728 et demi

Partager

Sur le même thème

Pierre Foglia
La Presse

Courriel d'un lecteur, probablement parent d'un policier ou policier lui-même:

Êtes-vous surpris qu'il y ait des agents comme le 728?

Non, monsieur.

Ne croyez-vous pas que tous les corps policiers du monde ont dans leurs rangs de tels agents?

Je le crois, monsieur.

Le lecteur continue: l'agent 728 est une abomination, mais pour une pomme pourrie, vous salissez la réputation de tous les agents qui, qu'on se le dise, risquent leur vie tous les jours...

Holà, monsieur. Je ne vous suis plus. Je ne crois pas du tout que l'agent 728 soit une abomination. En fait, l'agent 728 ne m'intéresse pas. À la façon d'une caricature, elle m'a amusé deux minutes, plus amusé qu'indigné d'ailleurs, et j'ai un seul reproche à lui faire, celui-ci: sa grosse personne, grosse par la place qu'elle prend dans l'actualité, nous cache les vrais vices de la police... qu'elle nous révélait pourtant en même temps.

S'il y a une abomination dans cette histoire, ce n'est pas le matricule 728. C'est ce que nous a montré Radio-Canada vendredi soir. Le point culminant, l'Everest de cette affaire, c'était vendredi. Ce témoin sur son balcon. Cette ingénieure, Catia Moreau je crois, qui assiste à la scène du haut de son balcon. Elle n'assiste pas à l'étranglement, à la cavalcade dans les escaliers, elle n'entend pas la litanie d'insultes dont nous, les médias, avons fait nos choux gras, que voit-elle du haut de son balcon?

Elle voit des voitures de police, une vingtaine.

Qu'entend-elle?

Elle entend des policiers discuter. Il y en a un qui est en train de faire le rapport de l'intervention et elle entend l'agent 728 dire: écris pas ça comme ça, parce que si ça va en cour, je ne veux pas me faire écoeurer.

Là est l'abomination. Qu'elle ait demandé et obtenu, n'en doutez pas, de modifier le rapport. On est dans la fabrication d'un rapport pour qu'il soit conforme aux intérêts des policiers plutôt qu'aux faits.

Je pose la question sans ironie: comment pourrait-il en être autrement? Vous imaginez le collègue de l'agent 728 écrire: elle s'est encore énervée pour rien. Vous imaginez n'importe quel policier mettre dans le trouble son coéquipier?

Je ne parle pas des bavures tragiques qu'éclairent les réflecteurs des médias et pour lesquelles on a, l'an dernier, pensé à un comité permanent plus ou moins indépendant pour faire enquête. Je parle du citoyen ordinaire, même pas noir, même pas arabe, même pas gai, qui se retrouve avec une accusation fabriquée d'avoir résisté à son arrestation, ou de voies de fait sur un policier, alors que c'est lui qui serait en droit de déposer une plainte en déontologie pour brutalité...

Le problème n'est pas le matricule 728, le problème n'est jamais l'exception. Le problème est que la rédaction de rapports qui ne sont pas conformes aux faits fasse partie de la routine.

Si j'ai des preuves que cela fait partie de la routine? Non. Pour en avoir, il faudrait demander à la police de faire enquête. Voyez le problème?

Pas une enquête sur 728. Bien sûr qu'ils sont en train d'enquêter sur 728. Ils n'ont pas le choix. Et elle va y goûter. Le peuple sera content, yé, y'a du lynchage dans l'air. L'agent 728 ne le sait pas encore, mais elle joue en ce moment dans une fable de La Fontaine:

Ce pelé, ce galeux, d'où venait tout le mal/Sa peccadille fut jugée un cas pendable.

SYSTÈME MÉTRIQUE Une fois par année, je me chicane avec ma fiancée à propos... du système métrique. En fait, c'est à propos des circulaires Metro, Super C et Loblaws, où les prix à la livre ne sont jamais la moitié des prix au kilo.

C'est parce que, m'explique ma fiancée en reculant un peu sa chaise parce qu'elle sait que je vais exploser, c'est parce qu'un kilo, c'est pas deux livres, c'est 2,2 livres...

Et j'explose, bien sûr. Dans votre ancien système impérial de merde peut-être, mais ça fait 40 ans que vous êtes censés être passés au système métrique. Un kilo, c'est 1000 grammes, une livre, 500 grammes, un quart de beurre, 250 grammes, un kilomètre, 1000 mètres, l'eau gèle à zéro, pas à 32 calvaire, et le rôti de veau à 3,99 la livre alors qu'il vaut 8,80 le kilo, c'est du marketing pour sous-développés.

Je songe sérieusement à déménager au Luxembourg, où est en vigueur le système ducal, tellement plus simple. Tout marche par huit. Un ducal de carottes, c'est environ huit carottes (avec les queues). Un lapin d'un ducal, c'est un lapin pour environ huit personnes, si vous n'êtes que six il en restera un peu, mais ça se mange bien froid le lendemain.

PETITES ANNONCES Samedi, je vous lisais les petites annonces du Canada Français, j'ai oublié celle-ci: Centre sportif recherche serveuse avec le sens de l'humour, idéal 18 à 30.

Vous voulez dire une qui rirait quand on y dirait, par exemple: t'as des belles jambes, elles ouvrent à quelle heure?

Quand j'étais petit, c'était une blague que je ne comprenais pas, mais qui me faisait rire comme un fou. Ma soeur pas du tout. Elle n'est jamais devenue serveuse dans un club sportif non plus. Ce qu'elle est devenue? Marchande de poisson. Elle sentait la marée, même le dimanche quand elle venait manger à la maison avec son mari et son petit garçon que j'appelais la sardine, il criait, maman, tonton y m'a encore appelé la sardine. C'est drôle à dire, il a fini par travailler dans un centre sportif. Anyway. Sont tous morts. Moi, pas encore, lalalèreu.

Allez, je vous laisse à l'actualité, c'est pas ça qui manque.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer