Un débat contre-productif

Il est décourageant de voir resurgir un débat... (photo Darren Calabrese, archives la presse canadienne)

Agrandir

Il est décourageant de voir resurgir un débat sur le port de signes religieux, selon notre chroniqueuse.

photo Darren Calabrese, archives la presse canadienne

Dix ans après la commission Bouchard-Taylor, il est quelque peu décourageant de voir resurgir un débat sur le port de signes religieux au sein du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Au secours...

Marvin Rotrand... (Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Marvin Rotrand

Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse

Ce débat usé à la corde a été relancé cette semaine par le conseiller municipal Marvin Rotrand qui, comme l'a révélé mon collègue Pierre-André Normandin, presse le SPVM d'intégrer le hijab et le turban à son uniforme réglementaire même si aucune demande à ce sujet n'a été faite par des candidats potentiels. Une façon, selon M. Rotrand, d'envoyer « un message positif aux communautés ».

La mairesse Valérie Plante s'est dite « très ouverte » à cette proposition et a invité le SPVM à se pencher sur la question. Il n'en fallait pas plus pour déclencher une énième tempête nationale sur le port des signes religieux ostentatoires dans la fonction publique. Et nous voilà repartis pour un autre match préélectoral où des minorités qui n'ont rien demandé servent de ballon de football.

Le conseiller Rotrand et la mairesse Plante sont sans doute bien intentionnés. Le hic, c'est qu'en relançant le débat de cette façon, on aborde le problème à l'envers, ce qui se révèle plutôt contre-productif. 

Dans le climat actuel, l'opération mène à beaucoup plus de stigmatisation que d'inclusion. Car il faut le répéter ici : personne n'a rien demandé. 

Or, en pressant le SPVM d'adopter des mesures préventives pour envoyer un « message positif aux communautés », on perpétue même sans le vouloir l'image déformée de communautés pour qui rien ne serait plus important que le port des signes religieux. Ce n'est pourtant pas le cas. 

La majorité des femmes musulmanes vivant au Québec ne portent pas le hijab. La majorité des sikhs ne portent pas le turban. Et s'il est bien sûr possible qu'un jour une candidate portant le voile ou un candidat portant le turban veuille devenir policier au SPVM, ce n'est pas exactement l'enjeu le plus urgent en matière d'inclusion à Montréal.

Chaque fois que les questions de laïcité et de vivre-ensemble sont abordées, on constate un malaise profond et une grande confusion que 10 ans de débats houleux n'ont pas dissipés. Et pourtant... La commission Bouchard-Taylor recommandait l'interdiction des signes religieux pour les personnes qui exercent des fonctions coercitives comme les policiers et les juges. Un compromis raisonnable qui aurait pu faire consensus. Malheureusement, le gouvernement a manqué cette occasion. Et nous revoilà, 10 ans plus tard, à « débattre » des mêmes questions en envenimant toujours un peu plus la situation.

Pour en revenir à la question de l'inclusion que souhaitent promouvoir le conseiller Rotrand et la mairesse Plante à la Ville de Montréal... Certes, la Ville n'est pas exemplaire en matière d'équité en emploi. Certes, les citoyens de minorités y sont encore largement sous-représentés. Il est important de lever les obstacles systémiques et de corriger les injustices. 

Mais pour y arriver, il me semble qu'il faudrait s'attaquer en priorité aux problèmes réels avant de débattre d'enjeux hypothétiques. D'autant plus que le SPVM fait relativement bonne figure en matière d'équité en emploi. 

Il y a plus de 20 ans, avant même l'adoption de la Loi sur l'accès à l'égalité en emploi dans des organismes publics, le SPVM s'était déjà engagé à assurer une représentation équitable de la population. Pour atteindre cet objectif, tous les candidats qui appartiennent à un groupe sous-représenté (les femmes, les autochtones, les minorités visibles ou ethniques) qui réussissent le processus de sélection sont embauchés.

Les efforts du SPVM pour accroître la diversité dans ses rangs ont déjà été salués par la Commission des droits de la personne en 2005 comme étant un exemple à suivre pour bon nombre d'organismes publics. Ce qui ne veut pas dire pour autant que tout y est beau dans le meilleur des mondes. En 2016, selon les cibles fixées par la Commission des droits de la personne en tenant compte des candidats potentiels disponibles, il manquait encore 26 policiers de minorités visibles et 6 de minorités ethniques pour atteindre une représentation équitable.

Cela dit, bien avant l'étape de l'embauche, d'importants efforts doivent encore être consentis par le SPVM pour établir un lien de confiance avec les gens de minorités qui peuvent avoir une perception négative du métier de policier. Si vous êtes victimes de profilage racial de la part de la police, il est possible que vous ne soyez pas très attirés par le métier... Or, un rapport d'experts rendu public il y a quelque temps nous rappelait que le SPVM n'a pas fait ses devoirs pour enrayer le profilage racial. On peut saluer les recommandations récemment adoptées par la Ville pour rectifier le tir. On peut aussi se réjouir du travail mis en oeuvre pour assurer une meilleure diversité dans l'administration municipale. Il faudra voir si ces efforts pour s'attaquer à des injustices bien réelles porteront leurs fruits. Mais en attendant, de grâce, merci de nous épargner un autre psychodrame autour de cas hypothétiques.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer