La fille qui dit fuck

Pierre Foglia
La Presse

Si vous voyez sur internet une photo de Kate Moss qui dit fuck, allez-vous savoir que c'est Kate Moss qui dit fuck ? Pas moi. Moi, je vois une jolie fille avec une frange, le dos nu, qui dit fuck avec son doigt, avec sa bouche aussi, la lèvre supérieure retroussée sur deux dents de lapin. C'est comme la matrice même du premier fuck de l'humanité, ce qu'Ève a répondu à Adam quand il lui a demandé si elle habitait chez ses parents.

Bien entendu, comme je n'ai même pas reconnu Kate Moss, je ne me suis pas douté une seconde que c'était une photo de mode et qu'on en avait fait des t-shirts vendus 14,95 $ sur eBay.

Je savais encore moins que cette photo de mode a été, par la suite, détournée par des petits rigolos islamophobes sur les bords qui ont rajouté fuck islam dessus. Je n'ai pas vu que c'était un montage. Tout ce que j'ai vu, c'est la photo d'une jolie fille un peu nue qui dit fuck islam et... non, désolé, je n'ai pas grimpé dans les rideaux, peut-être même que j'ai souri en pensant à ce que j'eusse écrit au lieu de fuck islam, probablement quelque chose comme fuck le brocoli.

Aurais-je mis cette photo sur ma page Facebook? Je suis si éloigné d'en avoir une que la question ne se pose même pas.

Jean Carrière, lui, n'a pas hésité. Jean Carrière est ce garçon de 25 ans qui avait eu l'innocence (et la générosité) de se présenter pour les péquistes dans la circonscription de La Fontaine, où il avait zéro-zéro chance de l'emporter, et qui s'est fait virer comme un malpropre à cause de cette photo sur sa page Facebook.

Lui non plus ne savait pas que c'était un montage. Lui aussi s'est arrêté au flash d'une belle fille qui dit fuck quelque chose. Fallait-il le virer comme un malpropre pour ça?

En ces temps de Charte où on se grattouille énormément l'islamophobie, sûrement que le PQ n'avait pas le choix.

N'empêche. À y repenser, c'est pas fuck le brocoli que j'écrirais à la place de fuck islam, c'est fuck le conformisme idéologique.

Je reviens deux secondes sur ce pauvre candidat. Ulcéré d'avoir été traité de raciste dans les médias, il s'est vidé le coeur dans une lettre dont voici un extrait: les médias s'attaque aux jeunes qui désir servir sa nation/on m'a traité de zénophobe, de nègre de service... on a bon a dire toute sorte de chose à mon sujet, mais moi qui sait qui je suis. Au final je reconnais qu'il existe deux type d'islamistes: modéré et radical. Je combat et combatrai le mal dans ce monde...

Il y a ces 346 fautes en quatre lignes. Il y a surtout cette difficulté à organiser, à formuler une pensée cohérente. Je vous rappelle qu'il s'est néanmoins qualifié comme candidat officiel d'un grand parti, ce qui n'est pas rien en démocratie. Ce qui l'a finalement disqualifié, ce n'est pas d'être inarticulé, c'est une apparence d'islamophobie.

Cela montre, comme le dit mon titre, que la démocratie a moins besoin de lumière que de rectitude.

PRÉCISONS - La chronique de l'autre jeudi, dans laquelle je disais signer (le nez bouché) la lettre d'appui à M. Péladeau, m'a valu un courrier modérément abondant, la moitié des courriels applaudissent mon geste, l'autre moitié m'interpellent: t'as pas honte, Foglia? Péladeau? Vraiment? Parmi ceux-là, une majorité de souverainistes ou d'ex-souverainistes que j'étiquetterai sans ironie de romantiques, qui me tiennent à peu près ce discours: je croyais que le projet souverainiste en était un de société, une société dans laquelle nous tenterions de bâtir quelque chose de nouveau, de mieux... T'as pas un peu honte de vouloir faire l'indépendance avec Péladeau, qui incarne à peu près tout ce que tu détestes dans la vie? Tu veux le pays de Péladeau?

Correction: d'abord, je ne ferai pas l'indépendance AVEC Péladeau. C'est lui qui la fera (ou pas). Moi, je fais rien du tout.

Par ailleurs, je ne me souhaite pas un pays pour me retrouver avec mes amis. Ça, c'est pas un pays, c'est de la fanstamagorie. Je ne me souhaite pas d'autre pays que le Québec tel qu'il est là. Et inévitablement, j'y trouverai tout ce qui m'énerve en ce moment. Dont vous.

Juste pour rire. M. Couillard à Sept-Îles l'autre jour pour dire que rien ne presse de rouvrir le débat constitutionnel: est-ce qu'on est malheureux au Québec actuellement? Est-ce qu'on est en crise? Est-ce que nos libertés sont menacées? Non, le Québec va bien!

Branchez-vous, jeune homme. Il va bien ou il va mal?

PARLONS DES VRAIES AFFAIRES - Que va-t-il se passer le 7 avril? Les élections oui, mais quoi d'autre? C'est effrayant ce que vous pouvez être nuls en sport, je veux dire hors du hockey et du patinage courte-piste-en-couple. Souffrez que je vous déniaise: le 7 avril, en même temps que la soirée des élections, ce sera, à Arlington, au Texas, la finale du tournoi annuel de basket de la NCAA, appelé aussi Final Four, appelé aussi March Madness. Après le Super Bowl et les Séries mondiales de baseball, bien avant la Coupe Stanley, c'est l'événement sportif le plus suivi en Amérique du Nord.

Ça commence demain pour les dernières places à attribuer dans les tableaux, le tournoi lui-même commence jeudi, les favoris logiques sont Florida, Virginia, Arizona, les surprises peuvent venir de Wichita (l'équipe cendrillon de l'an dernier), de Michigan State, de Duke avec son super mormon Jabari Parker, ou encore de Syracuse avec son garde canadien Tyler Ennis, peut-être le meilleur joueur des 64 équipes.

Qui va gagner? Au basket ou aux élections? Anyway, dans les deux cas, depends on who's gonna shoot better and jump higher.

Pour finir, un mot d'excuse aux messagers à vélo, me suis trompé l'autre jour de site internet. Pour tout savoir sur leur collecte de fonds et leur défi Toronto-Montréal à vélo en 24 heures, faut aller à www.bicyclemessenger.org/.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer