Parlera-t-on aussi d'éducation?

Partager

Pierre Foglia
La Presse

Certains recteurs proposent de faire payer les médecins, les dentistes, les ingénieurs plus cher pour leur formation universitaire que les étudiants en lettres ou en musique. C'est le genre d'idée qui allume tout le monde. Génial. Faire payer les riches, bien sûr, suffisait d'y penser: 10 000$, 15 000$ au lieu de 2000$? S'en foutent, sont riches. Et anyway, avec le fric qu'ils vont faire après, vont rembouser leurs prêts en une semaine et demie.

Dans ce système-là, le seul petit problème, c'est les pauvres qui voudraient devenir médecins, dentistes, vétérinaires, optométristes et qui n'ont pas 10 000$ ou 15 000$. Tant pis. Qu'ils aillent en littérature, en musique. C'est bien, aussi, la flûte à bec. Mal pris, tu peux en jouer dans le métro.

Puis-je poser une question qui n'intéresse peut-être personne? Sera-t-il aussi question d'éducation à ce Sommet sur l'enseignement supérieur? Ou seulement de financement, de sous-financement, de mal-financement?

C'est un sommet pour parler business ou pour parler éducation? Se demander si les médecins devraient payer plus cher pour leur formation, c'est de la business. Se demander comment former de meilleurs citoyens-médecins, de meilleurs citoyens-dentistes, citoyens-ingénieurs, ça, c'est de l'éducation. Mais est-ce que cela intéresse encore quelqu'un de former des citoyens ou c'est fini, tout ça?

Henri Laborit: Il est curieux de constater que dans les multiples projets de réformes de l'enseignement, la seule notion qui n'est jamais remise en question est que cet enseignement doit déboucher sur un débouché professionnel, envisager en quelque sorte la façon la plus efficace de produire des producteurs.

Puis-je poser une autre question qui n'intéressera personne? Abordera-t-on à ce sommet un des problèmes majeurs de l'enseignement supérieur au Québec: la formation des maîtres? Formation autrement centrale, capitale, si vous voulez mon avis, que la formation des médecins, des dentistes ou des joueurs de flûte à bec. Autrement importante parce que tout part de la formation des maîtres, et tout y revient, elle définit la mission de l'école, détermine sa place dans la société. Va-t-on bientôt finir par le faire, ce débat pédagogie-culture générale?

Va-t-on finir par poser brutalement la question: à quoi sert-il de former des maîtres experts en pédagogie et nuls en tout le reste, sans culture ni sens critique, évidemment inaptes à transmettre les savoirs qu'ils n'ont pas?

De tout temps, dans toutes les écoles, toutes les classes, il y a un petit con qui lève la main dès que commence le cours de philo: à quoi ça sert, monsieur? Pourquoi ai-je l'impression que ce petit con se retrouve aujourd'hui au coeur du projet scolaire, et que sa très sotte question est prise en extrême considération par les fonctionnaires du ministère de l'Éducation?

Posera-t-on la question à ce sommet: quelle est donc la place de la culture générale dans l'enseignement supérieur et tout particulièrement dans les sciences de l'éducation?

Chaque fois que je me risque sur ce terrain, je me fais répondre que je défends la culture à grand-papa; il s'en trouve toujours un pour se moquer. Hélas, hélas non, M. Foglia, on ne réintroduira pas l'étude du latin et du grec dans les écoles.

Dommage. Si je devais retourner à l'école un jour, ce serait pour me payer ce genre de folie: un cours de grec ou de latin. Soyons sérieux. Vous me dites qu'éduquer des jeunes gens formatés par les médias et la pub, le virtuel, le multiculturel n'a forcément rien à voir avec mon école, il y a 60 ans.

Je ne suis pas bien sûr de ce que vous me dites. Précisez, s'il vous plaît. Me dites-vous qu'on a à les ouvrir à une autre littérature ou à pas de littérature du tout? À une autre Histoire ou à pas d'Histoire du tout? Me dites-vous que Wikipédia suffit à leur culture? Et la langue? Cette langue dont ils ont une compréhension si minimale qu'elle ne leur donne pas accès à la lecture, à la réflexion, à l'organisation de la pensée, me dites-vous qu'ils n'en ont plus besoin, que le charabia qu'ils pitonnent au bout de leurs petits doigts à longueur de jour leur suffit?

Parlera-t-on de cela au Sommet sur l'enseignement supérieur ou discutera-t-on seulement de combien ça coûte pour former un médecin, un avocat, un dentiste, un joueur de flûte à bec?

PRÉCISIONS Vous savez bien sûr que la «réserve» Kitcisakik n'est pas une réserve? C'est un squat. Je le savais. Vous êtes nombreux à me l'avoir souligné lors de ma première visite, en 2011. Qu'est-ce que cela change? Pour les enfants, par exemple? Pas d'électricité, pas d'eau, des conditions de vie épouvantables, pas de services: mangez d'la marde, les bébés, vous n'êtes même pas dans une vraie réserve. Les mères de famille vont faire leur lavage dans une buanderie de Val-d'Or... 180 kilomètres, aller-retour.

Vous savez que tous les barrages ne sont pas hydroélectriques. C'est le cas de celui de Kitcisakik, qui ne peut pas donner d'électricité aux habitants du village tout simplement parce qu'il n'en produit pas.

Non, ça, je ne le savais pas.

PÉPÈRE LA VIRGULE Je n'en reviens PAS! La faute a été corrigée! Celle dont je parlais la dernière fois, celle sur le panneau au coin de Saint-Laurent et de Viger, Attention, 1 seul voie sur Viger, je disais ce qui frappe, ce n'est pas la faute, c'est qu'elle reste là, que personne ne se donne la peine de la signaler, et la signalerait-on que personne ne la ferait corriger.

Elle a été corrigée! Quelqu'un a ajouté un «e» à «seul». Pas un gribouillis. Un «e» dans le même caractère que le reste du lettrage. Hé hé, j'ai plus de pouvoir que je pensais sur... les pancartes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer