Le monstre

Pierre Foglia
La Presse

Un type raconte sa vie et on reconnaît la nôtre. Elle l'a trompé et il raconte comment il a réagi. On le trouve presque raisonnable. On a déjà fait pire que lui. On a crié, insulté, supplié, pleuré, on a téléphoné à 4 h du matin, on a menacé: je vais te tuer et je me tuerai après.

On n'a tué personne. Lui, si. Il a tué ses deux enfants.

Sa femme avait témoigné avant lui. On s'est reconnu aussi. On tient les deux rôles plusieurs fois dans une vie: celui qui laisse, celui qui est laissé.

Un type raconte sa vie, on pourrait raconter la même. La fois qu'on a passé la nuit dans la rue, garé devant l'appart de son nouveau chum. La fois qu'on est allé chez sa mère pour lui dire que sa fille était une ceci et une cela. La fois qu'on a fait irruption comme un vrai fou dans son cours, à l'université, pour lui rapporter ses skis. Tiens, tes crisse de skis, débarrasse. Elle les avait oubliés dans l'appentis, sur la galerie.

Je ne connais pas de gens qui ne se soient pas conduits comme des idiots quand l'autre leur a dit: c'est fini, j'en aime un ou une autre. Cela n'a rien à avoir avec l'éducation qu'on a reçue - on n'apprend pas ces choses-là, ni à l'école ni dans sa famille. Après deux ou trois fois, on finit par suivre la recette qui nous a permis de survivre la dernière fois. La mienne, rudimentaire: s'abrutir de travail pendant un an. C'est à peu près ce que ça dure pour tout le monde, un an.

Je ne connais pas de gens qui ne se soient pas conduits comme des idiots, mais bien sûr, je n'en connais pas non plus qui se soient conduits comme des criminels. C'est ce qu'il y a de fascinant dans le procès du Dr Turcotte.

Un type qui a tué ses deux enfants parce que sa femme l'a quitté raconte sa vie, et on reconnaît le gouffre dans lequel il était. On a été dans le même, quelques fois. On se dit: merde, la cloison est drôlement mince entre lui et moi, entre lui et ces millions de gens qui vivent une séparation.

Un procès utile en cela qu'il fait bouger le monstre en nous, nous rappelant qu'il est là, tapi. On l'a dompté plusieurs fois parce que, bien sûr, on est bien plus fort que le Dr Turcotte. N'empêche qu'il est là. Il suffirait d'une dépression, il suffirait qu'on craque pour qu'il prenne le dessus et nous tue et nos proches aussi.

Même s'il a commis un crime épouvantable et qu'il doit être jugé, nous savons tous que le Dr Turcotte n'est ni un criminel, ni un fou. Juste un monstre comme vous et moi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer