| Commenter Commentaires (2)

Ce coeur-là

Les comédiens de la troupe Atout-Coeur, qui ont... (Photo: Robert Skinner, archives La Presse)

Agrandir

Les comédiens de la troupe Atout-Coeur, qui ont presque tous une déficience, répètent la pièce Montréal Est-Ouest.

Photo: Robert Skinner, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Quand tu passes dans la rue, tu me regardes de travers... Moi, ça me met à l'envers.»

C'est soir de répétition dans le gymnase d'un centre communautaire de Saint-Michel. Une douzaine de comédiens de la troupe Atout-Coeur récitent leurs textes. Des comédiens hors de l'ordinaire qui ont presque tous une déficience intellectuelle légère.

Ils sont habitués à ce qu'on les regarde de travers. Et le premier texte qu'ils récitent ce soir s'inspire de leurs propres réflexions sur le sujet. Dans l'autobus ou dans la rue, ils voient très bien les regards empreints de pitié ou de peur qui se tournent vers eux. «Pourtant, on n'est pas si différents. On est tous à la fois petits et grands. On a chacun notre lot de cadeaux et de fardeaux», dit Mai Galipeau.

«Tendez-moi la main, vous verrez... Ce coeur-là est comme le vôtre», dit Olivier Briand, en posant la main sur sa poitrine.

Ils ont presque tous une déficience, disais-je. Mais sur scène, ils sont d'abord et avant tout des acteurs avec une authenticité et une compréhension de l'émotion qui donnent des frissons. Ils prennent la parole. Ils repoussent leurs limites. Ils invitent le spectateur à les voir autrement. Et ils apprennent eux-mêmes à se voir autrement.

«On aimerait ça ne pas être vus comme des déficients», me dit Alain Viger. Son regard doux s'éclaire quand il parle du rôle de «malfrat» qu'il joue dans la pièce Montréal Est-Ouest. Jouer au méchant, ce n'est pas dans le registre habituel d'Alain. Il a eu du mal à effacer son sourire. «C'est difficile, mais je rentre dans mon personnage», dit-il, avec fierté.

Yolande Lemaistre, la directrice artistique de la troupe, n'hésite pas à être exigeante avec ses protégés. «On a longtemps eu l'habitude de ne rien demander aux personnes déficientes parce qu'on pensait qu'elles n'étaient pas capables. Et pourtant...»

Voilà près de deux ans qu'elle travaille la pièce Montréal Est-Ouest avec ses comédiens. Le spectacle, qui mêle théâtre et danse, se fait en collaboration avec des artistes sans déficience. La pièce parle d'amour, de délinquance et d'espoir. Mais elle raconte aussi en filigrane le fabuleux parcours de ces acteurs atypiques qui monteront sur scène le 10 avril, au cégep de Saint-Laurent, pour présenter le fruit de leur travail.

Travailleuse sociale à la retraite, Yolande Lemaistre a étudié en arts dramatiques dans une autre vie. Elle a commencé à faire du théâtre avec des acteurs atteints de déficience un peu par hasard, il y a près de 20 ans. Elle y a vite pris goût, séduite par l'énergie bouillonnante de ces comédiens et accro au bien-être affectif qu'ils lui apportent. Elle les adore et ils le lui rendent bien. «J'arrive ici fatiguée, je ressors énergisée!»

Avant de fonder Atout-Coeur en 2008, Yolande Lemaistre a été la metteure en scène de Pourquoi pas nous? - la première troupe au Québec à tenter ce genre d'expérience. «Pourquoi pas nous?, c'était dans le sens de «Pourquoi pas nous aussi?» », rappelle Mai Galipeau, une comédienne de la troupe qui est aussi poète à ses heures. «Je me souviens de ça et je ne l'oublierai jamais», dit-elle d'un ton solennel.

À ses côtés, François Vachon hoche la tête avec enthousiasme. «Eh, oui! Pourquoi pas nous? Pourquoi pas nous, les personnes déficientes intellectuelles légères?»

Avec Yolande Lemaistre, tout est possible. «Yolande est imbattable!», lance Stéphane Nadon.

Membre de l'Union des artistes, Stéphane a commencé à faire de la danse, du théâtre et à jouer de la batterie dès l'âge de 8 ans. On a pu le voir au grand écran dans les films Gabrielle et Café de Flore. Grand timide en temps normal, il devient une tout autre personne sous les projecteurs. «Sur scène, il est chez lui», dit sa mère Lise.

Quand je lui ai demandé ce qui lui plaisait dans le théâtre, Stéphane a répondu sans hésiter: «J'aime Yolande!»

Le soir de ma visite, la troupe a réussi pour la première fois à jouer la pièce Montréal Est-Ouest d'un seul trait. «On voulait t'impressionner, Yolande!», a lancé un des comédiens.

«Attendez, vous ne m'avez pas entendue encore!», a répliqué la directrice, sourire en coin, en sortant les notes qu'elle avait prises durant la répétition.

Un tel doit parler plus fort. Un autre doit être expressif... Yolande est vite passée au travers de sa seule et unique feuille de critiques et de compliments. «D'habitude, ça va jusqu'à l'autre bout du gymnase, les commentaires! Il y a des fois, j'ai pensé qu'elle allait s'arracher les cheveux!», dit en riant Olivier Briand, devenu membre de la troupe après avoir assisté à un de ses spectacles.

Ce soir-là, Yolande était surtout fière des pas de géants de ses protégés. Et confiante pour le grand soir.

«C'est comme au hockey», dit Stéphane. «Pratique, pratique, pratique! Et quand tu l'as, tu l'as de même!», dit-il en levant le pouce, l'air victorieux.

Le soleil venait de se coucher sur Montréal. La répétition était terminée. Yolande et ses comédiens ont quitté la salle le coeur léger, rêvant de Coupe Stanley.

____________________________________________________

*Le spectacle Montréal Est-Ouest de la troupe Atout-Coeur aura lieu le jeudi 10 avril à 19 h à la salle Émile-Legault du cégep de Saint-Laurent. Avec la participation de France Geoffroy de Corpuscule Danse, de Tom Casey et de l'école Un air de tango de Mylène Pelletier.Entrée: 20 $. Réservation: troupeatoutcoeur@gmail.com 514 956-7322 et 514 387-1234




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer