Les chauffards de la laïcité

Rima Elkouri
La Presse

Comment le Parti québécois, qui se dit de centre gauche, peut-il défendre une conception de la laïcité qui est devenue en France celle de l'extrême droite?

La question est lancée par l'historien et sociologue français Jean Baubérot, alias monsieur Laïcité. Il vient de publier La laïcité falsifiée (La Découverte), un essai où il explique comment la laïcité, autrefois associée à la gauche, a été instrumentalisée de façon dangereuse en France par la droite et l'extrême droite. On a vu ainsi apparaître une «nouvelle laïcité» qui est en fait une imposture n'ayant rien à voir avec la laïcité de 1905 dont elle se réclame.

«Il y a deux ou trois ans en France, personne n'aurait pensé que la laïcité française serait brandie à ce point par l'extrême droite», observe Jean Baubérot, qui voit dans cette dérive inquiétante matière à réflexion pour le Québec.

Depuis l'hiver 2010, la donne de la laïcité en France a profondément changé, m'explique le spécialiste. Marine Le Pen, leader du parti d'extrême droite du Front national, s'est autoproclamée championne de la laïcité avec un discours antimusulman un peu différent de celui de son père, Jean-Marie Le Pen. Avant, le Front national avait une tendance catholique fondamentaliste qui teintait son discours antimusulman. Maintenant, il tient le même discours au nom de la laïcité, mot magique qui permet d'escamoter l'aspect honteux de propos xénophobes.

Au nom de la laïcité, Marine Le Pen a ainsi comparé les prières de musulmans dans les rues de France - phénomène très marginal qui concerne une demi-douzaine de rues le vendredi - à une «occupation» du territoire français, qui serait désormais soumis à la loi «religieuse». Une façon de «jouer un peu sur des fantasmes d'islamisation de la France», note Jean Baubérot. Une façon aussi de renforcer la fausse idée selon laquelle la laïcité confine la religion dans la sphère intime. On confond ici la laïcité avec une forme d'athéisme d'État. Dans les faits, la loi sur la laïcité de 1905, tout en séparant religion et pouvoir public, garantit le libre exercice du culte et son aspect public.

Jean Baubérot constate que le débat, qui a eu lieu en France depuis 2010, ressemble à certains égards à celui qui a eu lieu ici au moment de la commission Bouchard-Taylor. Mais il espère que le Québec, fort d'une «laïcité roseau», moins impressionnante en apparence, mais plus résistante aux tempêtes que la «laïcité chêne» française, refusera de monter dans la voiture des «chauffards de la laïcité».

Certaines contradictions montrent que le débat demeure bien mal engagé. Le Parti libéral n'a jamais été très cohérent dans sa défense de la laïcité puisque la première décision qu'il a prise après le dépôt du rapport Bouchard-Taylor fut de réaffirmer la place du crucifix à l'Assemblée nationale (alors que le rapport recommandait le contraire). «L'argument que l'on donne pour le maintien du crucifix à l'Assemblée nationale, c'est typiquement l'argument de Marine Le Pen et de la droite populaire, note Jean Baubérot. C'est de dire: C'est nos traditions. Marine Le Pen joue là-dessus en disant face aux musulmans: Je suis laïque et face aux catholiques: Attention, ce sont vos traditions culturelles! C'est son double jeu devant la laïcité.» Une façon de dire: la laïcité, c'est pour les autres.

Quand André Boisclair dirigeait le Parti québécois, il a eu le malheur de provoquer la controverse en se déclarant contre le maintien du crucifix à l'Assemblée nationale. Pour le principe, celui de la laïcité, il avait raison. Mais le Parti québécois a préféré changer son crucifix d'épaule. Jean Baubérot voit dans ce changement le signe d'un «discours pro-pure laine et antimusulman, qu'il le veuille ou non».

Quant à la proposition du Parti québécois d'adopter une Charte de la laïcité qui interdirait aux employés de l'État de porter des signes religieux ostentatoires, Jean Baubérot y voit un engrenage «très dangereux» et «sans fin». «En France, il y a eu l'interdiction de 2004 sur le port du foulard dans les écoles publiques. Il y a eu l'interdiction de 2010 sur le port du niqab dans l'espace public. Il y a maintenant des gens qui veulent faire une troisième loi contre le port du foulard pour les gens travaillant dans les entreprises de services publics. Et après, il y aura une quatrième loi...»

À ses yeux, il s'agit de «leurres» qui ne règlent rien. «Plus on prend des mesures, plus ça crée de l'agressivité, plus le problème prend de l'importance. En France, ça conduit à une impasse où l'extrême droite apparaît comme la championne de la laïcité. Je ne vois pas comment Pauline Marois pourrait gérer une conception de la laïcité qui, en France, est devenue la conception de l'extrême droite alors qu'elle est de centre gauche. Elle va se trouver devant une contradiction insurmontable.»

Et la défense de l'égalité homme-femme dans tout cela? Ce n'est quand même pas un combat d'extrême droite? Bien sûr que non. Mais là encore, il faut dénoncer «l'antisexisme-alibi», croit Jean Baubérot. Sans nier qu'il puisse y avoir des problèmes d'inégalités chez les musulmans comme dans d'autres communautés, il faut se méfier d'un certain féminisme «poudre aux yeux» qui prétend s'élever contre le sexisme quand il est question de l'islam, mais cautionne le sexisme au coeur de la société politique (on l'a vu dans l'affaire DSK). Une façon réconfortante de se dire, les sexistes, ce sont les autres. Nous, nous sommes a priori féministes. Vraiment?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer