La moindre des choses...

Ronald King
La Presse

Ça n'a pas été joli, même que le début de match a été affreux pour les Alouettes, mais nos hommes ont au moins réussi le minimum: se classer pour la finale de la Coupe Grey en cette année où le match a lieu à Montréal.

Imaginez la Coupe Grey avec Winnipeg et Calgary. Est-ce qu'on s'en fout? Nous avons vécu quelque chose du genre il y a quelques années et ce n'était pas confortable. Un party auquel on ne veut pas participer et qui se tient dans notre ville...

Les Alouettes ont bien fait de gagner la demi-finale parce qu'on aurait commencé à penser que nous avons un club de chokers, bon en saison régulière et frileux en éliminatoires.

Mais non, le toit en Saran Wrap de Birdair a tenu le coup, la foule de plus de 35 000 personnes était très enthousiaste, bref, un bel après-midi de football dans notre stade maudit que nous étions contents d'avoir ce jour-là.

Larry Smith devrait vendre les quelque 10 000 places qui lui restent en quelques heures. On attend plus de 60 000 personnes

Smith et ses Alouettes continueront d'être cités en exemple devant les autres organisations de la LCF, ce qui fait toujours un petit velours. (En passant, il faudrait peut-être arrêter de chialer contre Anthony Calvillo. Il a vu ses receveurs échapper des passes parfaites samedi, mais il n'a jamais baissé la tête. Il a même couru, comme un vieux boeuf, pour des premiers essais cruciaux, ce qui n'est pas son genre. AC a fait la job, comme on dit.)

Nous sommes donc en pleine semaine de la Coupe Grey et il faudra maintenant gérer un problème: le CH a choisi cette semaine justement pour prendre toute la place médiatique avec le retrait du chandail de Patrick Roy.

Larry Smith est furieux. Il a parlé à un collègue du «manque de classe» de la sainte Flanelle!

Quoi? Notre glorieux club manquerait de classe? Sacrilège!

Le pire, c'est que Larry Smith a raison dans cette histoire...

Leçon de sport XXIV

La question a été posée récemment dans nos pages sportives: la domination du Rouge et Or de l'Université Laval en football est-elle indécente?

Certains trouvent que oui, d'autres que non et tout le monde ne dit pas ce qu'il en pense vraiment.

Quoi qu'il en soit, il faudrait demander aux Dinosaures de l'Université de Calgary, champions de l'Ouest, qui sont passés hier dans le tordeur rouge et or. Les pauvres Dinos n'avaient pas encore commencé à suer que c'était 21-0 tôt au premier quart...

Ces jeunes ne sont pas prêts d'oublier leur voyage à Québec. Aucun beau souvenir là-dedans.

Tout ça pour vous dire qu'on peut tout de même en tirer une belle leçon de sport. Le quart de Laval, Benoit Groulx, un ancien des Spartiates du Vieux-Montréal, était trop petit, trop lent et n'avait pas assez de puissance de bras pour connaître du succès au niveau universitaire. C'est du moins ce que certains experts disaient de lui.

Et pourtant, Groulx trône au-dessus du football universitaire en riant. On a dû le retirer hier parce qu'il causait trop de dégâts aux Dinos...

Leçon de sport à nos jeunes: ne pas accorder trop d'importance aux critiques des experts. L'intelligence, le courage et une bonne préparation peuvent surprendre beaucoup de monde.

Le lexique de la Coupe

Le Ligue canadienne de football a été un des derniers organismes nationaux à réaliser qu'il existait un fait français au Canada. Dans les années 70 et 80, les dirigeants du circuit nous ignoraient tout simplement. Pas de communiqués en français, pas d'employés bilingues, ils se foutaient de nous.

Mes jeunes collègues qui ont repris le flambeau me disent que la LCF a encore tendance à oublier qu'il y a une ville et tout un peuple francophone parmi ses membres et ses clients.

Mais, comme vous savez, on n'arrête pas le progrès.

Pour la semaine qui vient, dans le cadre des festivités de la Coupe Grey, la vieille LCF a préparé un petit lexique pour les visiteurs qui nous viendront du ROC.

Hi... Bonjour. How are you?... Comment allez-vous? I want to go to... Je veux aller... No... Non. Yes... Oui.

Pas de farce, on n'invente pas des choses semblables. Habitons-nous sur la même planète?

Bien sûr, comme tout lexique, celui-là est incomplet. La chronique Du Revers se permet donc d'aller un peu plus loin pour faciliter la visite de nos amis canadians et faire de leur séjour chez nous une expérience inoubliable (c'est le slogan des Ramada Inns, je pense).

Alors, donc... I want to go Chez Parée... Je veux aller Chez Parée.

Are you not tired of all the construction that blocks your streets?... Vous n'êtes pas tannés de tous ces travaux qui bloquent vos rues?

How come there are so many beautiful and elegant women in Montréal and not in the ROC? ... Alors là, c'est dommage, mais on ne peut rien pour vous... Does poutine cause side effects? Ça peut arriver, oui...

Bonne semaine de la Coupe Grey à tous.

Have a nice Grey Cup week.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer