| Commenter Commentaires (36)

Le «BS» à Punta Cana

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'était comme Noël en octobre, hier, pour les animateurs de radio-poubelle et autres pourfendeurs de «BS». Ils avaient du mal à contenir leur joie. Enfin, les «BS-qui-ont-une-maison-de-500 000$-et-font-des-voyages-dans-le-Sud» seront épinglés!

Tout ce bonheur découlait d'une nouvelle de mon collègue Denis Lessard. Selon ses sources, Québec aurait renoncé à faire des compressions dans l'assurance parentale afin de s'éviter la grogne populaire. En revanche, on envisagerait de sabrer l'aide sociale, une mesure qui ne suscitera sans doute pas autant de hauts cris. De toute façon, même si les prestataires de l'aide sociale criaient, on ne les entendrait pas. Punta Cana, c'est loin.

D'après les informations recueillies par Denis, le ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale aimerait entre autres choses repérer les bénéficiaires de l'aide sociale qui sortent fréquemment du pays. On veut s'assurer qu'ils sont en train de chercher du travail au Québec plutôt que de prendre des «vacances dans le Sud», a-t-on précisé à mon collègue.

Québec songerait aussi à recommencer à tenir compte de la valeur de la résidence des bénéficiaires de l'aide sociale dans le calcul de leur prestation. En 2007, on avait décidé d'exclure ce critère, le jugeant inéquitable, compte tenu du fait que la bulle immobilière avait fait exploser la valeur des maisons. Depuis, en l'absence d'un seuil maximal, une personne peut, en théorie, bénéficier de l'aide sociale tout en occupant une maison de 500 000$.

Paresse, voyages dans le Sud, maison à 500 000$... On a là tout ce qu'il faut pour esquisser au crayon gras le portrait-robot du «BS gras dur et fraudeur» dans toute sa splendeur.

Mais de qui parle-t-on au juste? Combien de bénéficiaires de l'aide sociale ont une maison de 500 000$? Combien prennent des vacances dans le Sud au lieu de se chercher du travail? J'ai posé la question hier au ministère de l'Emploi et de la Solidarité sociale. Au moment de mettre sous presse, personne ne m'avait rappelée.

***

Les préjugés sur les plus démunis de la société sont tenaces. «Les pauvres ne veulent pas travailler.» «On vit bien sur le BS.» «Y a pas plus fraudeur qu'un BS...» Au printemps dernier, le mouvement de lutte contre la pauvreté ATD Quart Monde a eu la bonne idée de faire l'inventaire de toutes ces idées reçues pour ensuite les démonter une à une, chiffres à l'appui. Je ne vous en cite ici que trois.

Mythe numéro un: les pauvres ne veulent pas travailler. Ce n'est pas ce que disent les données de l'Institut de la statistique du Québec. Sur dix personnes en situation de pauvreté, quatre travaillent sans pour autant avoir un revenu suffisant pour vivre décemment, cinq ne travaillent pas parce qu'elles sont à la retraite ou parce qu'elles souffrent d'un handicap ou d'une maladie...

«Au final, seules 8% des personnes en situation de pauvreté touchent des prestations d'aide sociale et n'ont pas de contrainte reconnue à l'emploi», souligne ATD Quart Monde.

On oublie par ailleurs que parmi les gens qui bénéficient de l'aide sociale, on trouve des proches aidants, des femmes, la plupart du temps, obligés d'abandonner leur emploi pour un travail à temps plein invisible. On oublie que cette forme d'entraide a une valeur et que le travail rémunéré n'est pas la seule façon de contribuer à la société. Le ministre de l'Emploi et de la Solidarité sociale François Blais le sait très bien lui-même, lui qui, du temps où il était professeur de philosophie politique, défendait l'idée d'un revenu garanti pour tous.

Mythe numéro deux: on vit bien de l'aide sociale. Le fait est que le montant de l'aide sociale pour une personne seule ne couvre même pas la moitié de ses besoins de base (se nourrir, se vêtir, se soigner...). Alors qu'il y a dix ans, l'aide sociale couvrait 60% de ces besoins, cette proportion est passée à 49%, selon les données de Statistique Canada.

Mythe numéro trois: les prestataires de l'aide sociale sont les pires fraudeurs. Contrairement à la croyance populaire, les fraudes à l'aide sociale constituent un phénomène marginal. Le ministre Blais l'a déjà reconnu lui-même: ce n'est ni un phénomène important ni un phénomène en croissance.

Selon des données obtenues récemment par Le Devoir, les fausses déclarations constituent à peine 3% des cas (soit un montant de 86 millions l'an dernier). Et des erreurs de bonne foi expliquent la plupart du temps l'aide versée en trop.

Lorsque l'on compare les sommes ainsi perdues à celles de l'évasion fiscale, on se rend compte qu'elles sont dérisoires. Selon Revenu Québec, l'évasion fiscale nous fait perdre collectivement 3,5 milliards par année. Trois milliards et demi! Mais qui s'en soucie? C'est tellement plus facile de ressasser des préjugés sur les «BS».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer