Les Croates à la Bastille!

Partager

Ronald King
La Presse

Il se joue du gros soccer en Ligue des champions, mais j'ai toujours du mal à m'habituer aux moeurs du monde du foot, comme ils disent. Prenez la visite du Dinamo de Zagreb à Paris pour y affronter le PSG, mardi. Ça s'est terminé avec des bagarres, de la casse et une centaine d'arrestations.

Pourquoi? Qu'est-ce que les Français ont fait aux Croates pour mériter une telle attaque? C'est comme si les Canadiens décidaient que les Guatémaltèques étaient tous des ordures et que ça serait une bonne idée de se rendre chez eux et de chercher la bagarre.

L'affrontement a eu lieu à la place de la Bastille et je suis certain que les hooligans croates ne savaient pas qu'ils avaient choisi un quartier où avait eu lieu une bien plus grosse bagarre. Ils étaient d'ailleurs interdits de séjour en France, mais ils sont entrés illégalement. Le groupe est connu, il s'appelle les BBB (Bad Blue Boys) et ça vous donne une petite idée de leur mentalité.

Ils étaient 60 dans un petit hôtel deux étoiles et j'imagine que le patron de l'établissement ne devait pas rouspéter bien fort.

Les joueurs du PSG se sont fait des amis à travers tout l'Hexagone en remportant le match 4-0. Une claque terrible à des gens qui le méritaient bien.

Dans une dizaine de jours, les Alouettes accueilleront les Argos ou les Eskimos au Stade olympique. Il y aura 50 000 personnes et certainement des visiteurs éméchés de Toronto ou d'Edmonton. Ce ne sont pas des hooligans croates, serbes ou britanniques, mais il y en a toujours quelques-uns... ceux qui vont Chez Parée après le match, pour compléter leur visite culturelle.

Rien que pour ceux-là, une victoire de 50-0 serait une bonne idée.

Monsieur Météo

Anthony Calvillo, pendant ce temps, a profité d'une semaine de congé pour se transformer en Monsieur Météo d'un soir à CTV. C'était mardi et il était drôle. La semaine précédente, c'était P.K. Subban et il avait reçu une ovation après sa folle performance...

Il ne s'agit pas de l'idée du siècle, mais il faut remercier CTV de nous présenter ces icônes médiatiques sous un autre angle. Les deux premiers invités ont été divertissants.

Ces garçons sont contents lorsqu'on ne leur pose pas les habituelles questions sportives. Calvillo, très en verve, n'a pas jamais été aussi sympathique. Il a parlé de sa vie, sa fondation, il n'arrêtait pas...

Je me suis demandé quels sportifs on pourrait inviter dans une version française... Patrice Bernier, de l'Impact, David Desharnais, du CH... Remarquez que TVA serait bien mal placé pour le faire. Ça serait avouer que le rival a eu une bonne idée en premier.

Il y a toujours la SRC, mais ça n'est pas le genre de la maison. Et puis il faudrait cinq ans avant qu'une décision soit prise.

Arrêt aux feux rouges!

Les policiers de Montréal y sont allés cette semaine d'un autre blitz contre les joggeurs et marcheurs qui passent aux feux rouges. Soyez sur vos gardes.

L'an passé, j'ai vu un jeune recevoir une contravention. Il croyait que c'était une blague. Après tout, nous sommes à Montréal, pas à Ottawa... Il avait réagi comme si on lui avait remis les manuscrits de la Mer Morte... Qu'est-ce que c'est? Pourquoi? Il a mis du temps à comprendre.

Par chance, je m'étais arrêté, ce que je fais rarement quand il n'y a pas de voiture en vue. Nous sommes Montréalais, pas Torontois, ce n'est pas pareil...

Je comprends mieux les joggeurs. Ils détestent s'arrêter quand ils sont sur leur lancée. Il suffit de faire du surplace, mes amis, parce que si jamais le matricule 728 reprend du collier, ça pourrait barder...

Et puis la même question nous revient toujours: n'y aurait-il pas des choses plus graves auxquelles les policiers pourraient s'attaquer? J'en ai quelques-unes en tête...

La question...

Ma jolie perruche Céline préparait du sucre à la crème à la Ricardo en attendant son téléroman. Elle et René aiment bien les téléromans avec sucre à la crème, surtout quand il y a des beaux docteurs et des belles dames avec robes, bijoux et tout... Et qu'il leur arrive des choses terribles et que ça hurle. Ça hurle beaucoup dans ces affaires-là.

Je profitais de ces instants de bonheur simple avec mon incorruptible poisson rouge, Rocket...

«- Penses-tu qu'il y aura du hockey cette année?

- Ça fait cent fois que tu me le demandes, Rocket... Je ne sais pas et je m'en fous. Si ça peut te consoler, les négociations ont repris d'une manière qui semble sérieuse...

- Ah bon? J'avoue que je commençais à m'habituer. Je ne sais pas si j'aurais envie de revoir le Canadien. Finalement, on est bien sans hockey...

- Tu me niaises, Rocket?

- Oui.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer