Mon niqab au Canada

La cause de Zunera Ishaq devant la Cour... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

La cause de Zunera Ishaq devant la Cour fédérale - et surtout le jugement rendu la semaine dernière - a relancé le débat sur le port du niqab lors d'une cérémonie de prestation de serment.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Qui a dit que personne ne s'intéressait aux enjeux féministes dans cette campagne électorale ?

Je l'avoue, c'est moi. Pas plus tard que la semaine dernière dans une chronique portant sur le très pertinent plaidoyer de Pascale Navarro pour la parité en politique.

Je devrais être contente. Car quel est l'enjeu sur toutes les lèvres depuis quelques jours ? Le niqab au Canada. Enfin un enjeu féministe !

Je devrais être contente. Et pourtant, non. Ce « débat » m'exaspère.

Vous êtes donc pro-niqab, madame la chroniqueuse ? Non, je ne suis pas pro-niqab. Comme féministe, ce voile intégral qui efface le corps et le visage de la femme me dérange. Je ne crois pas qu'il soit déraisonnable de demander à une nouvelle citoyenne de l'enlever le temps d'une cérémonie de prestation de serment. Ce qui ne m'empêche pas d'être choquée par l'imposture qui sous-tend cet enjeu présenté comme le plus important de l'heure au pays.

Combien de femmes portent le niqab au Canada ? Difficile à dire avec précision. Mais ce qui est certain, c'est qu'elles sont infiniment moins nombreuses en réalité que ne le laisse croire le tapage politico-médiatique à leur sujet.

Au Québec, elles seraient une cinquantaine tout au plus, selon les estimations du spécialiste des religions de l'UQAM Frédéric Castel. Elles le portent au grand dam de la majorité de leurs coreligionnaires, qui ne rêvent pas d'un niqab au Canada. En fait, une majorité sont contre l'idée que le niqab fait partie de l'islam et mal à l'aise avec l'image terrible que cela projette.

Faites le calcul. Une cinquantaine de femmes en niqab, cela représente moins de 0,02 % des communautés musulmanes d'ici et 0,0006 % de la population québécoise. Si on compte uniquement celles qui voudraient se présenter à la cérémonie de prestation de serment le visage couvert, il ne reste presque plus personne sous le niqab. Un enjeu majeur, vraiment, comme voudraient nous le faire croire le Parti conservateur et le Bloc québécois ? Non. C'est d'abord et avant tout une aubaine politique.

Si le gouvernement Harper était vraiment préoccupé par la question du serment à visage découvert, il aurait pu régler le dossier il y a bien longtemps. Il ne l'a pas fait. Ça tombe bien. Revoilà le niqab qui balaie tout sur son passage en pleine campagne électorale. Un filet de pêche miraculeuse.

Il est quand même ironique de voir Stephen Harper se poser en grand défenseur des droits des femmes et des valeurs canadiennes dans ce débat. Le même Stephen Harper qui a refusé de participer, avant-hier, au débat Up for Debate consacré aux enjeux qui touchent les femmes - le premier débat électoral du genre depuis 1984. Le même qui compte à peine 20 % de femmes candidates au sein de son parti. Le même qui refuse de déclencher une commission d'enquête sur les 1200 femmes autochtones disparues ou assassinées au pays. Il faut dire qu'au moment de leur disparition, elles ne portaient pas le niqab.

Je ne dis pas qu'il faut éviter de débattre d'enjeux comme celui que pose le voile intégral dans une société démocratique sous prétexte que cela ne concerne qu'une infime minorité. Éviter les débats ne les règle pas. Je reste juste un peu perplexe devant ce féminisme à géométrie variable, toujours prêt à crier au scandale quand il est question de l'islam, mais bien silencieux quand cela le concerne de plus près. Je m'étonne de voir l'écart vertigineux entre l'attention que l'on accorde à la question du niqab et le silence qui entoure d'autres questions beaucoup plus importantes pour qui a à coeur le droit des femmes au pays (violence conjugale, agressions sexuelles, femmes autochtones disparues, sous-représentation dans les cercles du pouvoir...)

Le Canada, rappelons-le, n'est que 48au palmarès de l'égalité hommes-femmes dans les Parlements. Il n'y a pas de quoi pavoiser. Alors que les femmes constituent la moitié de la population, elles ne sont que 25 % des élus. Un déficit démocratique inacceptable qui nous rappelle que trop de Canadiennes demeurent en quelque sorte sans visage au Parlement. Même sans niqab.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer