L'austérité sexiste

Le but d'Aurélie Lanctôt, avec l'essai Les libéraux... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Le but d'Aurélie Lanctôt, avec l'essai Les libéraux n'aiment pas les femmes, est de démontrer que, même si les libéraux disent que l'égalité hommes-femmes est importante à leurs yeux, dans les faits, leurs politiques d'austérité les font mentir.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les libéraux n'aiment pas les femmes. C'est le titre provocateur du premier essai d'Aurélie Lanctôt*, portant sur un sujet dont on entend trop peu parler : l'impact des politiques d'austérité du gouvernement Couillard sur les femmes.

L'auteure, féministe de 23 ans, étudiante en droit et diplômée en communication, savait très bien que son titre ferait sourciller. C'est ce qu'elle voulait, dit-elle en souriant. Le but est d'interpeller les gens et de démontrer que, même si les libéraux disent que l'égalité hommes-femmes est importante à leurs yeux, dans les faits, leurs politiques d'austérité les font mentir.

Les libéraux n'aiment pas les femmes, donc. Le constat peut sembler injuste pour toutes les pionnières libérales qui ont fait avancer la lutte des femmes. Que l'on pense à l'ex-ministre Lise Bacon, par exemple, à l'origine de la première politique gouvernementale sur les garderies en 1974. Cela pourrait même sembler injuste pour l'ancien premier ministre Jean Charest qui, en plus d'avoir un Conseil des ministres paritaire, a fait voter une loi pour imposer la parité aux conseils d'administration des sociétés d'État et appuie aujourd'hui la proposition du Conseil du statut de la femme d'exiger des partis politiques qu'ils recrutent un minimum de 40 % de candidates.

Aurélie Lanctôt ne nie pas que les libéraux ont déjà été des alliés de la lutte des femmes.

« Le problème, c'est qu'aujourd'hui, ce n'est plus du tout ça », dit-elle. « Si on continue à se cramponner et à dire : on va faire la parité dans les partis politiques ou dans les conseils d'administration, on va défendre le droit à l'avortement, on va s'assurer que l'égalité de droits est maintenue... Cela ne suffit pas si, en contrepartie, on applique des politiques qui détruisent essentiellement ce que des femmes, dont des militantes libérales peut-être, ont mis des années à bâtir. »

***

Le projet politique mis en oeuvre par les élites libérales constitue « un frein brutal à l'atteinte de l'égalité entre les hommes et les femmes », constate l'auteure. « En dépit des nobles principes d'autonomie et de liberté dont ils se réclament, les libéraux ne se soucient pas davantage des femmes que leurs vis-à-vis conservateurs lorsqu'il s'agit d'établir des politiques économiques », écrit-elle.

Bien des gens croient que l'austérité nuit à tous (et que c'est ultimement pour le bien de tous, selon la religion du déficit zéro), hommes et femmes également. C'est complètement faux, explique Aurélie Lanctôt, en citant notamment une étude de l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques (IRIS). Le fait est que l'austérité frappe plus durement les femmes pour deux raisons. La première, c'est que l'austérité s'en prend d'abord au secteur public, où la majorité des emplois sont occupés par des femmes. Enseignantes, infirmières, éducatrices, fonctionnaires... Ce sont elles qui perdent leur emploi ou voient leurs conditions de travail devenir de plus en plus précaires.

La deuxième raison, c'est que les femmes utilisent plus les services publics et sont, en général, plus pauvres que les hommes.

L'austérité est sexiste. On aurait pu dire la même chose de l'austérité de 1995 du gouvernement péquiste dont les compressions étaient plus importantes encore que celles d'aujourd'hui. 

« L'austérité nuit aux femmes partout où elle est appliquée et peu importe par qui elle est appliquée », note Aurélie Lanctôt, en faisant référence à un rapport récent de l'ONU qui en fait la démonstration. « Quand on démantèle le filet social et les services publics, les premières à en faire les frais, ce sont les femmes. »

L'auteure récuse le discours alarmiste - qui était aussi celui de Lucien Bouchard - voulant que la dette au Québec soit si catastrophique qu'il faudrait se passer de l'ensemble de nos services publics. « La dette au Québec, il faut la surveiller. Mais c'est loin d'être aussi catastrophique que l'on voudrait nous le faire croire. Et il faut surtout avoir la volonté de dire que si l'égalité des sexes nous intéresse, si de façon générale la justice sociale nous intéresse, on peut prendre les moyens de garder les services publics et les institutions qui permettent de favoriser l'autonomie et de maintenir une solidarité avec les personnes les plus vulnérables de la société. »

Avec cet essai, Aurélie Lanctôt aimerait faire prendre conscience aux gens que les politiques d'austérité qu'ils subissent ne sont pas une fatalité. Et que si ces politiques sont particulièrement désastreuses pour les femmes, ultimement, elles nuisent à tous.

En refermant son livre, je me suis dit que si les libéraux n'aiment pas les femmes, moi, j'aime Aurélie et sa façon brillante de contribuer au débat public.

* Aurélie Lanctôt. Les libéraux n'aiment pas les femmes - Essai sur l'austérité. Lux, 2015. En librairie dès maintenant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer