Pro domo, pour ma maison

Pierre Foglia
La Presse

Je suis indépendantiste. Au plus profond de moi-même, au plus creux, diront certains, je crois que le Québec est un autre pays. Et je crois qu'il ne pourra jamais se vivre autre à l'intérieur du Canada. Je suis séparatiste, quoi.

Je suis de gauche aussi. Et laïque. Intellectuellement de gauche comme le sont disons Edgar Morin ou Régis Debray. Pratiquement de gauche comme Françoise David, sauf que je ne suis pas un militant, je suis un bordélique comme Amir Khadir pour lequel j'ai une immense admiration comme de plus en plus de gens, même si je l'ayiiis des fois, souvent en fait.

Je ne suis pas si désespéré, un peu quand même, un fond de désespoir comme un fond d'écran, toujours là, toujours cet étonnement douloureux: pourquoi des milliards de gens partagent en ce moment l'assurance qu'on vit dans le meilleur des systèmes économiques, et politiques, ce système néolibéral qui nous fait une société organisée comme une entreprise? Préoccupée seulement de rentabilité et de distractions cheaps?

Cela fera bientôt 45 ans que je travaille à La Presse. Combien de fois, pensez-vous, ai-je écrit ce que je viens d'écrire? Exactement ce que je viens d'écrire? Des centaines de fois.

Combien de fois, pensez-vous, en 45 ans, M. Desmarais père ou André son fils qui lui a succédé comme boss de La Presse se sont-ils manifestés pour me dire hé, le trotskyste, as-tu bientôt fini de nous pomper l'air? Pas une fois en 45 ans. Combien de fois un boss intermédiaire a-t-il laissé échapper, exprès, que M. Desmarais avait montré quelque humeur à mon endroit? Pas une fois en 45 ans.

Je me suis laissé dire que j'irritais madame Desmarais, celle dont on fête le 80e anniversaire dans cette vidéo dont parle tout le Québec en ce moment, pas parce que je suis séparatiste ou de gauche, mais parce que je dis fuck dans mes chroniques, et parce que je parle de cul parfois. Son mari, au contraire, me lit sans déplaisir, me rapportent les mêmes sources. Je ne lui avais jamais parlé en 44 ans quand soudain, l'année dernière, un après-midi, au téléphone, sa secrétaire, une dame avec un accent anglophone: je vous passe monsieur Paul Desmarais.

Il voulait aider le monsieur mal pris dont je parlais dans ma chronique de la veille. Ne dites pas que cela vient de moi, a-t-il insisté très fort, dites-lui d'appeler tel avocat. Deux ou trois semaines plus tard, la glace étant rompue, j'imagine, encore M. Desmarais, cette fois pour me demander de lui porter les livres dont je parlais ce jour-là.

Les porter où, monsieur?

Chez moi.

Il y avait parmi ces livres Il y a trop d'images, un recueil de textes presque marxistes du cinéaste Bernard Émond, je me suis dit qu'il ne fallait pas pousser le bouchon trop loin, j'ai mis à la place Chaque jour est un adieu qui est un petit livre merveilleux d'Alain Rémond. Émond, Rémond, je me suis dit qu'il ne verrait pas la substitution, de toute façon cela ne s'est pas fait, il partait pour je ne sais où, et voilà, les livres sont toujours là dans un petit paquet. Il devrait m'inviter à aller les lui porter à Sagard. On en ferait une vidéo, et je deviendrais enfin célèbre.

Le fils? André? La première fois que nous nous sommes rencontrés, c'était à Prague à une réunion du CIO. Je parlais avec Michel Cormier de Radio-Canada, quand ce grand type m'a foncé dessus pour me saluer puis s'en est retourné; me voyant dubitatif, Cormier me dit vous ne savez pas qui c'est, n'est-ce pas?

Non.

C'est votre boss.

***

Pourquoi je vous raconte tout ça? Parce que vous commencez à me faire chier. Oui, vous, ami lecteur. Vous qui, ces jours-ci, m'écrivez des horreurs. Depuis mon premier jour à La Presse, il s'est trouvé des joyeux tôtons pour me demander si je n'avais pas honte de travailler pour Power Corp. Mais depuis trois semaines, depuis cette vidéo mise en ligne par Anonymous, vous êtes déchaînés.

L'avez-vous vue, au moins, cette vidéo?

Vous en parlez comme si c'était un piratage, ah ah, on les a pognés les culottes à terre. C'est au contraire la vidéo très officielle de la fête donnée en l'honneur de Mme Desmarais à l'occasion de ses 80 ans. Il y a de cela quatre ans. Le DVD a été envoyé à tous les invités, rien de top secret.

Cela dure 129 interminables minutes, dont plus de 100 minutes consacrées au spectacle, on voit chanter Renée Flemming, Marc Hervieux et plein d'autres, on voit Yannick Machin Séguin diriger l'Orchestre Métropolitain, pendant plus de 100 minutes on nous montre des steppettes, des chansonnettes, des saynètes, des grands airs d'opéra, le reste, c'est la préparation de tout ça, un peu le repas, l'arrivée des invités dont M. Mulroney, dont M. Lucien Bouchard, dont M. Chrétien, mais lui, il est de la famille, dont M. Charest. Nous y voilà!

M. Charest à Versailles. Tout est là.

Pourquoi ne pas écrire sur Sagard, M. Foglia? Sagard, c'est l'attaque corporatiste frontale aux démocraties, m'écrit un lecteur.

Vous pensez que la démocratie serait moins menacée si M. Charest, prudent, avait décliné l'invitation? Vous croyez que c'est le bateau qui fait Accurso? Que c'est le château qui fait Desmarais? Vous croyez que la démocratie se dissout dans le champagne?

J'ai entendu aussi que la fête bling-bling donnée à Mme Desmarais dégoulinait d'ostentatoire richesse. Quand on est riche à milliards, comment la richesse ne serait-elle pas ostentatoire?

J'ai entendu aussi que la culture étalée lors de cette soirée était bien celle des élites qui, à défaut de la goûter, la commanditent. Non, c'est pas vrai, je n'ai pas entendu ça. Vous n'en avez rien à foutre, de la culture. Faut que ce soit moi qui le dise.

***

Cela fait 45 ans que je travaille à La Presse et jamais je n'ai été plus fier de notre journal que ces 10 dernières années.

Et vous qui n'arrêtez pas de taper dessus comme si c'était The National Post. Ou une merde quelconque de Conrad Black.

Je vous ai dit que j'étais de gauche. Et si ce n'était que de moi! Mais André Noël, mais Lagacé, mais Rima, mais Agnès Gruda, mais Ouimet, mais Cassivi, mais Lachapelle, mais ma boss Katia Gagnon, mais mon autre boss, Mario Girard, mais Nathalie Collard, mais François Cardinal, mais la Petrowski. Vous en voulez combien d'autres? Lussier, Alain De, Alexandre Vigneault, je continue?

Pourquoi vous me parlez toujours d'André Pratte? Il est l'éditorialiste en chef d'un journal fédéraliste. Il est fédéraliste. Revenez-en. En plus, vous tombez mal, Pratte est peut-être le collègue le plus gentil, le plus civil que j'ai côtoyé en 45 ans. Arrêtez de le gratter comme si c'était un bouton. C'est un Monsieur comme vous en connaissez très peu. Arrêtez de faire chier. C'est un journal que vous tenez dans la main, pas un complot. Un journal avec de l'information, beaucoup, beaucoup d'information ni de droite ni de gauche, avec aussi des opinions de droite et de gauche, avec un chroniqueur à part, absolument extraordinaire, non, ce n'est pas moi, c'est Yves Boisvert.

Arrêtez de dire que c'est le journal des Desmarais quand les Desmarais eux-mêmes font comme si c'était VOTRE journal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer