Plaidoyer pour les lève-tard

Les spécialistes recommandent depuis longtemps de repousser l'heure... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Les spécialistes recommandent depuis longtemps de repousser l'heure du début des classes pour les adolescents, car leur horloge biologique est décalée.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien des problèmes dans la vie se règlent par une solution toute simple et sous-estimée : dormir.

À la question « Comment réussir dans la vie ? », Arianna Huffington aime donner cette réponse d'une désarmante simplicité et d'une grande sagesse : « Dormez ! » Dans une conférence TED de 2010 devenue un classique, elle donne un tout autre sens à l'expression (machiste) anglaise sleep your way to the top (ce que les Français appellent la « promotion canapé »).

La cofondatrice du Huffington Post, dont le nom s'est retrouvé plusieurs fois dans le palmarès des femmes d'affaires les plus puissantes du magazine Forbes, a appris sa leçon à la dure. Un jour, elle s'est littéralement écroulée de fatigue. Elle a perdu connaissance, s'est cogné la tête contre son bureau et s'est retrouvée avec une fracture au visage et des points de suture au-dessus de l'oeil. C'est alors qu'elle a consulté des spécialistes et des médecins. Pour finalement en arriver à l'évidence : la clé d'une vie plus productive et plus heureuse, c'est le sommeil.

La conférence d'Arianna Huffington s'adressait à un parterre de femmes de carrière qui vivent toutes un déficit de sommeil. Mais son conseil ne vaut pas que pour elles.

« Laissez-les dormir ! » C'est le conseil de l'American Academy of Pediatrics destiné aux parents d'adolescents et aux autorités scolaires.

Les études nous disent que, contrairement à la croyance populaire, l'avenir appartient aux jeunes qui se lèvent tard. Les spécialistes recommandent depuis longtemps de repousser l'heure du début des classes pour les adolescents, car leur horloge biologique est décalée. Malheureusement, ces bons conseils sont encore trop souvent ignorés, au détriment du bien-être des élèves. Pourquoi ?

La consultation menée par le comité de parents de la Commission scolaire de Laval (CSDL) au sujet des horaires des classes (voir le texte de ma collègue Louise Leduc en écran 14) montre qu'il s'agit là d'un enjeu important pour les familles - plus de 8000 parents ont pris la peine de répondre au sondage. Mais, fait étonnant, les parents d'élèves au secondaire (contrairement à ceux du primaire) n'ont pas de nette préférence pour les heures de classe, alors que ce sont leurs enfants qui sont le plus pénalisés par un début des classes trop matinal.

La question mérite d'être considérée avec plus de sérieux par les autorités scolaires. Complainte de paresseux ? Non. À Laval ou ailleurs, il n'est pas normal que des impératifs budgétaires dictent l'organisation scolaire au détriment de l'intérêt des élèves.

Parlez-en à Valérie Mongrain, professeure au département de neurosciences de l'Université de Montréal. Chercheuse affiliée au Centre d'études avancées en médecine du sommeil, voilà des années qu'elle scrute les études scientifiques à ce sujet. Le hasard a voulu qu'elle fasse partie des 8000 parents qui ont répondu la semaine dernière au sondage du comité de parents de la CSDL. Il va de soi que le sujet, sur lequel elle pose un regard plus informé que la moyenne, lui tient particulièrement à coeur. « J'ai spécifiquement sélectionné les écoles secondaires de mes enfants pour ne pas qu'il y ait un début des classes à 7 h 30 ou 7 h 45 », me dit-elle.

Les cours de son fils de 12 ans commencent à 9 h 30. Ceux de son aîné de 15 ans, à 9 h 40. Il ne s'agit pas là d'un caprice de lève-tard ou d'ados paresseux. Quand on étudie le lien entre l'horloge biologique de l'adolescent, le sommeil et le fonctionnement du cerveau et qu'on examine les données probantes qui s'accumulent à ce sujet, on comprend qu'il s'agit d'une nécessité.

L'horloge biologique des adolescents - et non la paresse - fait en sorte que leurs horaires de sommeil sont décalés. « La tendance interne du corps pendant le développement du cerveau qui s'opère à l'adolescence fait en sorte que les enfants n'arrivent plus à se coucher aussi tôt le soir. Il y a donc un décalage de l'horaire de sommeil. Par contre, le besoin de sommeil est encore bien réel. »

Les adolescents ont besoin en moyenne de neuf heures de sommeil par nuit.

«Si les heures de classe commencent trop tôt le matin, cela fait en sorte que nos adolescents manquent de sommeil et se retrouvent dans une situation qui n'est pas favorable à leur apprentissage.»

Valérie Mongrain,
professeure au département de neurosciences de l'Université de Montréal

Plus l'enfant avance dans sa période d'adolescence, plus son horaire biologique est décalé. Et plus il a de mal à se coucher tôt, explique Valérie Mongrain. Ce décalage s'installe vers 11, 12 ans et s'accentue avec les années. C'est la raison pour laquelle aux États-Unis, des voix se sont élevées pour réclamer que l'horaire scolaire soit mieux adapté au rythme biologique des adolescents. Si le but de l'école est réellement de favoriser la réussite des élèves, c'est à elle de mettre en place les conditions gagnantes pour y arriver. C'est à elle de s'adapter à l'horaire biologique des élèves et non le contraire.

Selon Valérie Mongrain, il serait souhaitable que les élèves de première et de deuxième secondaire ne commencent pas avant 8 h 30. Et pour les ados plus âgés, sa recommandation serait de décaler le plus possible le début des classes, après 9 h. Ça pourrait être 9 h 30 ou 9 h 40, comme c'est le cas pour ses propres enfants. « Ça fait toute la différence par rapport à ceux qui commencent à 7 h 45 », dit-elle. « Les études montrent que ça va favoriser leurs apprentissages et moins nuire au développement de leur cerveau. »

Un adolescent qui doit se lever avant 6 h pour arriver à l'école à temps, cela n'a aucun sens, dit-elle. « Pour un adolescent de 15, 16 ans, c'est la meilleure façon qu'il manque de sommeil dans une période critique du développement de son cerveau. Ça peut avoir des effets assez néfastes. Le premier effet néfaste, c'est que cela va se répercuter dans la réussite scolaire. »

On comprendra que cette spécialiste du sommeil a une aversion pour le dicton populaire « L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ». Cette idée ne fait qu'entretenir des préjugés sur les adolescents lève-tard que l'on aime croire « paresseux ». « En fait, il y a une origine biologique à cette paresse... qui n'est pas une paresse ! C'est un besoin de dormir pour favoriser le développement du cerveau. Plein de changements s'effectuent dans le cerveau à l'adolescence. »

Que les écoles en tiennent compte et s'adaptent en conséquence devrait aller de soi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer