| Commenter Commentaires (15)

Les bonnes idées scandinaves

La Dre Marie-France Raynault, coauteure du livre Le bon... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

La Dre Marie-France Raynault, coauteure du livre Le bon sens à la scandinave, lancé cette semaine.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On vante souvent les politiques sociales scandinaves en tenant pour acquis qu'elles seraient irréalisables ici. Et pourtant...

Les gens des pays scandinaves ne sont pas des Martiens. Le Québec partage avec ces pays plusieurs caractéristiques - géographiques, démographiques, culturelles. Des points communs qui font en sorte qu'il est tout à fait possible de s'inspirer de leurs bonnes idées.

C'est ce que souhaite la Dre Marie-France Raynault, coauteure du livre Le bon sens à la scandinave, lancé cette semaine. C'est ce qu'on se souhaite aussi en le lisant. Que ce soit en matière d'éducation, de conciliation travail-famille ou de développement durable, le Québec n'a-t-il pas tout intérêt à s'inspirer des meilleures pratiques nordiques?

À ceux qui croient que c'est irréaliste, la Dre Raynault aime répondre ceci: «On a autant, sinon plus, de points communs avec les sociétés scandinaves qu'avec la société américaine. Mais personne ne pose la question à savoir si on peut implanter une politique américaine ici!»

La Dre Raynault est spécialisée en médecine préventive et santé publique. Elle dirige le centre Léa-Roback, qui a pour mission de contribuer à la réduction des inégalités sociales de santé et à l'amélioration des conditions de vie. Cela fait une douzaine d'années qu'elle étudie les politiques qui font des pays nordiques les chefs de file des États égalitaires. Et s'il y a une chose qui la rend jalouse, si je puis dire, des Scandinaves, c'est bien leur pragmatisme. Quand ils ont une bonne idée et des études convaincantes pour l'appuyer, ils ne se contentent pas de beaux discours. Ils vont de l'avant avec cette idée et se donnent tous les moyens pour y arriver. Pourquoi le Québec ne pourrait-il pas en faire autant?

Le mois dernier, une délégation de groupes communautaires suédois en santé et services sociaux est venue frapper à la porte de la Dre Raynault. Ces gens voulaient rencontrer des chercheurs québécois.

«À quoi travaillez-vous, docteure?», ont-ils demandé.

Elle leur a parlé de ses recherches sur l'accessibilité des enfants pauvres à des services de garde de qualité. Les études montrent que c'est rentable tant sur le plan social que sur le plan économique. «S'il y a de bonnes preuves, cela doit donc être facile à vendre aux politiciens? ont demandé les Suédois comme si ça allait de soi.

- Non, ce n'est pas facile!» a dû admettre la Dre Raynault.

Voilà des années qu'elle milite en faveur d'une formation universitaire pour les éducatrices en garderie, comme c'est le cas en Suède, par exemple. «Les gens qui font de la recherche savent que c'est un déterminant très important.»

On ne parle pas ici d'hurluberlus qui ne savent pas compter. Le Prix Nobel d'économie en 2000 a déjà dit qu'il n'y a pas d'investissements plus rentables que les investissements en éducation préscolaire (pour peu qu'on veuille investir dans l'humain, bien sûr), rappelle la Dre Raynault.

Ici, malheureusement, on a beau avoir sous les yeux toutes les données probantes démontrant qu'il faut investir dans les centres de la petite enfance et la qualité de l'éducation préscolaire, on continue de présenter cela comme une dépense. Pourquoi?

***

Parmi les autres bonnes idées scandinaves dont on pourrait s'inspirer, il y a tout ce qui concerne les politiques de conciliation travail-famille. Dans ce domaine, le Québec a sans doute les meilleures pratiques en Amérique du Nord, mais il peut faire mieux encore.

Le congé parental d'un an, c'est très bien. Mais il faudrait aller plus loin, souligne la Dre Raynault. Car après le congé, quand les femmes reprennent le travail, la course commence. «Cela a des impacts sur le bien-être des gens et sur leur santé mentale.»

Et chez les Scandinaves? La chercheuse est tombée en bas de sa chaise quand elle a appris qu'en Suède, les parents ont droit à 60 jours de congé par année lorsqu'un enfant est malade. Soixante, vraiment? Le chiffre l'a tant marquée qu'au moment de lancer le livre, elle a eu un doute. Et si ça avait changé? Elle a demandé à la sociologue Dominique Côté, coauteure du livre, de vérifier. Juste au cas... «Elle m'a dit: ce n'est pas 60 jours, c'est devenu 120!» Et dans certains cas, cela peut aller jusqu'à 12 ans...

Quelle importance pour la santé publique? «Tous ceux qui ont eu des enfants savent que c'est bon pour la santé mentale de savoir qu'on peut s'absenter du travail quand notre enfant est malade. Et si on a un enfant autiste, un enfant lourdement handicapé, un enfant qui a une leucémie, on n'est pas obligé de laisser son travail. Ici, malheureusement, il y a des gens qui se retrouvent à l'aide sociale ou alors à vivre avec un seul salaire parce qu'ils ont à prendre soin de quelqu'un qui demande beaucoup de présence au quotidien.»

Avec le vieillissement de la population, on voit aussi des gens qui doivent arrêter de travailler pour prendre soin de leurs vieux parents ou d'un conjoint atteint de la maladie d'Alzheimer. «Cela entraîne des coûts humains incroyables et des coûts pour la société», rappelle la Dre Raynault. «Je pense qu'on a tout intérêt à voir les choses globalement. On a tout intérêt, comme société, à investir dans la conciliation travail-famille.»

Qu'est-ce qu'on attend?

*Le bon sens à la scandinave. Politiques et inégalités sociales de santé. Marie-France Raynault, Dominique Côté, avec la collaboration de Sébastien Chartrand. Les Presses de l'Université de Montréal, 2014.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer