Avoir plus d'Impact

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphane Laporte

Collaboration spéciale

La Presse

Mercredi dernier, vous avez regardé le match du Canadien contre les Sénateurs, avec une bande d'amis, jusqu'à la dernière seconde, espérant que Dale Weise marque le but qui enverrait les deux équipes en prolongation. Mais le but n'est pas venu. Et la sirène de la fin du match a envoyé vos amis chez eux.

Pourtant, le plus grand événement sportif de la soirée était loin d'être terminé. Il n'avait même pas lieu à TVA Sports 1. Il avait lieu à TVA Sports 2. Un poste seulement plus loin. L'Impact de Montréal, notre équipe de soccer de notre ville à nous, affrontait le club América, à Mexico, lors du match aller de la finale de la CONCACAF. Jamais une équipe canadienne ne s'est rendue aussi haut dans la pyramide mondiale du foot. Jamais. Même pas proche.

Mais la plupart des Québécois ont écouté Dave Morissette, l'Antichambre, Ron Fournier ou sont, tout simplement, allés se coucher. Et vous avez fait comme eux. Faut dire qu'une défaite du CH, ça vous casse un party.

Le foot est le sport le plus populaire de la planète, pourquoi ici, il passe troisième? Bien sûr, mercredi le Stade olympique sera plein pour le match retour de la finale de la CONCACAF. Surtout que, contre toute attente, l'Impact a encore des chances de gagner. La fièvre a atteint les irréductibles du soccer. Mais nous ne sommes pas devant une épidémie.

En ce moment, la ville est hockey. Même les gens qui n'en ont rien à foutre savent que le Canadien est en séries, que Price est notre Sauveur et que P.K. est le Saint-Esprit. Les gens qui n'en ont rien à foutre du foot continuent de s'en foutre. La ville n'est pas soccer.

C'est facile de dire que c'est la faute des amateurs. Que c'est notre faute. Qu'on n'apprécie rien. Qu'on aime juste le Canadien. Qu'on est borné. Tant que les fans de soccer auront cette attitude avec ceux qui ne le sont pas, ils ne convaincront personne de se joindre à la fête. Au lieu de nous traiter d'ignares, enseignez-nous. Éduquez-nous. Aidez-nous.

Comment voulez-vous qu'un néophyte s'excite en entendant que l'Impact participe à la finale de la CONCACAF? Y a-t-il une appellation moins sexy, moins attirante, moins vendeuse que CONCACAF? C'est quoi ça CONCACAF? On dirait l'abréviation d'une commission d'enquête sur l'industrie du café. La CONCACAF, c'est la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes. Elle regroupe 41 pays. En ce moment, il reste seulement deux clubs qui peuvent remporter les grands honneurs de cette confédération: un club mexicain et le nôtre. Le Mexique a gagné 29 fois ce championnat, le Canada, jamais. Ce que l'Impact est en train d'accomplir est historique, mais pour l'apprécier, il faut le comprendre.

Je sais qu'il y a quelques experts, remplis de bonne volonté, qui tentent de nous donner un cours de CONCACAF 101. C'est gentil. Mais c'est pas assez. Il en faut plus. Et c'est à l'Impact, en premier, d'investir dans notre apprentissage. Faites des pubs et des vidéos virales qui expliquent ce que l'Impact est en train d'accomplir. Résumez-nous en cinq images-chocs, c'est quoi la Ligue des champions. Ne tenez pas pour acquis qu'on le sait. On ne le sait pas. Ne vous adressez pas seulement à vos fans. Aller chercher vos futurs fans. L'Impact est en voie d'être sacré le meilleur club de foot de l'Amérique situé au nord de l'équateur. C'est big! Pas mal plus big qu'être en finale de la CONCACAF. Si l'Impact gagne mercredi, il va se mesurer aux meilleurs clubs de foot de la planète. Rien que ça.

Avec les amateurs de foot du Québec, on peut remplir le Stade olympique. Mais mercredi, il ne faut pas juste remplir le Stade, il faut remplir les salons de toutes les maisons. Il faut que le Québec, au complet, vive son premier frisson de soccer, depuis... Depuis toujours. On en a eu des frissons pour la France en 1998. Mais c'était des frissons de cousins. Là, on ne serait pas fiers pour eux, on serait fiers pour nous. C'est notre équipe. C'est le nom de Montréal qui retentirait à côté de celui de Barcelone, de Milan, de Munich, de Liverpool, de Rio, de Tokyo...

L'Impact a un travail pédagogique à faire. Notre arrière-grand-père savait c'était quoi les séries de la Coupe Stanley, mais pour la plupart des Québécois de souche, on ne sait pas c'est quoi, la Ligue des champions. On a de la misère à comprendre comment un club peut faire partie de deux ligues en même temps. Prenez le temps de nous l'apprendre. On ne peut capoter, si on ne saisit pas l'enjeu. Faut pas nous en vouloir. On ne connaissait pas ça les sushis, pis maintenant on en mange des sushis. Si vous voulez qu'on mange du soccer, faut nous y faire goûter. Bouchée par bouchée. Faut nous dire que mercredi, on a droit à un morceau de grande qualité. Du foot cinq étoiles, comme on n'en a jamais eu à Montréal.

Que tous les fans de soccer du Québec, au lieu de dénoncer le fait que l'engouement des amateurs de sport pour l'Impact n'est pas à la hauteur de leur exploit, prennent le temps de partager leur passion avec les gens qui les entourent. Ce n'est pas en snobant qu'on rassemble. C'est en communiquant.

Le foot a tout pour fédérer tous les Québécois, autant les familles qui sont là depuis Georges Vézina que celles qui sont là depuis Ignacio Piatti. Faut juste comprendre qu'une grande partie du public n'est pas née à Manchester. Une grande partie du public a encore besoin d'être initiée. Et le match de mercredi a tout pour devenir la plus belle des initiations.

Go Impact go!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer