matin, Sam, en boxer, fait ses étirements, en écoutant la radio.

On parle du scandale révélé la veille. Son téléphone vibre. C'est le chef de cabinet du premier ministre : 

« Hello !

- Sam, faut faire de quoi pour calmer ça.

- C'est juste un poisson mouillé.

- Un pétard mouillé.

- Je prends note.

- Tu vas demander, toi-même, une enquête sur ton cas par le commissaire à l'éthique.

- Ben voyons donc !

- Fais-toi z'en pas. Le commissaire à l'éthique, y trouve toute correct. T'as rien à craindre.

- Ayoye !

- Prends pas ça de même.

- Non, je me suis fait mal au dos en m'étirant. »

Le PM se prépare à aller à des funérailles. Il choisit un complet sobre. Puis lâche un coup de fil à Sam : 

« C'est moi...

- Oui, monsieur le premier ministre.

- On n'a plus le choix, faut faire quelque chose. On va te retirer du Conseil des ministres, pendant l'enquête du commissaire à l'éthique.

- Ben là ! Tout ça pour une poule mouillée !

- Un pétard mouillé. Mais là, le pétard commence à péter. Fais-toi z'en pas, tu vas garder ta limousine pis ta paie.

- Ouais... Mais qu'est-ce que je vas faire ? Je peux-tu faire un peu de financement en attendant...

- Surtout pas.

- C'est ça ! Vous me tablettez. Je sers pus à rien. Ben d'abord, no way que je reste icitte, tant qu'à rien faire, m'a aller jouer au golf en Floride ! »

Sam raccroche. Le PM lève les yeux au ciel et lance à son chef de cabinet : « Le gros avantage à être chirurgien, c'est que nos cas problèmes sont anesthésiés. »

On retrouve Sam sur le terrain de golf. Casquette sur la tête, il frappe la balle comme un déchaîné. Il passe d'une fosse de sable à l'autre. Soudain, il reçoit un texto : « Toi, tu reviens au Québec. Now ! »

Sam regarde la caméra : « Shit ! Pis en plus, y'annonce de la neige... »

Musique. Générique de fin. À suivre...

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer