| Commenter Commentaires (2)

Une ville parfaitement vulnérable

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ronald King
La Presse

À la belle époque où nous avions une série éliminatoire entre les Bruins et le Canadien presque chaque printemps, il arrivait aux reporters de Montréal d'habiter à l'hôtel Copley, où se trouvait hier la ligne d'arrivée du marathon de Boston.

Et c'était toujours une période glorieuse, avec les Bruins et le Canadien, les Red Sox en action et le printemps du Massachusetts plus clément que le nôtre. Souvent, le marathon venait ajouter à notre plaisir. Pour une journée, une grande partie de la ville était complètement paralysée, tout à fait joyeuse... et parfaitement vulnérable.

Les Bostonnais prennent leur marathon, qui avait 117 ans hier, au sérieux. Ils accueillent le monde entier à bras ouverts. Les foules - on dirait que toute la population s'est donné rendez-vous - encouragent les coureurs, TOUS les coureurs, quelle que soit leur origine, leur nationalité, leur race ou leur religion. Il s'agit d'une très belle fête de sport, d'un moment presque sacré.

Richard Garneau était aux oiseaux ces jours-là, et j'ai pensé à lui et à la fébrilité qui serait la sienne aujourd'hui s'il était encore avec nous.

Avant le départ d'hier, l'organisation du marathon a fait observer un moment de silence pour les victimes de la tuerie de Newtown, au Connecticut, pas très loin. Mauvais présage...

Les médias parlaient hier de jambes et de bras arrachés. Dans une journée pleine de vie, la mort s'est introduite, la mort avec violence, la plus affreuse.

Au cours des derniers jours, nous avons reçu des communiqués nous rappelant que le marathon de Montréal approche. Celui de New York aussi, et celui-là est plus inquiétant.

Faudrait-il les annuler, les éviter? Ou, au contraire, est-ce que les athlètes ont le devoir de perpétuer la belle fraternité des grands événements sportifs et pacifiques comme ceux-là?

Bonne question.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

Commentaires (2)
    • Monsieur King,
      Je vous lis depuis plusieurs décennies et apprécie votre grande candeur journalistique, mais que se passe-t-il avec le journalisme d'aujourd'hui?Le lecteur est-il rendu à un niveau de paresse intellectuelle qu'il vous empêche de construire des textes avec un minimum de développement et de synthèse? Louis Patenaude

    • Pourquoi mêler le Québec et le marathon de Montréal à tout cela?
      Les États-Unis sont en passe de devenir le pays le plus violent sur la planète. Une culture qui glorifie la violence. Une économie qui s'impose par la violence à l'ensemble de la planète, une économie précédée partout par l'établissement de bases militaires pour "protéger" les amis et clients. Une politique qui s'appuie tantôt sur des dictatures, tantôt sur les forces d'opposition djihadistes qui visent à les renverser, en espérant qu'ils rentreront au bercail sitôt leur méfait commis. Une politique intérieure tout aussi farfelue, avec la marginalisation de millions d'américains et la dissémination de millions d'armes vraiment dangereuses. Qu'avons-nous à voir avec tout cela, la création d'ennemis potentiels jour après jour?
      Ah, oui. Harper.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer