| Commenter Commentaires (12)

Elle portait un foulard

C'était une journée froide du début de l'hiver. Une dame, vivant à Percé, débarquait à Montréal. Elle portait un foulard sur sa tête. Un foulard en laine qu'elle avait noué autour de son cou pour bien se protéger du froid. Dans la rue, une femme l'a sommée de retourner dans son pays. «Go home!» a-t-elle crié tout en continuant sa route.

Go home? En Gaspésie? Madeleine a mis quelques secondes avant de se rendre compte avec stupéfaction que c'était son foulard qui était en cause.

En ces jours où le PQ recentre sa campagne sur la Charte, cette anecdote bien réelle me rappelle qu'il n'est pas nécessaire d'être musulman pour bénéficier de tous les avantages de la Charte des valeurs au Québec. Il suffit d'en avoir l'air.

Pas de deux poids, deux mesures. Que les vieilles dames gaspésiennes se le tiennent pour dit. On ne badine pas avec les valeurs. Utiliser le froid mordant comme prétexte pour enrouler de façon suspecte un foulard autour de sa tête, cela ne se fait plus. Que vous soyez de Percé ou de Marrakech, ça suffit, les accommodements! Le printemps québécois est arrivé, tenez-vous-le pour dit.

N'est-il pas merveilleux, ce climat apaisant où tout un chacun peut enfin espérer être traité de façon équitable grâce à la charte du ministre Bernard Drainville?

En conférence de presse, mercredi, le ministre Drainville a dit qu'il n'avait pas, au cours de sa tournée du Québec, rencontré de femmes musulmanes intimidées parce qu'elles portaient le voile. C'est sûr que si on fait le tour de Nicolet-Bécancour ou d'une douzaine d'autres circonscriptions rurales, les chances de croiser une femme voilée sont un peu faibles.

On l'oublie, mais les musulmans ne constituent que 0,6% de la population québécoise hors Montréal. Quand Boucar Diouf est arrivé à Rimouski, il a dû à lui seul faire doubler la moyenne dans le Bas-du-Fleuve.

Même si la Commission des droits de la personne constate une montée de l'intolérance, même si des chercheurs sérieux observent une flambée d'épisodes racistes et un durcissement des relations intercommunautaires liés au débat sur la Charte, il est donc fort possible que le ministre Drainville n'ait rien vu de tout ça au cours de sa tournée du Québec.

Ils sont drôles, ces chercheurs et autres chiens de garde des droits et libertés. Ils observent, ils compilent, ils vérifient, ils sonnent l'alarme. Il leur suffirait pourtant de demander au ministre Drainville de leur expliquer ce qui en est vraiment. Lui n'a rien vu, rien entendu. Il n'y a donc pas de problème. Adoptons la Charte et nous serons enfin apaisés!

Si Bernard Drainville dit ne pas avoir rencontré de femmes voilées intimidées, son équipe chargée du dossier de la laïcité se plaint d'avoir observé le phénomène contraire. La candidate péquiste de l'Acadie, Évelyne Abitbol, a rappelé que des femmes musulmanes qui avaient défendu la Charte de la laïcité à la commission parlementaire ont non seulement été intimidées au Québec, mais dans certains cas, leur famille, en Algérie, a aussi reçu des appels.

Il faut dénoncer les menaces odieuses visant ces femmes. Je l'ai déjà dit. Je le répète. Pro-Charte, anti-Charte ou s'en-fout-la-Charte, personne ne devrait avoir à se taire parce que son point de vue déplaît.

Dans ce climat de malaise, jouer à qui est plus victime que l'autre est tout aussi odieux. Car cela revient à «avaliser, jusqu'à un certain point, l'agression contre un groupe», comme le note la psychiatre Cécile Rousseau*. Il ne faudrait minimiser ni l'oppression possible des uns ni les peurs des autres. De là à parler d'intimidation de la «majorité silencieuse» pro-Charte, comme le fait Bernard Drainville, il y a un pas et quelques couches de populisme. En l'écoutant, j'ai cru entendre la rhétorique binaire de l'ex-premier ministre Jean Charest en plein conflit étudiant. Soit vous êtes avec les carrés rouges intimidateurs, soit vous êtes avec le PLQ...

Hier, c'était les carrés-rouges-enfants-gâtés-qui-cassent-des-vitres contre la «majorité silencieuse» du PLQ. Aujourd'hui, ce sont les anti-Charte-complices-des-intégristes-qui-crient-des-noms contre la «majorité silencieuse» du PQ.

Autre «crise», même rhétorique simpliste. Et on se pince en voyant que d'ex-leaders étudiants qui avaient si brillamment décrié cette tactique sont aujourd'hui candidats d'un parti qui n'hésite pas à l'employer.

* Le Québec, la Charte, l'Autre. Et après?,sous la direction de Marie-Claude Haince, Yara El-Ghadban et Leïla Benhadjoudja, Mémoire d'Encrier, 2014.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer